Le totalitarisme nucléaire russe par Alex Gordon

Actualités, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le totalitarisme nucléaire russe par Alex Gordon

Alex Gordon LE TOTALITARISME NUCLÉAIRE RUSSE

 Le 27 février 2022, le président russe Vladimir Poutine a ordonné que les armes nucléaires russes soient préparées pour être utilisées.

Il a décrit cette action comme la mise des armes nucléaires "en alerte spéciale".
Ce mouvement a signalé la mise en place d'une annonce : "Attention ! La Fédération de Russie est une superpuissance, car elle possède des armes nucléaires".
Une superpuissance qui attaque un pays qui a renoncé aux armes nucléaires en échange de garanties sur sa sécurité, comme le prévoit le Mémorandum de Budapest signé le 5 décembre 1994.

Ce document, signé également par la Fédération de Russie, contient le paragraphe suivant :
"La Fédération de Russie, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et les États-Unis d'Amérique réaffirment leur engagement à demander au Conseil de sécurité des Nations unies de prendre des mesures immédiates pour aider l'Ukraine en tant qu'État non doté d'armes nucléaires, partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, au cas où l'Ukraine serait victime d'un acte d'agression ou menacée d'agression au moyen d'armes nucléaires."

 L'Ukraine est devenue une victime de l'agression d'une puissance nucléaire.

L'attaque de la Fédération de Russie contre l'Ukraine constitue une violation flagrante de ses obligations au titre du Mémorandum de Budapest. Philip Carber, professeur à l'université de Georgetown et expert en sécurité nationale et internationale, a déclaré :

"L'intervention militaire en Crimée a constitué une violation du droit international, la première agression territoriale au niveau d'un État depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces actions violent l'article 2 de la Charte des Nations unies, elles violent les documents que la partie russe a signés, notamment le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, sur les forces à courte et moyenne portée, ainsi que les accords sur la réduction des forces armées conventionnelles.

Et il s'agit d'une violation flagrante du Mémorandum de Budapest sur les garanties de sécurité pour l'Ukraine, qui aura des répercussions sur l'ensemble du système international (contrôle des armements) à l'avenir."  Le Dr Karber faisait référence à la prise de contrôle de la Crimée en 2014. Bien entendu, l'attaque de la Fédération de Russie contre l'Ukraine le 24 février 2022 constitue une violation encore plus grave de la Charte des Nations unies, du traité de non-prolifération nucléaire et du mémorandum de Budapest.

Le rappel répété par les dirigeants russes que leur pays est une puissance nucléaire est plus qu'une simple affirmation de soi de grande puissance. En déclarant que l'objectif de son attaque contre l'Ukraine est la "dénazification", la Fédération de Russie a ainsi déclaré que sa victoire sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale lui confère le droit moral de déterminer quel pays est nazi et quelle "punition" ce pays doit subir pour sa "culpabilité", établie par la Fédération de Russie.

La Fédération de Russie est convaincue que la victoire d'un autre État, l'URSS et ses alliés lors de la Seconde Guerre mondiale, lui confère un avantage moral sur les autres pays dans tout conflit.

Selon l'historien britannique Arnold Toynbee, la Russie du vingtième siècle continue de partager deux caractéristiques avec Byzance. La première est la conviction d'avoir toujours raison et la seconde, les institutions du pouvoir totalitaire. La Fédération de Russie a hérité de la conscience soviétique du droit absolu et du totalitarisme en matière de politique étrangère et intérieure.

La Fédération de Russie a hérité d'une autre caractéristique de l'URSS et de l'Empire russe : le binge drinking.

Dans la Fédération de Russie, l'alcoolisme est un phénomène répandu et douloureux.
La Russie a toujours bu des boissons alcoolisées en grande quantité.
Depuis l'époque du tsar Ivan IV le Terrible (XVIe siècle), les autorités russes faisaient boire la population afin de tirer profit du commerce de l'alcool.
L'ivresse n'est pas seulement un malheur social pour le peuple russe, mais aussi un sous-produit de l'image déformée qu'il a de lui-même, de son sens exagéré du droit national et de sa confiance en son pouvoir.

L'écrivain britannique Mark Forsyth, dans A Brief History of Drunkenness, note qu'Ivan le Terrible, Pierre le Grand et Staline ont utilisé l'alcool pour gouverner le pays.

La Fédération de Russie est intoxiquée par sa puissance. Ses autorités intoxiquent leur population et utilisent une propagande massive pour l'endoctriner avec leur vision du monde. Les autorités de la Fédération de Russie et son peuple sont intoxiqués par la conscience de leur bon droit et de leur pouvoir.   

La possibilité de l'utilisation d'armes nucléaires par la Fédération de Russie a été activement discutée depuis le début des hostilités en Ukraine.

Ronald Reagan a dit : "Une guerre nucléaire ne peut être déclenchée et ne peut être gagnée". Rien ne prouve que Reagan ait raison, mais il est connu que les puissances nucléaires perdent les guerres : les États-Unis ont perdu la guerre du Viêt Nam.
L'Union soviétique a perdu la guerre en Afghanistan et a cessé d'exister.

Les empires, y compris les puissances nucléaires, s'engagent dans des aventures militaires colossales et ne peuvent s'arrêter. C'est ce qui est arrivé à l'Allemagne nazie. Non seulement Hitler s'est suicidé, mais l'Allemagne nazie s'est condamnée à la défaite dans la guerre qu'elle a déclenchée et à sa liquidation en tant qu'empire, car elle ne pouvait pas revenir sur ses plans d'invasion irréalistes.  

Les armes nucléaires sont non seulement meurtrières, mais aussi suicidaires pour le pays qui les utilise.

Le 22 avril 1915, pour la première fois dans l'histoire, des armes de destruction massive ont été utilisées : les Allemands les ont utilisées contre les Belges pendant la Première Guerre mondiale. L'attaque a fait 15 000 victimes.

Cependant, cette attaque chimique ne donne pas d'avantage à l'Allemagne, car les Français utilisent bientôt des armes chimiques contre les soldats allemands.

L'Allemagne avait espéré gagner la guerre avec ces nouvelles armes terribles, mais elle a perdu la Première Guerre mondiale.

Les armes chimiques nuisent à ceux qu'elles visent et à ceux qui les déploient, car le vent dirige les gaz toxiques contre l'attaquant. Les armes nucléaires sont également des armes de destruction massive, mais le vent de la guerre peut les retourner contre un agresseur.

Son utilisation pourrait être une réaction en chaîne incontrôlée, similaire à celle du noyau atomique.

La Fédération de Russie ne présente pas les résultats de son initiative nucléaire.
Les États-Unis et les autres pays de l'OTAN n'ont également aucune idée de ce qui se passerait ou de ce qu'il faudrait faire si la Fédération de Russie utilisait des armes nucléaires.

La Russie a emprunté les armes nucléaires et le totalitarisme réactionnaire de l'URSS.
La réaction en chaîne de la bombe nucléaire russe, qui est la réalisation de la réactivité russe, interpelle ceux qui sont contre le totalitarisme agressif et contre l'utilisation des armes nucléaires.  

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi