Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Un soldat tué par des terroristes à Shehem

                            Un soldat tué par des terroristes à Shehem

Le 19/09/07, Les soldats combattent inlassablement les commandos terroristes sévissant notamment dans la région de Shehem. Généralement, ces opérations sont efficaces et permettent l’arrestation ou quelquefois l’élimination d’éléments particulièrement dangereux pour la sécurité des citoyens israéliens.

Malheureusement, ce mardi matin, les affrontements avec les Palestiniens, qui ont eu lieu dans le camp de réfugiés d’Ein Beit Ilma, à Shehem, ont été particulièrement violents et ont coûté la vie à un soldat israélien. Un autre militaire a été légèrement blessé dans cet accrochage.

Tsahal a précisé que l’action entreprise dans ce secteur avait été lancée suite à de nombreux avertissements concernant la planification d'attentats contre des cibles israéliennes pendant les fêtes de Tishri. Les forces de sécurité ont imposé, dans la nuit, le couvre-feu sur le camp et ont commencé leurs perquisitions sur place. Cette intervention a suscité des réactions extrêmement agressives des terroristes qui ont ouvert le feu, au moins à dix reprises, sur les soldats. Ces derniers ont riposté.

C’est au cours d’un de ces échanges de tirs que le soldat a été tué et qu’un autre a été légèrement atteint par des éclats. En outre, les assaillants ont lancé une charge explosive sur l’unité de Tsahal mais fort heureusement, personne n’a été blessé.

L’action a été menée essentiellement contre des cellules du FPLP, dont un des terroristes a été abattu pendant l’opération, et du Hamas. Les deux groupes collaboreraient pour perpétrer des attentats à l’intérieur du territoire israélien. Suite aux nombreux avertissements parvenant régulièrement aux services de sécurité, Tsahal juge plus prudent en ce moment de faire des incursions toutes les nuits dans le secteur afin d’arrêter des individus recherchés. C’est là que les soldats se heurtent à une résistance acharnée d’hommes armés.

On se souvient que la semaine dernière, c’est grâce à une opération de ce genre qu’un grave attentat a été évité. Les terroristes interceptés prévoyaient de s’attaquer à des Israéliens de Tel Aviv pendant la fête de Rosh Hashana.

Touristes russes sans visa : oui mais …

                              Touristes russes sans visa : oui mais …

Le 19/09/07, Le gouvernement, sous l’impulsion de son Premier ministre, vient d’approuver une proposition visant à permettre l’accueil de touristes russes en Terre Sainte sans visa. Pour beaucoup, cette décision augure d’une manne financière, pour certains autres, elle représente un danger. Explications.

Cette idée a été initialement lancée par le ministre du Tourisme Itshak Aharonovitch, du parti Israël Beiténou (Israël, notre maison), un parti essentiellement soutenu par des immigrants venus de l’ex Union Soviétique. Pour Aharonovitch, le constat est aussi simple que comptable : ce plan est voué à insuffler " des centaines de milliers de shekels à l’économie israélienne". Face à ce raisonnement des plus pragmatiques, seul le parti religieux Shass est venu faire entendre une voix discordante, en votant purement et simplement contre ce projet. Selon lui, l’arrivée de cet argent entraînera inévitablement une recrudescence du crime et de la prostitution.

Plus de quatre millions de touristes russes visitent le Proche Orient chaque année, mais le ministre du Tourisme, Itshak Aharonovitch, souligne que "seuls 100 000 d’entre eux passent par Israël, simplement parce qu’un visa leur est nécessaire. Ce qui n’existe pas dans les pays autour de nous". Toutefois, ce nouvel accord n’entrera en vigueur qu’à partir du moment où la Russie en fera de même avec les touristes israéliens. Les responsables officiels israéliens étudient donc actuellement cette option avec leurs homologues russes. Le récent ministre du Tourisme, nommé il y a six mois seulement, renchérit en affirmant que "l’arrivée de 100 000 touristes russes représente 4000 emplois et plus de 100 millions de dollars pour l’économie de notre pays. La perspective de lever l’obligation d’un visa pourrait attirer des centaines de milliers de touristes supplémentaires".

En attendant, le tourisme russe en Terre Sainte connaît déjà une hausse certaine, avec ou sans visa. Un rapport élaboré pour les ministères du Tourisme et des Finances révèle que durant les sept derniers mois de l’année 2007, 77 000 touristes russes ont foulé notre sol, contre 46 000 l’année précédente, sur la même période. Le ministre de la sécurité intérieure, Avi Dichter, qui supervise la police nationale, s’était initialement opposé à cette initiative mais a finalement voté en sa faveur.

Seuls donc, les quatre ministres du parti Shass ont voté contre ce plan. Et l’ont expliqué par une déclaration affirmant : "La police avait prévenu, il y a peu, que l’infiltration criminelle profiterait de la nouvelle situation et de cet assouplissement de la loi des visas. Nous attendons toujours une explication pour savoir pourquoi et comment une telle menace s’est tout simplement évanouie".

Nov est en deuil après la mort tragique de Ben Sion

                          Nov est en deuil après la mort tragique de Ben Sion

Le 19/09/07, La petite localité religieuse de Nov, dans le sud du plateau du Golan, est en deuil. Elle vient de perdre l’un de ses jeunes, le sergent-chef Ben Sion Haïm Henneman z"l, 21 ans, qui a été tué mardi matin par des terroristes lors d’une opération de son unité dans le camp de réfugiés d’Ein Beit Ilma, à Shehem.

Le jeune homme est né dans le village de Soussia, dans le Har Hévron. Ses parents, Yaakov et Tamar, ont eu la joie de donner le jour à une belle famille composée de dix enfants. A présent, ils pleurent l’un d’entre eux, victime d’une balle tirée par un terroriste.

Les Henneman ont quitté Soussia pour le Golan lorsque Ben Sion était un enfant. Son père s’est lancé dans l’agriculture et sa mère a trouvé un emploi de conseillère pédagogique dans un centre culturel installé à Hispin. Ben Sion a suivi des études secondaires à la yeshiva de Merkaz Harav à Jérusalem. Après un bref passage à la yeshiva de Mitspé Ramon, dans le sud du pays, il a entamé son service militaire en tant que combattant dans une unité de parachutistes. Il devait reprendre la vie civile le mois prochain.

Le jeune soldat rêvait d’effectuer un voyage à l’étranger après avoir accompli ses obligations militaires. Ensuite, a raconté son frère Roï, il voulait étudier l’agriculture et se spécialiser dans la fabrication du vin dans le cadre de l’entreprise familiale.

Les membres de sa famille ont évoqué son souvenir avec émotion. Ils ont déclaré : "Il n’était pas un grand bavard. ’Mais derrière ses yeux bleus pénétrants, il y avait tout un monde qui a été anéanti ce matin à Shehem".

Le secrétaire de la localité, Yaakov Nussembaum, a indiqué que 115 familles vivaient aujourd’hui à Nov et qu’une quarantaine d’entre elles représentaient déjà la seconde génération. Il a souligné que la motivation des jeunes était très élevée et qu’ils aspiraient à entrer dans des unités combattantes, voire même d’élite. Il a rappelé qu’une autre famille avait été endeuillée il y a trois ans par le décès du jeune Eilon Horowitz, tué dans un accident lors d’un entraînement de son unité, sur le plateau du Golan.

Les obsèques du sergent chef Ben Sion Haïm Henneman auront lieu ce mardi soir. Il sera inhumé à 23h30 au cimetière de Hispin, dans le Golan.

Les Arabes israéliens menacent de boycotter El Al

                       Les Arabes israéliens menacent de boycotter El Al

Le 19/09/07, Les Arabes israéliens prétendent être victimes de mesures discriminatoires et c’est pour présenter leurs doléances qu’ils ont réuni mardi après-midi une conférence de presse à Nazareth. A cette réunion, organisée par le comité de défense dépendant de la commission de contrôle suprême des Arabes israéliens, ont été conviés notamment des députés arabes et le chef de la section nord du mouvement islamique d’Israël, le cheikh Raed Salah.

Lors de leur intervention, les initiateurs de ce mouvement ont dénoncé entre autres les mesures prises ces derniers temps contre Salah, pourtant connu pour ses provocations fréquentes et ses propos hostiles à l’Etat d’Israël. Ils se sont également élevés contre l’attitude des autorités à l’égard du député Saïd Naffaa, du parti Balad, qui s’est permis de se rendre en Syrie alors que la loi interdit les voyages de parlementaires en pays ennemi.

Et dans ce contexte, ils ont annoncé qu’ils envisageaient de boycotter la compagnie aérienne israélienne El Al en guise de protestation contre les contrôles minutieux dont les Arabes font l’objet lors de leurs voyages à l’étranger.

Ils ont expliqué que leur action s'inscrivait dans le cadre de leur lutte contre les "harcèlements politiques" dont seraient victimes les dirigeants arabes et ont donc protesté contre les fouilles effectuées tant dans les aéroports que dans les passages frontaliers israéliens.

Concernant El Al, les organisateurs ont prétendu que les voyageurs arabes subissaient des "humiliations" lors des vérifications à l’aéroport, en particulier lorsqu’ils utilisaient les services de cette compagnie. Ils ont ajouté que cela faisait des années qu’ils réclamaient des changements et qu’ils recommandaient donc à leur comité d’envisager ce boycott.

Le porte-parole d’El Al, Ran Rahav, a tenu à réagir à ces accusations. Il a indiqué que les contrôles étaient effectués par les services de l’aéroport et que tous les voyageurs, sans exception, étaient soumis aux fouilles pour des raisons évidentes de sécurité. Il a ajouté : "El Al est une compagnie aérienne internationale transportant chaque année des millions de voyageurs. Notre société est en contact permanent avec la commission de contrôle des Arabes israéliens et œuvre en coopération avec ses représentants afin de procurer les services les meilleurs et les plus efficaces à ses passagers arabes tout en veillant à leur sécurité".

Finies les rides grâce à Face chez Sephora


                         Finies les rides grâce à Face chez Sephora

face.jpgSephora propose une nouvelle gamme de soins anti-rides adaptés à votre âge, Face.
A partir de 30 ans, adoptez le soin premières rides en fonction de la nature de votre peau (normale, sèche ou mixte à grasse). Grâce à des extraits moléculaires de riz, des antioxydants, et des filtres UV FPS 15, vous bénéficierez d’un bouclier actif contre les premiers signes de l’âge.

Après 40 ans, lissez vos rides grâce à trois produits à base d’huiles rares : un soin jour FPS 10, un soin de nuit et un soin des yeux. A base d’huile d’orchidée noire, d’huile de bois de rose, et d’huile d’argan, vos rides s’estompent, et votre peau est nourrie et revitalisée.

Pour prendre soin de votre peau de manière plus profonde, la gamme Face se décline également en démaquillants, toniques, masques, etc. à des prix très doux, comme votre peau après leur passage…

Gamme de soin Face, entre 1,20 € et 28 €.
Plus d’infos sur le site Sephora

Israël: Olmert requinqué dans les sondages par des informations sur un raid en Syrie

Israël: Olmert requinqué dans les sondages par des informations sur un raid en Syrie

JERUSALEM , le 18/09/07- La popularité du Premier ministre israélien Ehud Olmert a décollé dans la foulée d'un mystérieux raid israélien en Syrie qui aurait visé des équipements nucléaires nord-coréens, alors que Pyongyang a démenti tout lien avec Damas dans le domaine atomique.
Selon un sondage publié mardi, la cote de popularité d'Ehud Olmert a bondi de 10% en deux semaines pour atteindre 35%. Cette remontée est d'autant plus spectaculaire que le Premier ministre était au plus bas dans les sondages à la suite des ratés de la guerre au Liban de l'été 2006.

Dans le même temps, 78% des personnes interrogées affirment soutenir l'attaque qu'aurait menée, selon des informations en provenance de l'étranger, l'aviation israélienne contre des "cibles nucléaires" en Syrie.

"Le Premier ministre a tout lieu d'être satisfait", a souligné Mina Tzémah, directrice de l'institut de sondage Dahaf, dont les résultats ont été publiés par le quotidien Yédiot Aharonot.

Elle a rappelé qu'en 1981, Menahem Begin, alors Premier ministre et donné largement perdant aux législatives, avait réussi à l'emporter face à son rival travailliste Shimon Peres à la suite d'un retournement de l'opinion provoqué par l'attaque réussie contre une centrale nucléaire en Irak.

Les commentateurs, qui avaient eu tendance à enterrer ces derniers mois Ehud Olmert, en prévoyant sa démission imminente à la suite de la publication d'un rapport accablant d'une commission d'enquête sur la guerre du Liban, reconnaissent que le Premier ministre parvient à s'accrocher au pouvoir.

"Ehud Olmert ne s'est pas livré à un pari politique intérieur en lançant une opération en Syrie mais il s'avère qu'il s'agit bel et bien d'un pari politique qui a réussi", estime Emmanuel Rozen, commentateur politique de la deuxième chaîne de télévision privée.

La signification de ce sondage doit toutefois être nuancée car il a été réalisé auprès d'un échantillon de 441 personnes représentatives de la population juive, ce qui exclut la minorité arabe qui regroupe près de 19% de la population, alors que plusieurs députés arabes ont critiqué l'attaque israélienne en Syrie.

La Syrie a affirmé que sa défense antiaérienne avait tiré le 6 septembre sur des appareils israéliens ayant violé son espace aérien et a déposé une plainte devant l'ONU.

Israël continue d'observer un mutisme officiel total sur ce raid aérien qui, selon les médias étrangers, notamment anglo-saxons, aurait visé un site en Syrie abritant des équipements nucléaires livrés par la Corée du nord.

Réagissant à ces informations, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a démenti mardi tout lien entre Pyongyang et Damas dans le domaine nucléaire.

"Les médias américains, notamment le New York Times, ont récemment répandu des allégations selon lesquelles nous aidons secrètement la Syrie dans son programme nucléaire. De telles informations sont sans fondement et trompeuses", a indiqué un porte-parole du ministère.

Un quotidien officiel syrien, as-Saoura, a de son côté qualifié dimanche de "mensonges" les informations américaines et a estimé qu'elles pourraient constituer "le prélude à d'autres attaques" contre Damas.

Pour tenter de calmer le jeu, M. Olmert a adopté un ton apaisant lundi lors d'une rencontre avec des journalistes. Sans faire d'allusion directe à l'opération israélienne, il a réaffirmé qu'il était prêt à "des négociations sans conditions préalables" avec la Syrie tout en soulignant qu'il éprouvait "du respect" pour le président Bachar al-Assad.

Selon la radio de l'armée, le Premier ministre a ainsi voulu "apaiser" Damas et éviter des représailles militaires syriennes.

L'armée israélienne demande à France-2 ses images d'un enfant palestinien tué en 2000

L'armée israélienne demande à France-2 ses images d'un enfant palestinien tué en 2000

JERUSALEM, le 18/09/07 - L'armée israélienne a demandé à France-2 de lui transmettre l'intégralité des images de la mort d'un enfant palestinien de douze ans, tué il y a sept ans dans la bande de Gaza sous le regard des caméras de la chaîne française, ont annoncé lundi des responsables israéliens. Ce reportage avait soulevé une polémique en pleine Intifada.

L'armée israélienne a refusé d'expliquer la raison de sa demande. Les téléspectateurs du monde entier avaient été choqués par les images tournées par France-2 le 30 septembre 2000, montrant la mort du jeune Mohammed al-Doura. On y voyait le garçon et son père Djamal, collés contre un mur, tentant d'échapper à une fusillade nourrie entre soldats israéliens et militants palestiniens dans la bande de Gaza.

Dans le reportage de France-2, le père de l'enfant gesticule frénétiquement pour tenter d'arrêter les coups de feu alors que son fils hurle de terreur. On voit ensuite une image de l'enfant immobile, effondré sur les genoux de son père. Le journaliste Charles Enderlin, citant des témoins et le cameraman, avait indiqué que les coups de feu venaient de positions israéliennes.

Sept ans après, les circonstances de la fusillade font toujours l'objet d'une controverse. Les Palestiniens accusent les soldats israéliens de cette mort, devenue, pour les Palestiniens, un symbole de l'usage excessif de la force par Tsahal.

Dans un premier temps, l'armée avait déclaré que le tir venait "apparemment" des positions israéliennes, mais une enquête militaire avait par la suite déterminé qu'il était "tout à fait plausible que le garçon ait été touché par des balles palestiniennes pendant l'échange de coups de feu".

Une porte-parole de Tsahal a confirmé que l'armée israélienne a demandé à France-2 de fournir toutes les images filmées pendant la fusillade. "L'armée israélienne gère directement l'affaire avec la chaîne française", a-t-elle précisé de manière anonyme. Elle a refusé de dire si l'armée rouvrait l'enquête ni de préciser les raisons de cette requête.

Contactée par l'AP, France-2 n'a pas donné de précision dans l'immédiat.

Course iranienne au nucléaire

                                         Course iranienne au nucléaire
 
Le 18/09/07, Intensification des pressions internationales assorties de menaces d’ouverture de conflit armé avec Téhéran.
 
Le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) des Nations Unies, a déclaré lundi dans un discours devant l’assemblée générale annuelle de cette instance de l'ONU, à Vienne en Autriche,  que l’option militaire contre l'Iran ne devait être envisagée qu'en extrême et dernier recours. Mohammad El Baradei a notamment avancé : «Je n’aurais pas recommandé l’usage de la force, mais plutôt que soient tirés, par le monde entier, les enseignements de la guerre en Irak qui a coûté la vie à soixante dix mille civils, à cause d’une crainte que ce pays  détienne des armes non conventionnelles». Il prenait ainsi le contre-pied de la position du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui avait déclaré la veille dans les médias "qu’il fallait se préparer au pire, qui est la guerre", précisant qu’il fallait cependant "épuiser les moyens diplomatiques (...)  mais que si Téhéran détenait l’arme nucléaire, il s’agirait d’un danger réel pour le monde entier".
 
Le président iranien  Mahmoud Ahmadinejad, avait immédiatement  répliqué pour sa part, que la pression internationale n’y ferait rien, et que son pays ne stopperait pas son programme atomique.
Il y a un mois l’Iran avait signé avec l’AIEA un "accord de transparence" selon lequel elle s’engageait à répondre à toutes les questions de l'Agence sur les sujets concernant son projet nucléaire, accord d'ailleurs décrié par de nombreux pays qui avaient accusé Mohammad El Baradei de permettre à Téhéran de gagner encore du temps, alors que ce pays poursuivait sans relâche l’enrichissement de son uranium.
 

L’administration américaine a fait savoir de son côté que les six grandes puissances qui s'occupent actuellement de cette crise, se réuniraient vendredi prochain pour décider d'un durcissement des sanctions contre Téhéran. Par ailleurs, le Sunday Telegraph faisait état dans son édition de dimanche de deux plans d’attaque portant sur deux mille cibles iraniennes, alors qu’on estimait au Pentagone et à la CIA, que la Maison Blanche se dirigeait résolument vers un règlement militaire de ce conflit.

Du sable, des vagues … et du cinéma

                                    Du sable, des vagues … et du cinéma

Le 18/09/07, Que demander de plus ? Y a-t-il programme plus alléchant que celui-ci ? Fermez les yeux, ouvrez l’esprit et imaginez vous au bord d’une plage de Tel Aviv, sirotant le jus de votre choix et savourant une bonne toile. Ce rêve n’en est pas vraiment un. C’est plutôt un Festival : Kolnoa Hofim, ou Cinéma des plages, dans quelques jours à Tel Aviv.

Prenons un échantillon d’israéliens qui aiment la mer, cela fait beaucoup. Prenons en un autre qui aime le cinéma, cela fait encore plus. Prenons alors des israéliens qui aiment, et le cinéma, et la mer ! Il risque donc d’y avoir du monde à Tel Aviv, sur les plages jouxtant Banana Beach sur la Tayélet, à la fin du mois, pour la septième édition de ce Festival.

Quelques jours avant de fermer la saison des plages, et d’entrer dans celle de l’automne (et oui, déjà !), quatre jours de projections cinématographiques, durant la fête de Soukot (demi fêtes) sur écrans géants et son surround, à partir du 29 septembre prochain.

Au programme : des courts métrages d’animation réalisés par des étudiants en cinéma ainsi que des longs métrages du monde entier, tels que le beau biopic (biographie filmée) consacré à la vie du chanteur Ray Charles : Ray, réalisé par le cinéaste américain Taylor Hackford. Les spectateurs pourront également assister à la projection du dernier film du réalisateur chinois, Zhang Yimou : « Curse of The Golden Flower », du film israélien « Asodot » (Les Secrets) de Avi Nécher, sur le milieu juif orthodoxe. On pourra … plonger, dans un tout autre genre, dans l’intrigue du dernier thriller palpitant : Les Infiltrés de Martin Scorsese, avec Jack Nicholson, Léonardo di Caprio et Matt Damon, rien que ça !

Entrée libre ! On nage dans le bonheur, l'eau à la bouche, d’avance !