Le destin extraordinaire de Julia Haart, cette femme juive anti ultra-orthodoxe

Actualités, Alyah Story, Israël, Uncategorized - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le destin extraordinaire de Julia Haart, cette femme juive et anti ultra-orthodoxe

Julia Haart sort du milieu très fermé ultra-orthodoxe juif et est devenue un grand nom du monde de la mode.

Elle est née Talia Leibow, a été éduquée selon les valeurs orthodoxes, mariée à l'âge de 19 ans et a eu 4 enfants.

À 42 ans, et après des années de souffrance, Julia  a décidé de laisser tout tomber, mari, et enfants.

Très vite les pointures de la mode ont vite reconnu son talent, elle a gravi les échelons et est devenue une designer à succès et PDG de l'une des agences les plus respectées au monde, Elite World Group.

Aujourd'hui, elle est exposée au grand public dans une nouvelle série sur Netflix, My unorthodox Life.

Elle montre à  travers cette série totalement dédiée à sa vie, l'expérience  de ses enfants, qui vivent à mi-chemin entre tradition et modernité et les obstacles auxquels ils font face au quotidien.

Il ne fait aucun doute que l'histoire extraordinaire de Julia Haart a réussi à attirer beaucoup de monde, en partie grâce aux interviews révélatrices qu'elle a données.

Mais toute cette attention n'est pas que positive : alors que certains téléspectateurs soutiennent sa série et sa conception de vie d'autres choisissent de la critiquer.

Selon eux, la nouvelle série est coupable de dichotomie : elle présente un message sans équivoque selon lequel le monde ultra-orthodoxe est mauvais et le monde laïc est bon, et donc - cela et peut encourager la haine envers les ultra-orthodoxes dans le monde entier.

"Cette série mettra directement en danger la vie de certains Juifs", a écrit Jenny Singer dans une chronique personnelle pour le magazine Glamour . "C'est difficile pour moi d'apprécier ma vie en fait. Julia Haart est incroyable, féministe et drôle et aussi une femme d'affaires prospère."

Mais la série semble aussi  tout essayer pour dépeindre les Juifs ultra-orthodoxes comme des extrémistes, comme des gens malfaisants.' Ce sont des fondamentalistes", déclare à plusieurs reprises Julia.

La communauté est "dangereuse". Les membres de la famille qui sont moins respectueux de l'observance se moquent et critiquent les Juifs de la communauté. Il est vrai que certaines des coutumes des Juifs orthodoxes sont dignes de critique mais pas au point de les critiquer publiquement.

Jenny Singer poursuit en écrivant qu'« il n'est pas bon de punir une minorité entière, peu importe à quel point vous êtes en désaccord avec elle ou à quel point certaines de leurs pratiques sont nocives."

Cela n'aide pas les femmes orthodoxes, mais met tous les orthodoxes en danger. non pas que montrer des juifs dans les médias doit être positif, mais "les juifs haredi vivent dans une peur légitime et ça les décrit comme des monstres."

Certains téléspectateurs peuvent avoir en regardant la série avec mépris pour toutes les personnes religieuses, ce qui est triste."

Jenny poursuit en disant qu'elle-même est juive et a grandi dans une communauté juive libérale. Elle avait pitié des Juifs ultra-orthodoxes, elle pensait qu'ils étaient des victimes. Mais cette conception s'est avérée fausse.
"J'avais complètement tort quand j'ai supposé que chaque femme orthodoxe  était misérable."

Une preuve vivante de l'affirmation de  Jenny Singer est venue sous la forme d' une chronique personnelle publiée dans le magazine Forward deux jours plus tard.

Michal Berlin, le journaliste, connaissait personnellement Julia Haart alors qu'elle s'appelait encore Talia est était une femme juive ultra-orthodoxe.

Elle dit dans l'article qu'elle et Julia ont pas mal de points communs, mais que certaines choses importantes les différencient.

Michal Berlin n'a pas choisi de traiter les ultra-orthodoxes comme une faiblesse : "Je ne sais pas ce qui s'est passé dans l'école que vous avez fréquentée, c'est dommage d'entendre qu'elle ne  vous a pas fourni une éducation. " Michal Berlin a également écrit que "comme vous, je me suis mariée jeune. Nos rendez-vous étaient courts mais cet homme m'aime et me respecte, et ne me regarde pas comme une machine à bébé. Peut-être que mon mari a appris de son éducation étroite d'esprit à être exactement ce dont une femme a besoin.

"Comme vous, j'ai beaucoup de succès. Je possède ma propre entreprise, j'ai des clients fidèles et je gagne beaucoup d'argent. Oh, et d'une manière ou d'une autre - ma famille, y compris les hommes, me soutiennent en cas de besoin."

Parfois, je gagne 1 $ millions d'offres pendant que je fais du cholent, plat traditionnel pour Shabbat.

Nourrir ma famille ne ressemble pas à une prison, cela me connecte à mes enfants.

" Il était important pour Michael Berlin de préciser : toutes les femmes ultra-orthodoxes ne sont pas soumises et pauvres."

"Je soutiens votre parcours, mais c'est votre parcours, votre expérience."

"Et alors que vous analysé votre passé, vous semblez également changé par la même occasion tous les faits concernant mon propre passé."

Michal Berlin prétend même que Julia Haart a présenté une image déformée de la communauté et même de sa propre expérience : « Vous n'avez pas grandi déprimée ou étouffée. Bien que vous avez du lutter, notre société n'est pas comme vous le prétendez. Nous n'avons pas été étranglés ou réduits au silence. Ce que vous partagez avec le monde, ça n'a jamais existé."

Sélection de Claudine Douillet pour Alliance magazine, premier média juif en ligne Magazine Juif

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi