Israël : Les dirigeants influents du Hamas rejettent catégoriquement la solution à deux États -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : Les dirigeants influents du Hamas rejettent catégoriquement la solution à deux États

Les dirigeants influents du Hamas rejettent catégoriquement la solution à deux États, affirmant le 7 octobre que c'était "un rêve ravivé de libérer la Palestine".

Le milliardaire qatari Khaled Mashaal, haut responsable du Hamas, demeure indifférent à la destruction de Gaza, insistant sur le fait que le groupe terroriste ne renoncera pas à ses objectifs et déclarant que la reconnaissance d'Israël constitue une ligne rouge.

Lors d'une récente interview avec le podcasteur koweïtien Ammar Taki, Mashaal a souligné qu'il existe "un quasi-consensus" parmi les Palestiniens selon lequel ils ne renonceront pas à leurs droits sur les terres s'étendant "du fleuve Jourdain" jusqu'à la mer Méditerranée, englobant ainsi la Cisjordanie, Gaza et tout Israël.

Il a noté que ce slogan est également fréquemment scandé lors de rassemblements "d'étudiants américains et dans les capitales européennes", affirmant que l'attaque du 7 octobre a "ravivé ce rêve".

Les hauts responsables du Hamas rejettent fermement toute perspective de règlement politique avec Israël et de solution à deux États, considérant cela comme une reconnaissance inacceptable de la légitimité de l'État d'Israël.

Mashaal a également affirmé que même si le Hamas avait accepté la création d'un État palestinien dans les frontières de 1967 dans le cadre du dialogue de réconciliation avec d'autres factions palestiniennes, il ne renoncerait pas à son ambition de libérer l'intégralité de la "Palestine" historique, y compris le territoire de l'État d'Israël.

La guerre a éclaté avec l'attaque du Hamas le 7 octobre dans le sud d'Israël, où des terroristes ont envahi des bases militaires, des communautés et un festival de musique, entraînant la mort d'environ 1 200 personnes, principalement des civils, et la prise de 253 otages.

Mashaal a justifié ces actions en déclarant que le contrôle de Gaza pendant les 17 dernières années avait fourni au Hamas une "couverture politique et administrative" pour construire son infrastructure terroriste.

Interrogé sur les conditions de vie à Gaza avant l'attaque, Mashaal a rejeté l'idée que c'était meilleur, qualifiant la bande de Gaza de "prison" en raison du blocus imposé par Israël et l'Égypte depuis 2007. Il a répondu à la critique sur la détérioration des conditions à Gaza en soutenant que la vie sous occupation n'était pas souhaitable pour les Palestiniens.

Mashaal, dont la fortune nette est estimée à 5 milliards de dollars, a évoqué sa vie luxueuse au Qatar loin des difficultés de Gaza. Malgré le nombre élevé de morts à Gaza, il a rejeté toute responsabilité, soulignant que "la résistance ne peut pas empêcher les pertes humaines" et faisant référence à l'Algérie qui a "sacrifié six millions de martyrs" dans sa lutte pour la libération.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi