Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Criblé de balles, il sort du coma, désigne son assassin

Un Sicilien touché par quatre balles à la tête et plongé dans un coma désespéré s'est miraculeusement réveillé pendant quelques heures, le temps de désigner son neveu comme l'assassin avant de mourir, rapporte mardi le quotidien La Stampa. Lire la suite l'article

Le 4 octobre, dans une rue de Bagheria près de Palerme (Sicile, sud), Antonino Tripoli, 66 ans, était touché par quatre balles à la tête et hospitalisé dans un état desespéré.

Après dix jours de coma, M. Tripoli s'était brusquement réveillé et des policiers accourus à son chevet l'avaient alors bombardé de questions, auxquelles le blessé, parfaitement conscient mais privé de parole, avait répondu par des signes de tête.

Au fil de l'interrogatoire et guidé par ses indications, les enquêteurs avaient fini par lui montrer une photo de son neveu de 32 ans, Domenico Gargano, que le blessé avait pointé du doigt pour confirmer qu'il était bien le tireur.

Antonino Tripoli est mort quelques heures plus tard, indique le quotidien.

Des japonais affirment avoir pris des photos d'empreintes du Yéti

Des alpinistes japonais affirment avoir photographié des empreintes du légendaire Yéti et soulignent que ces clichés pourraient enfin prouver l'existence d'un singe géant vivant dans les hautes montagnes de l'Himalaya.

L'équipe de sept montagnards nippons a passé 42 jours sur les pentes du mont Dhaulagiri dans le nord du Népal, a précisé à l'Associated Press Kuniaki Yagihara. "Nous avons déjà envoyé les photos au Japon pour être analysées par les scientifiques de l'université de Kyoto", a dit Yagihara depuis la capitale népalaise de Katmandou.

Créateur avec quelques autres inconditionnels de l'abominable homme des neiges du "Projet Yéti Japon", Yagihara, originaire de Maebashi, une ville située au nord de Tokyo, en est à son troisième séjour dans cette région du Népal.

Il a expliqué que l'équipe avait repéré plusieurs empreintes dans la neige à une altitude de 4.400m. A un moment, Yagihara affirme même avoir vu une silhouette brune dans ses jumelles mais n'a pas pu s'assurer qu'il s'agissait bien d'un yéti. La silouhette était alors à quelque 800m.

Yagihara a souligné que les empreintes retrouvées par l'équipe ne peuvent pas être humaines parce que les gens à cette altitude-là portent des bottes. Quant aux autres animaux tels que les ours, ajoute-t-il, on ne les voit pas à cette hauteur.

Le récit de cette équipe nippone n'a pas pu être authentifié de manière indépendante.

Les histoires de yéti sont nombreuses et ne datent pas d'hier. La dernière en date remonte à l'année dernière quand un animateur de la télévision américaine a affirmé avoir pris le moulage de trois empreintes de pas dans un secteur situé près de l'Everest.

Josh Gates, l'animateur de l'émission "Destination Truth" (Destination Vérité, NDLR) diffusée sur la chaîne SciFi (Science fiction), avait alors affirmé que son équipe et lui avaient découvert trois traces de pas le 28 novembre 2007 alors qu'ils enquêtaient sur des visions de yéti rapportés par des sherpas et des agriculteurs vivant dans la région reculée de Khumbu.

Sherpas et bergers colportent depuis des années au Népal des histoires sur une créature simiesque vivant dans les régions les plus isolées près du toit du monde.

Nombreux sont les alpinistes à partager cette croyance mais l'existence du yéti n'a jamais été avérée.

Un morceau de la Tour Eiffel vendu ...

eiffel.jpgUn tronçon de l'escalier d'origine de la Tour Eiffel a été vendu lundi aux enchères à Drouot (maison Ader) 80.550 euros (avec les frais), a indiqué la maison de vente.

Ce tronçon d'escalier, estimé entre 60.000 et 80.000 euros, a été acheté par un homme d'affaires brésilien qui compte l'installer chez lui "en Europe", a-t-il fait savoir sans plus de précision.

Le tronçon de 3,50 m de l'escalier hélicoïdal d'origine de la Tour, datant de 1889, comporte 18 marches et pèse quelque 700 kg. L'escalier qui reliait depuis 1889 le 2e au 3e étage de la Tour Eiffel avait été démonté en 1983 et vendu en lots.

Il y a un an, un tronçon quasi identique avait été vendu 180.000 euros.

Un autre tronçon sera vendu chez Sotheby's le 26 novembre à Paris.

Légumes et fruits bons pour le coeur: une vérité sur les cinq continents

Un régime alimentaire riche en fruits et en légumes réduit les risques de crises cardiaques alors que manger salé et frit les augmente, et ce quel que soit le continent, selon une étude internationale publiée lundi.

Pour cette étude, appelée INTERHEART, les chercheurs ont examiné 16.000 patients victimes d'infarctus entre 1999 et 2003, dans le monde entier, contrairement aux travaux précédents qui ne prenaient en compte que les pays développés, a expliqué à l'AFP Salim Yusuf, l'un des principaux auteurs de l'étude.

Les patients ont rempli un questionnaire sur leurs habitudes alimentaires, basé sur 19 groupes d'aliments comprenant à la fois des denrées bonnes et mauvaises pour la santé, et tenant aussi compte des préférences alimentaires de chaque pays prenant part à l'étude.

Les chercheurs ont relevé que les adeptes des aliments frits, des en-cas salés, des oeufs et de la viande --le régime dit "occidental"-- avaient 35% de risques supplémentaires d'avoir un infarctus que ceux consommant peu ou pas d'aliments frits ou de viande, quel que soit le pays où ils vivent.

Les personnes observant un "régime prudent", riche en légumes crus ou cuits et en fruits, ont 30% de moins de risque de subir une crise cardiaque que celles consommant peu de fruits et de légumes, souligne l'étude.

Le troisième type de régime alimentaire, dit "régime oriental", contenant des aliments comme le tofu et la sauce soja, semble avoir peu d'impact sur le risque d'infarctus. Le tofu par exemple possède des propriétés protectrices pour le coeur mais la sauce soja, à haute teneur en sel, les annule, note l'étude publiée dans Circulation, la revue de l'American Heart Association.

Auparavant, "nous avions centré les recherches sur les pays occidentaux où les crises cardiaques prédominaient il y a 25 ou 30 ans," poursuit M. Yusuf, professeur de médecine à la McMaster University, au Canada.

"Mais le nombre d'infarctus augmente dans les pays en voie de développement. 80% des maladies cardio-vasculaires touchent aujourd'hui les habitants de pays à faible revenu ou revenu moyen, en partie parce que de plus en plus de gens y adoptent le régime alimentaire occidental", conclut-il.

Manger sans plaisir: une clé pour comprendre l'obésité?

Ce qui fait du bien ne peut pas faire de mal: dans une étude surprenante, la première de ce type, des scientifiques américains soulignent que l'obésité toucherait les gens qui mangent sans plaisir, alors que ceux qui se régalent seraient protégés. Lire la suite l'article

Pourquoi? Parce que lorsqu'une femme boit un milk-shake, par exemple, et que le plaisir qu'elle en tire est insuffisant, elle compense en mangeant plus qu'une autre qui le savourerait. En témoigne la lecture de scanners cérébraux (IRM), par des scientifiques américains dont les travaux sont publiés dans le dernier numéro du journal "Science".

"Plus le goût du milk-shake est émoussé, plus vous risquez de prendre du poids", résume le Dr Eric Stice (Institut de recherche de l'Oregon), qui a mené le travail.

Une alimentation équilibrée et de l'exercice physique sont les principaux facteurs de protection contre le surpoids. Mais les scientifiques savent depuis longtemps que la génétique tient une place importante dans la survenue d'une obésité, et que le grand coupable est sans doute la dopamine, un médiateur cérébral qui représente la clé de la sensation de plaisir.

Manger stimule temporairement le taux de dopamine. Des scanners cérébraux suggèrent que les obèses auraient moins de récepteurs cérébraux dopaminergiques que les personnes minces. Et une variante génétique particulière, la Taq1A1, serait corrélée à moins de récepteurs dopaminergiques.

"Cet article nous fait franchir une étape", a déclaré le Dr Nora Volkow, des Instituts nationaux de santé américains (NIH), spécialiste de la dopamine, qui étudie depuis longtemps son lien avec l'obésité.

"Ce travail montre que le gène est associé à une plus grande vulnérabilité à l'obésité et pose la question du pourquoi. Comment le cerveau fonctionne-t-il pour rendre un individu plus enclin à la compulsion alimentaire et à l'obésité?", ajoute la spécialiste.

Pour arriver à cette observation, l'équipe de Stice a d'abord cherché à étudier les réactions immédiates du cerveau face à la nourriture: bouger à l'intérieur d'un appareil à IRM fausse les mesures, ce qui excluait la possibilité de faire boire leur milk-shake aux femmes pendant l'examen radiologique.

Dana Smalll, spécialiste de neurosciences, a résolu ce problème grâce à l'utilisation d'une seringue spéciale délivrant directement dans la bouche une petite quantité de milk-shake ou bien une solution neutre, permettant de pratiquer l'examen sans que les participantes ne bougent.

Les chercheurs ont ensuite recruté des volontaires: 43 étudiantes âgées de 18 à 22 ans, et 33 adolescentes de 14 à 18 ans. Selon le calcul des indices de masse corporelle, les jeunes filles étaient de très minces à obèses.

Les scanners cérébraux montraient qu'une région clé, le striatum dorsal, le centre du plaisir très riche en dopamine, devenait actif au moment où les cobayes goûtaient au milk-shake, mais pas quand elles goûtaient au liquide neutre.

Pourtant, cette région du cerveau était beaucoup moins active chez les personnes en surpoids que chez les minces et ceux qui possèdent cette variante génétique A1, soulignent les chercheurs. De plus, les femmes qui possédaient cette version du gène étaient plus susceptibles de grossir dans l'année.

Il s'agit d'une petite étude avec peu de porteurs de gènes et elle doit être vérifiée, a déclaré Volkow.

Toutefois, elle pourrait avoir d'importantes implications. Volkow, qui dirige l'Institut national d'abus de drogues, souligne que "la dopamine ne sert pas qu'au plaisir". Elle joue aussi un rôle dans le conditionnement -les taux de dopamine affectent l'addiction aux drogues- et dans la capacité de contrôle de l'impulsivité.

Elle se demande si, au lieu de prouver qu'elles dévorent pour compenser le manque de plaisir, ce qui est la conclusion de Stice, l'étude ne montrerait pas en fait que les personnes présentant un défaut de fonctionnement de la dopamine mangent en réalité parce qu'elles sont impulsives.

Quoiqu'il en soit, au niveau des papilles, la plupart des personnes testées trouvent le milk-shake savoureux... C'est la réaction cérébrale qui est subconsciente.

Si les médecins peuvent déterminer qui possède le gène à risque, alors les enfants en particulier pourraient être orientés "vers des sports ou autres qui leur procurent satisfaction et plaisir et de la dopamine, mais qui ne soit pas de la nourriture... et à ne pas habituer leur cerveau à de la mauvaise nourriture", a déclaré Stice, un psychologue clinicienne qui étudie depuis longtemps l'obésité.

Les jeunes Juifs se mobilisent pour Obama

obamakipz.jpgArticle paru dans "le Figaro", le   20/10/08

(DR)La Floride est devenue un lieu de villégiature pour de nombreux retraités. Parmi eux, les électeurs juifs sont un enjeu pour les démocrates dans un État qui avait scellé la victoire du républicain George W. Bush en 2000.
La Floride est devenue un lieu de villégiature pour de nombreux retraités. Parmi eux, les électeurs juifs sont un enjeu pour les démocrates dans un État qui avait scellé la victoire du républicain George W. Bush en 2000.
Dans l'État clé de la Floride, ils sont venus nombreux pour participer au «Great Schlep», ce mouvement qui invite les jeunes Juifs à faire campagne auprès de leurs parents, pour le candidat démocrate.

Mandy Levenberg, 36 ans, titulaire d'un MBA de l'Université de Chicago, experte en marketing dans la célèbre firme Iconoculture, est ce qu'on appelle en Amérique une successful professional. Qu'est-ce qui a donc pu pousser cette jolie jeune femme à sacrifier un long week-end, à laisser son mari et leurs deux filles dans leur maison de Seattle, à traverser en avion à ses frais tout le pays d'ouest en est, pour se retrouver ce samedi matin dans un centre commercial sans intérêt du sud de la Floride, derrière une table d'écolier, à cocher des noms sur une liste, un téléphone à la main ? Ici, à Delray, au numéro 14537-C de Military Trail, une avenue à six voies de 70 km de long traversant du nord au sud le comté de Palm Beach, nous sommes au quartier général de la campagne d'Obama pour le sud de la Floride. Le local de 400 m² éclairé au néon, recouvert de posters prônant «l'espoir» et le «changement», envahi de militants de tous âges, respire la ferveur mais aussi la plus méticuleuse organisation.

«Nous allons mettre des années à nous remettre de Bush»

Mandy a répondu oui à un mouvement développé sur Internet sous le nom de Great Schlep (mot venant du yiddish, qu'on pourrait traduire par «grand crapahutage»), qui invite les jeunes Juifs à aller faire campagne pour Obama auprès de leurs parents et grands-parents. Le mail qu'elle a reçu du «conseil juif pour l'éducation et la recherche», une association politique créée en juillet, contenait, en pièce jointe, une vidéo comique de l'actrice satirique Sarah Silverman, l'invitant à «bouger ses grosses fesses juives» et affirmant qu'elle blâmerait les Juifs toute sa vie si Obama perdait. «Quand j'ai vu la vidéo, je l'ai trouvée à fois marrante et pertinente. Mais c'est après avoir visionné Recount, qui m'a littéralement horrifiée, que je me suis vraiment décidée pour mon schlep.» Recount est un docu-fiction, qui retrace la lamentable cacophonie du dépouillement électoral de la Floride en 2000. En refusant un recompte des voix, la Cour suprême des États-Unis avait donné la présidence à Bush, contre un Al Gore qui avait remporté nationalement le suffrage populaire.

«L'élection de Bush a été une catastrophe pour notre pays. Nous allons mettre des années à nous en remettre. Ce que je fais aujourd'hui, je le fais pour mes filles. J'ai envie qu'elles puissent voyager à travers la planète sans qu'on les haïsse !, s'exclame Mandy. En élisant Obama, nous montrerions au monde que nous avons enfin progressé ! Et j'ai compris qu'il était crucial de gagner la Floride.»

Pour Obama, gagner l'immense swing state de Floride (27 grands électeurs sur un collège qui en compte 540), c'est mécaniquement gagner l'élection nationale. Dans le comté de Palm Beach, où l'on compte quelque 27 synagogues, 40 % des 800 000 électeurs sont juifs. Pour la plupart, des retraités, originaires de New York ou du New Jersey. Mandy va commencer son porte-à-porte d'indécis par sa propre grand-mère, qui vit dans la très chic station balnéaire de Boca Raton, au sud de Palm Beach. Tous ces retraités ont reçu des dizaines de mails mensongers, provenant d'officines républicaines, leur affirmant qu'Obama était musulman et que, lors de son élection au Sénat, il «avait prêté serment, la main sur le Coran». La vérité est qu'Obama, élevé par une mère athée, s'est converti jeune homme au christianisme, après avoir lu saint Augustin. Ses deux filles sont baptisées et, chez les Obama, on dit le bénédicité avant de passer à table.

«Dégoûtée par la calomnie»

Pour trouver la preuve que ces mensonges ont la vie dure, il suffit de traverser l'avenue et d'aller déguster un jewish deli chez Ben's Bagels, à côté du supermarché casher Glick's de Delray. Ici, il n'y a que les serveuses noires qui soient goys. Laura, retraitée originaire de Brooklyn, pourtant démocrate depuis toujours, se demande devant ses amies médusées quels «liens Obama entretient avec al-Qaida».

«Mensonges, mensonges, mensonges. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis dégoûtée par cette campagne calomnieuse contre Obama ; ils tentent de reproduire leur manip de 2004 contre Kerry, faisant passer cet officier décoré du Vietnam pour un lâche, et Bush, qui s'était pourtant planqué, pour un héros !», s'exclame en français une cliente voisine. Ginette Kitmacher, 82 ans, est une war bride, qui a épousé un soldat américain à Marseille en septembre 1944, après s'être échappée deux ans plus tôt de Drancy grâce à l'humanité d'un capitaine de gendarmerie français. Plus de soixante ans passés aux États-Unis ne lui ont pas fait perdre l'accent parigot de son IIIe arrondissement natal.

À la permanence électorale de Delray, pour aider les volontaires du porte-à-porte démocrate, on trouve des piles de prospectus rappelant l'engagement pro-israélien des sénateurs Barack Obama et Joe Biden, avec un extrait du discours du candidat démocrate devant l'American Israeli Public Affairs Committee, le principal lobby pro-israélien du pays : «J'amènerai à la Maison-Blanche un engagement indéfectible à la sécurité d'Israël… Je ferai en sorte qu'Israël puisse se défendre de toute menace, qu'elle vienne de Gaza ou de Téhéran.»

Dehors, devant la permanence balayée par le vent chaud de la mer, se tient une vieille dame rieuse, qui invite les passants à s'enrôler pour Obama. Rachel Burstein, médecin acupuncteur à la retraite, arbore un badge proclamant «Obama is a mensch». Mensch est un mot yiddish signifiant un homme à la fois bon, instruit, sincère et courageux. «En envahissant l'Irak, Bush a desservi la sécurité d'Israël ; il a permis à tous les terroristes de trouver un terrain d'entente. C'est à ses amis saoudiens qu'il aurait dû s'en prendre !»

Rachel raconte que le rabbin Agler, de la synagogue B'nai Israël de Boca Raton, a mis en garde ses ouailles contre la propagation des calomnies anti-Obama, lors d'un sermon à la veille du Yom Kippour. «Il nous a cité les passages de la Torah condamnant le lashon harah, c'est-à-dire la propagation de fausses rumeurs visant à détruire la réputation d'autrui. Il nous a invités à détruire les e-mails mensongers. Sans appeler explicitement à voter pour Obama, il nous a rappelé que les Juifs, instruits par leur histoire, avaient le devoir de combattre la calomnie et le racisme.»

«Réticents parce qu'il est noir»

Samuel, un jeune militant juif descendu du New Jersey, explique que «beaucoup de vieux Juifs sont encore réticents à l'égard d'Obama parce qu'il est noir. Mais ils ne le reconnaîtront jamais et prétexteront toujours son prétendu “manque d'expérience”. C'est à nous de leur rappeler à quel point les Juifs ont jadis souffert du racisme, y compris en Amérique !» En 2000, Al Gore avait recueilli 79 % du vote juif. Mais Samuel est préoccupé par un sondage qui dit qu'Obama n'atteindrait pas ce pourcentage aujourd'hui.

À 11 heures ce samedi, le silence se fait soudain dans le quartier général, où se tiennent près de 500 volontaires de tous âges. Wyatt, un jeune homme blond en jean et chemise bleue, commence à exposer la stratégie du QG pour les trois semaines et demi précédant l'élection. C'est un staffer (un «permanent»), goy, venu tout exprès de Chicago, qui a l'air de sortir tout droit de l'université. Mais, le micro à la main, il s'exprime déjà avec l'assurance des vieux politiques. Tout est passé en revue dans l'organisation des mille «équipes de proximité» quadrillant la Floride : la recherche puis le démarchage des électeurs indécis, le vote par correspondance, le voiturage des handicapés et des pauvres, le placement d'avocats volontaires auprès de chacun des bureaux de vote, etc. Wyatt dit qu'il est prouvé que sur douze électeurs correctement démarchés, l'un passe fatalement du bon côté.

À midi, le briefing achevé, les militants s'ébrouent pour se mettre au travail. À une écrasante majorité, ils sont juifs. Mais il y a aussi quelques mamas noires. L'une d'elle arbore un tee-shirt avec Martin Luther King, Barack Obama et ce slogan : «Le rêve est en train de devenir réalité !» Mandy Levenberg sourit : «En écoutant son magnifique discours à la convention démocrate, où il a dit qu'il n'y avait pas d'Amérique bleue ni d'Amérique rouge mais qu'une seule Amérique, j'ai compris ce qui m'attirait le plus chez Obama : loin d'être un diviseur du pays, il en sera l'unificateur !»

Tzipi Livni réclame deux semaines de plus pour monter sa coalition

La Première ministre désignée Tzipi Livni a réclamé lundi au président israélien de lui accorder deux semaines supplémentaires pour tenter de mettre sur pied une coalition de gouvernement.

Mme Livni, élue à la tête du parti centriste Kadima le mois dernier, s'est vue confier la responsabilité de discuter avec les partis à la Knesset pour constituer une équipe gouvernementale. Elle disposait pour cela dans un premier temps de 28 jours.

Le fait qu'elle a échoué à obtenir un accord avec ses partenaires potentiels dans ce délai souligne les difficultés à constituer une équipe solide.

Tzipi Livni a rendu visite lundi matin au président Shimon Perès pour cette demande de prolongation, qui n'est qu'une formalité et devrait lui être accordée.

Mais si elle ne réussit pas à rassembler autour d'elle une majorité solide d'ici deux semaines, des élections anticipées risquent de devoir être organisées.

Des galeries secrètes géantes à vendre.

A vendre, labyrinthe de tunnels à l'épreuve des bombes, caché 30 mètres sous terre au centre de la capitale britannique, Londres. Nous consulter pour le prix. Lire la suite l'article

Les tunnels de Kingsway, construits en 1942 pour résister au Blitz, sont mis en vente par le groupe de télécommunications BT. "Nous cherchons un acheteur imaginatif et d'envergure pour les remettre en service" résume Elain Hewitt, porte-parole de British Telecom.

Le site a une histoire fantastique, il a servi aux services secrets britanniques, le M16, en 1944. A quel usage, mystère, car ils n'ont rien laissé en partant. Le kilomètre et demi de galeries a ensuite servi de stockage pour des archives confidentielles. La Poste britannique y stockait 400 tonnes de "documents hautement sensibles", 323 mètres cubes de papier, avant de céder la place à BT.

Les communications longue distance étaient interconnectées ici. Une ligne rouge reliant les Américains et les Soviétiques dans les années 1960 passait par là. Mais ce n'est plus nécessaire à l'ère de l'Internet.

Une Américaine vole l'identité de sa fille ...

Wendy Brown, une Américaine de 33 ans, est accusée d'avoir usurpé l'identité de sa fille de 15 ans pour intégrer l'équipe des pom-pom girls du lycée local. Elle a plaidé la folie passagère. Lire la suite l'article

L'adolescente habite avec sa grand-mère maternelle, dans le Nevada. Et sa mère a emprunté son nom - et son âge - pour s'inscrire dans un lycée proche de son domicile, dans le Wisconsin, rapporte la "Green Bay Press Gazette".

D'après une plainte des autorités fédérales, Wendy Brown a, sous cette fausse identité, assisté à une journée de cours, participé à une séance de l'équipe des pom-pom girls ainsi qu'à une fête au domicile de l'entraîneur.

Cette accusation d'usurpation d'identité n'est pas son unique souci judiciaire. Wendy Brown doit également répondre de faux et de vol dans une autre affaire: elle a collecté des loyers pour un appartement qu'elle n'avait pas le droit de louer.

Si elle est reconnue coupable de tous ces chefs, elle pourrait écoper de près de 13 ans de prison.

Israël fait une demande au Vatican

Israël a demandé au Vatican de ne pas lier une éventuelle visite du pape Benoît XVI en Terre sainte à l'actuel débat autour de la béatification du pape Pie XII, a déclaré le président israélien Shimon Pérès dimanche.

Alors qu'il est question qu'une visite du souverain pontife soit organisée, une photo est exposée au mémorial de la Shoah Yad Vashem, à Jérusalem, avec une légende qui précise que Pie XII n'a pas assez agi, pendant la Seconde Guerre mondiale, pour sauver les Juifs du génocide nazi.

Un officiel des instances catholiques, qui défend la béatification de Pie XII, projet relancé le 9 octobre par Benoît XVI, a dit que cette photo empêcherait une future visite du pape. Mais un porte-parole du chef suprême de l'Eglise catholique romaine a affirmé que celui-ci ne prévoyait aucune visite.

Cette question n'est pas un obstacle, a dit Shimon Peres à l'Associated Press. "La visite du Saint père en Terre sainte n'a rien à voir avec la colère ou les conflits, la terre est sainte quelle que soit l'époque, sacrée pour nous tous".