Un boulanger israélien sur les traces des Pains de Proposition bibliques

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un boulanger israélien sur les traces des Pains de Proposition bibliques

Less Saidel veut reconstruire le Temple avec amour, paix - et pain.

Grand, maigre et enjoué, Less Saidel, 54 ans, prépare avec son épouse Sheryl des pains, des gâteaux et des pâtisseries artisanaux depuis 2008, qu'ils livrent chaque semaine à des clients de Raanana, Beit Shemesh, Modiin, Jérusalem, du Gush Etzion et de Ma'aleh Adumim. Aujourd'hui, cependant, il consacre une grande partie de son temps au mystère des pains anciens utilisés dans le Temple.

Mr Saidel, qui a déménagé en Israël en 1985 depuis Johannesburg et écrit la colonne "In the Grain" pour "In Jerusalem", était étudiant en troisième année d’optométrie en Afrique du Sud lorsqu'il a été mordu par le virus informatique et a décidé de devenir programmeur. Sa carrière a duré jusqu'à la crise financière de 2008, lorsque ses missions à l'étranger ont pris fin. À 44 ans, il a du trouver une nouvelle vocation.

«Après des mois de recherche sans trouver d’emploi convenable», dit-il, «nous avons réalisé que nous devions faire quelque chose de radical. Nous avons décidé de nous lancer dans une activité complètement différente".

Less Saidel, pour qui la boulangerie était un passe-temps de longue date, a ouvert une boulangerie dans sa ville, Karnei Shomron. Cet établissement, explique-t-il, devait être une «boulangerie de niche qui vendrait des pains biologiques sains». Saidel a construit un four en briques de 20 tonnes à l'arrière de sa maison, a ajouté des étagères et rénové la plomberie. Le Saidel's Artisan Baking Institute était né. Quelque 10 ans plus tard, il dit: «J'aime ça. C'est ma vie."

Il y a cinq ans, le couple Saidel a décidé d'ajouter des ateliers de boulangerie à son répertoire d'affaires, offrant des ateliers sur la fabrication de halla et sur Hanukkah. Ils ont trouvé que la planification et l'animation d'ateliers étaient non seulement plus faciles que la cuisson du pain, mais aussi plus rentables. Pourtant, il manquait quelque chose.

"À part l'atelier de halla, nous n'avions rien de juif. Tout était de la pâtisserie générale."

Cependant, après avoir lu "les Cinq espèces de céréales" du professeur Zohar Amar de l’Université Bar Ilan, qui traite de la signification culturelle et religieuse du pain dans le monde antique, Less Saidel a découvert une nouvelle voie de développement.

"Je connaissais les bagels et les bialys. Je savais que la halla venait d'Allemagne et qu'elle datait 15ème siècle, mais j'avais très peu de connaissances sur les pains authentiques du Temple. Cela m'a ouvert les yeux, et j'ai commencé à lire et à étudier davantage."

Le Shulkhan Hazaav (table d'or) avec les Lehem Hapanim

Le Shulkhan Hazaav (table d'or) avec les Lehem Hapanim

Mr Saidel était fasciné par les Lehem Hapanim (Pains de Proposition) - les 12 pains sans levain cuits au four chaque semaine et placés sur le shulhan (Table) dans le Tabernacle et plus tard dans le Temple. Les Lehem Hapanim étaient cuits le vendredi et mangés huit jours plus tard par les prêtres le Shabbat suivant. Ils avaient une forme inhabituelle et, bien qu’ils soient restés sur la Table d’Or pendant une semaine complète, ils restaient frais. Ils devaient être préparés et cuits rapidement parce qu'ils étaient sans levain, comme une matza.

Chaque pain était assez substantiel, pesant entre trois et quatre kilos, d’après certains avis, et jusqu’à sept kilos selon d’autres.

Selon la tradition, la famille Garmu gérait le processus de cuisson en veillant à ce que le pain soit préparé correctement. Le travail de cuisson, de préparation et de retrait du pain de présentation des fours nécessitait une grande habileté, et le clan Garmu gardait ses secrets commerciaux au sein de la famille. Mr Saidel a déclaré: "Je me suis rendu compte qu'en tant que boulanger juif, si je ne connaissais pas le Lehem Hapanim, il y avait quelque chose qui clochait, car c’est le pain emblématique du peuple juif."

Less Saidel a commencé à essayer de percer les mystères des Pains de Proposition. Comment ce pain cuit au four sans levure, pouvait-il lever correctement? Quelle était la forme des pains? Comment le pain restait-il frais pendant huit jours?

«J’ai pris tout ce que j’avais appris de mon expérience en programmation informatique, en nutrition et en pâtisserie et j’ai intégré toutes ces choses dans ma recherche sur les pains de proposition. Tout y contribue. Vous avez besoin de la science de la boulangerie, de la chimie des céréales, de la géométrie et de la conception assistée par ordinateur pour essayer d'obtenir la forme correcte du pain. Toutes les disciplines que j'ai apprises au fil des décennies m'ont aidé. ”

Mr Saidel mentionne un débat célèbre entre les autorités talmudiques sur la forme exacte de ce pain mystérieux. Un rabbin disant qu'il avait la forme d'une boîte ouverte; un autre affirmant qu'il avait la forme d'un «vaisseau dansant». D'après le dessin sur les pièces de perutah frappées par Mattathias Antigonus II, le dernier des rois hasmonéens, en 42 av. notre ère, Less Saidel estime que sa forme était semblable à celle d’un «navire dansant» en forme de U avec un fond incurvé, plutôt que celle d’un cadre en forme de V avec un fond pointu.

«La question de la fraîcheur dépend de deux choses», explique Mr Saidel. «Si vous utilisez la même farine que celle que nous utilisons aujourd'hui - du blé tendre -, elle rassit beaucoup plus rapidement. Le blé ancien, le blé dur, a une durée de vie beaucoup plus longue. ”

«En outre, ils doivent avoir ajouté une sorte de composant acide, probablement lié au bicarbonate de sodium, pour influer tous les deux sur la montée - parce que lorsque vous combinez du bicarbonate de sodium à un acide, il bouillonne - et aussi pour le garder frais.»

Less Saidel dit qu'il peut maintenant garder le pain sans moisissure pendant sept jours, mais n'a pas encore réussi à conserver toute sa fraîcheur au cours de cette période.

Il a longuement consulté le professeur Amar dans toutes ses recherches et organise un atelier «Les pains du Beit Hamikdash» depuis l'été dernier. L’atelier offre aux participants l’occasion de mélanger, de modeler, de sentir, de cuisiner et de manger certains des pains utilisés pour le service du Temple, y compris les types de pains offerts dans le cadre du korban todah (offrande de grâces), le sh'tei halechem (deux pains) de l'offrande de Chavouot et, bien sûr, du Lehem Hapanim. Il rapporte que des milliers de participants - juifs et non juifs - du monde entier étaient présents.

«Je vais consacrer le reste de ma vie à mes recherche sur le Lehem Hapanim, à informer le peuple sur le service du Temple et à essayer de le réveiller pour reconstruire le troisième Temple de la bonne manière», explique Mr Saidel. "Vous devez le faire en créant l'unité et l'amour et non pas en provoquant des conflits."

S’il y a une chose sur laquelle tout le monde peut s’accorder, c’est l’agréable odeur et le goût extraordinaire du pain chaud et frais.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi