LA NOUBA D’ISRAËL

Spectacles - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Voyage en Méditerranée aux sources d’une musique aux origines juives et arabo-andalouses.
Dimanche 12 octobre à 17h
Le Bataclan - Paris (11ème)

Après plus d’un mois de concerts éclectiques du 5 septembre au 12 octobre, la soirée de clôture du Festival d’Ile de France 2008 sera assurée par l’Orchestre Andalou d’Israël. Pour cette édition, placée sous le thème des Finistères, cet ensemble aux sonorités méditerranéennes produira le 12 octobre un spectacle en forme d’apothéose.

Créé en 1994, l’Orchestre Andalou d’Israël scelle la rencontre de musiciens juifs sépharades et ashkénazes d’origines russes, et de musiciens arabes. Leur répertoire rend compte de cette période où les Juifs et les Arabes andalous ont donné naissance à une musique épousant leurs deux cultures dans une parfaite réciprocité.

Outre les musiciens, deux chanteurs solistes accompagnent l’ensemble. Le premier et le plus connu est Emil Zrihan. Chantre de la synagogue d’Ashkelon, petite ville du sud d’Israël située juste au-dessus de la Bande de Gaza, Emil Zrihan est un fervent défenseur de la paix, un bâtisseur de ponts entre les cultures. Contre-ténor exceptionnel, il est né à Rabat avant d’émigrer en Israël à l’âge de dix ans avec sa famille où il continue l’étude des cantiques religieux juifs qu’il a entamée au Maroc.

Grâce à sa voix exceptionnelle, il donne son premier concert à treize ans et commence à se produire régulièrement à la télévision.
Soliste de l’Orchestre Andalou depuis la fin des années 80, il chante aussi bien en hébreux qu’en arabe. Aussi à l’aise dans les répertoires sacrés que profanes, Emil Zrihan a enregistré des dizaines d’albums dédiés aux chants liturgiques et religieux pour Shabbat, à Jérusalem, aux chants judéo-marocains, mais aussi aux formes populaires de la chanson arabe tel que le mawwal et le chaâbi.

L’autre chanteur soliste de l’orchestre, Benjamin Buzaglo, a lui aussi débuté très tôt sa carrière. Né en France, il développe son amour pour la musique aux côtés de son père le chanteur Albert Bohadana. Repéré grâce à sa maîtrise des chants liturgiques, il intègre l’Orchestre Andalou dont il est aujourd’hui l’un des solistes réguliers.
Cet ensemble, véritable porte-drapeau d’un Israël où la mixité des populations et des cultures est une évidence, propage son message de paix à travers le monde avec ses tournées et sa musique.

Avec le soutien de l’Ambassade d’Israël en France - Informations et réservations au 01 58 71 01 01
 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi