Le Festival du film juif de Toronto sourit aux francophones

Non classé - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Article paru dans "LE MÉTROPOLITAIN"

Le Festival du film juif de Toronto, du 17 au 25 avril prochains, réserve de bons moments aux cinéphiles francophones. En tout, huit films en français vont être projetés. Parmi des oeuvres de genres variés (de la comédie à la fresque historique en passant par le documentaire), on pourra découvrir en grande première nord-américaine du film français Claude Lanzmann, il n’y a que la vie (2009) par Sylvain Roumette.

Il s’agit d’un beau portrait du cinéaste bien connu pour son œuvre documentaire monumentale Shoah, sortie en 1985. La parole est surtout donnée à Claude Lanzmann que la caméra suit dans son activité d’intellectuel et de personnalité publique, mais aussi lors des séances de rédaction de son autobiographie.

L’enquête sereine dans le passé de l’auteur passe par sa jeunesse à Clermont-Ferrand, en Auvergne, où pendant la Seconde Guerre mondiale, Claude Lanzmann a étudié la littérature et surtout mis en place un réseau local de la Résistance en assurant un trafic d’armes secret à partir de la gare.

En seulement 52 minutes, le film éclaire un peu le parcours d’un homme qui se veut le témoin de la communauté juive à travers le monde, que ce soit en Israël, en Allemagne ou en France. L’humanisme du personnage est combatif et son attachement à la culture paraît très inspirant. On découvre aussi un peu de sa vie intime dans sa relation à la grande écrivaine Simone de Beauvoir.

Face au défi de rendre compte de la vie d’un homme à travers quelques contrastes, le long de quelques lignes de force, la réalisation de Sylvain Roumette parvient à donner une impression de sincérité et d’honnêteté. Les scènes s’enchaînent très bien par un fil conducteur discret, sans annonces du découpage. Le documentaire est donc une véritable réussite. Il s’amuse même un instant à imiter un extrait d’un film de Claude Lanzmann, ce que ce dernier souligne avec malice, en appréciant ouvertement la mise en abîme.

Claude Lanzmann, il n’y a que la vie sera projeté le 22 avril prochain à midi, au Al Green Theatre (750, ave. Spadina).

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi