Israël : SodaStream champion de l'innovation et de la coexistence

Actualités, International, Israël, Uncategorized - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le PDG de Sodastream Daniel Birnbaum (à gauche) et le PDG de PepsiCo Ramon Laguarta dans l'usine SodaStream, dans le Néguev.

Sodastream change de patrons, mais pas de locaux. Après le rachat de la société par PepsiCo pour 3,2 milliards de dollars, le PDG de Sodastream, Daniel Birnbaum, a annoncé que l’entreprise reste en Israël. Lui et le PDG de PepsiCo, Ramon Laguarta, ont annoncé l'accord lors d'une conférence de presse à Tel-Aviv ce lundi 21 juillet.

En plus de cela, elle va continuer à se développer sur le territoire israélien. Il a été décidé qu’une autre usine sera prochainement construite dans la ville bédouine de Rahat, près de son usine existante à Lehavim. L'usine de Rahat permettra de recruter plusieurs centaines de personnes supplémentaires du Néguev.

« Cet accord va permettre à l’entreprise de se développer. Nous allons continuer à investir en Israël et nous grandirons autant que nécessaire pour répondre aux besoins des consommateurs », a indiqué Birnbaum.

Birbaum a partagé la tribune avec Ramon Laguarta, le nouveau PDG de PepsiCo, qui est venu en Israël pour signer l’accord. Celui-ci fera de SodaStream une filiale entièrement possédée par PepsiCo qui sera retirée de la bourse de Tel-Aviv.

« Nous ne parlons pas d’un départ », a déclaré Birnbaum. « Nous parlons d’une arrivée, d’un investissement, d’un géant international, de la plus grande entreprise de nourriture et de boissons aux États-Unis et de la deuxième plus grande dans le monde, qui plante son drapeau ici, pour montrer qu’elle a confiance en l’économie d’Israël ».

SodaStream produit et vend des machines qui gazéifient l’eau. Elle transforme l’eau plate en eau pétillante.

SodaStream produit et vend des machines qui gazéifient l’eau. Elle transforme l’eau plate en eau pétillante.

Dans sa lutte sans fin avec Coca Cola, PepsiCo compte bien s’imposer comme le numéro un mondial de soda. « SodaStream est présent à l’échelle mondiale, mais il existe encore de nombreuses opportunités. De nouveaux marchés s’offrent à nous. Nous allons donc continuer à nous implanter dans de nouveaux pays »

Fondé en 1991, SodaStream produit et vend des machines qui gazéifient l’eau. Ces machines transforment l’eau plate en eau pétillante en 30 secondes. L’entreprise propose sur le marché des dizaines de mélanges d’arômes.

SodaStream cible du BDS

Ramon Laguarta, le PDG de PepsiCo, s’est félicité de cet achat et s’est engagé à maintenir l'activité en Israël pendant au moins 15 ans. « Mais je pense que ce sera pour toujours. Cette entreprise marche parfaitement, pourquoi changeriez-vous une affaire qui marche ? », a t-il précisé.

Interrogé notamment à une question sur les boycotts d’Israël et leur impact sur PepsiCo, Laguarta a déclaré que « l’entreprise travaille dans 200 pays avec une grande diversité de valeurs. L’entreprise se sent à l’aise avec ce que nous sommes et elle fait des affaires en Israël depuis des années », a-t-il précisé. « Nous sommes très confiants sur ce partenariat et sur ce que nous pouvons faire dans le monde. PepsiCo fait des affaires avec Israël depuis des années et entretient un partenariat solide avec le géant des produits alimentaires Strauss Group ».

Pepsi Cola, le nom de l’entreprise à l’époque, a lui-même boycotté Israël. L’entreprise américaine est finalement entrée dans le marché israélien en 1991 quand le boycott arabe a diminué.

Selon Laguarta, l’accord permettra à PepsiCo d’ajouter le marché des boissons personnalisées et à domicile à sa gamme, ce qui donnera à l’entreprise la possibilité d’atteindre les consommateurs chez eux. En parallèle, SodaStream tirera profit de son accès aux capacités de recherche et de développement, au e-commerce et aux systèmes de distribution de PepsiCo.

SodaStream a, par le passé, été la cible du BDS, l’organisation qui appelle le boycott, au désinvestissement et à sanctionner Israël. En 2016, l’entreprise avait cédé aux pressions du BDS et avait fermé son usine de Maale Adumim en Cisjordanie pour se relocaliser au Sud du pays à Léhavim, ville bédouine du Néguev. Environ 500 employés palestiniens avaient perdu leur emploi à cette époque. Israël avait donné aux 74 employés restants la permission d’entrer dans le pays et de continuer à travailler pour SodaStream jusqu’à la fin du mois de février. L’entreprise compte aujourd’hui plus de 1 400 employés dans le parc industriel d’Idan Hanegev, dont un tiers sont des Arabes bédouins de la région.

L’entreprise compte aujourd’hui plus de 1 400 employés dans le parc industriel d’Idan Hanegev, dont un tiers sont des Arabes bédouins de la région.

L’entreprise compte aujourd’hui plus de 1 400 employés dans le parc industriel d’Idan Hanegev, dont un tiers sont des Arabes bédouins de la région.

Cet accord a été salué par l’ensemble de la classe politique israélienne. « Les récentes acquisitions d’entreprises israéliennes prouvent non seulement les capacités technologiques qui ont été développées en Israël, mais aussi les capacités à faire des affaires. Je me réjouis de cet accord énorme qui va apporter des revenus à l’État, et aussi de la décision importante de garder l’entreprise en Israël », a indiqué le Premier ministre, Benyamin Netanyahu.

Michael Oren, ancien ambassadeur israélien aux États-Unis s’est lui aussi réjoui de l’accord. « BDS a essayé et n'a pas réussi à détruire SodaStream. La société, qui employait des Palestiniens de Judée-Samarie et qui engage aujourd'hui des Bédouins israéliens, est un champion de l'innovation et de la coexistence. La vente à PepsiCo est une victoire pour Israël et une défaite pour BDS. »

Le directeur adjoint de l'Organisation sioniste mondiale et chef du département de l'antisémitisme, Yaakov Haguel, a également réagi au rachat de SodaStream.

« C'est un jour de fête. C’est une victoire contre le BDS qui se bat constamment contre les entreprises israéliennes. Cela prouve que la politique doit être laissée de côté et que nous devons maintenir un commerce solide. Les autocollants apposés sur les produits indiqueront « Made in Israel ». Il est produit par des Arabes et des Juifs travaillant côte à côte dans la paix et l'harmonie », a indiqué Yaakov Haguel.

Les actions de SodaStream ont bondi de 85% cette année après une augmentation de 78% en 2017 de 16,31 dollars à fin 2015. L'acquisition de SodaStream par PepsiCo devrait être finalisée d'ici janvier 2019.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi