Le Baron de Almeda, ministre plénipotentiaire de la république dominicaine à Paris,

Actualités, Uncategorized - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Jules Simon

Le Baron de Almeda (1830 – 1898) de son vrai nom : Harry Emanuel

Baron d'Almeida marié avec Rosalie Emanuel de Almeda-Coster
Photo du Baron d'Almeida marié avec Rosalie Emanuel de Almeda-Coster

Ministre plénipotentiaire de la République Dominicaine à Paris.

Fils de Yechiel Michael ben Joel Emanuel et de Hannah Levy:

En se référant à cet article sur ce site :
http://paperspast.natlib.govt.nz/cgi-bin/paperspast?a=d&d=TS19040613.2.9

Nous apprenons les devoirs remplis par Harry Emanuel de Almeda qui eut la légion d’honneur; sur l’article de l’époque, le journal évoque la judéité de ce ministre plénipotentiaire de la République Dominicaine à Paris...

A la Bibliothèque Historique de Paris, aucune notice biographique est consacrée à ce personnage... En ce qui concerne ce personnage : nous pouvons l’inscrire dans le Patrimoine des Juifs D’Europe ( France, et Grande Bretagne), pour avoir vécu en Angleterre et en France : il est mort à Nice et repose à Londres. Quant à son épouse, elle était domiciliée au 19 rue de Balzac à Paris en 1894, elle décèdera 10 ans plus tard : 13 juin 1904.

Une partie de la famille Rothschild était domiciliée rue de Balzac, il s’agissait d’Adèle Hannah Charlotte Vve de Rothschild et d’Hélène Betty Louise Caroline de Rothschild.

En consultant ce site : http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.myfamilysilver.com/blog/index.php/2009/08/take-seven-humming-birds/&prev=search
Nous savons que Mr Harry Emanuel a acheté un titre de noblesse à un Baron portugais portant le nom De Almeda en 1874.

A partir de 1878, il quitte son activité de joaillier pour devenir Ministre Plénipotentiaire de la République Dominicaine à Paris.

Le Ministre Harry Emmanuel de Almeda est décédé à Nice en 1898 à l’âge de 67 ans, il repose près de son fils au cimetière juif de Balls Pond Road à Londres. Sur sa tombe est gravé le nom De Almeda.

Source : http://www.cemeteryscribes.com/getperson.php?personID=I9040&tree=Cemeteries

Mr Harry Emanuel reprend l’entreprise familiale de bijouterie à Londres en 1855 : Brook Street, Hanover Square, Londres (Nouvelles Illustrées de Londres, Londres, le samedi 17 Novembre 1860, p 455.). Le n ° 2 Brook Street est toujours debout et est actuellement le siège de la Banque nationale du Royaume. En 1860, il décide de prendre de nouveaux locaux dans le Brook Street Mayfer.

« Le collier du colibri » est une invention d’Harry Emmanuel, ce dernier a eu un succès au Salon de Paris grâce à Ofa « le cygne mécanique argent » que l’on peut visiter au Musée Bowes à Londres.

Source : 

Grand Rabin Zadoc Kahn

Grand Rabin Zadoc Kahn

Depuis 1878, en effet, M. le baron Emmanuel de Almeda représente à Paris la République Dominicaine : il est accrédité en Hollande et a conclu avec la France et le Portugal un traité d'amitié et de commerce.

Grâce à lui, la République Dominicaine a été dotée d'un réseau complet de télégraphes intérieurs, et reliée à l'Europe et à l'Amérique par un câble sous- marin.

M. le baron de Almeda s'est montré d’une grande initiative pour rassembler les fonds et divers matériaux afin de participer à cette Expostion Universselle de 1889.

La Commission de l'Exposition Dominicaine était ainsi composée :
Président : M. le baron de Almeda, officier de-la Légion d'honneur, ministre plénipotentiaire ; Vice-Président : M. Auguste Postel, consul général honoraire au Havre;
Secrétaire : M. Alexandre Paisant, chancelier du consulat au Havre, conseiller de l'arrondissement du Havre;
Membres : MM. Isidore Mendel, banquier et négociant a Santo-vDomingo, et Jules Hollande, négociant-importateur de bois exotiques à Paris ;
Source :Emile Monod - L’Exposition Universelle de 1889 : Grand ouvrage illustré, historique, encyclopédique (Band 2 ) – Paris, 1890.

http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/monod1890bd2/0623?sid=b2afe82de322105477b6e089216897de

La fille de ce Ministre : Eugénie d’Almeda (native de Londres) a épousé David Sourdis à la Synagogue de la Victoire le 8 mars 1882, mariage célébré par le Grand Rabbin Zadoc Kahn (1889 – 1905).

Grand Rabin Zadoc Kahn

Grand Rabin Zadoc Kahn

 

Mr Gustave Simon était témoin du mariage : il épousera la sœur de David Sourdis. Mr Gustave Simon était à la fois journaliste et écrivain. Les témoins de son mariage furent Victor Hugo et Salomon Camille Sée. Ce dernier issue d’une famille Juive d’Alsace était ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Camille_S%C3%A9e#/media/File:Camille_S%C3%A9e.jpg

Photo Gustave Simon

Photo Gustave Simon

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Simon

Le père de Gustave Simon était président du Conseil : Jules Simon

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Simon#/media/File:Jules_Simon_2.jpg
En consultant sur le net le journal “Le Gaulois du Mardi 18 avril 1883”, le personnage est évoqué :
“Le Baron de Almeda, ministre plénipotentiaire de la république dominicaine à Paris, partira jeudi soir pour Lisbonne, afin de présenter au roi du Portugal les lettres qui l’accréditent. Avant son départ, Mr de Almeda a donné un grand diner diplomatique. Au nombre des convives, nous citerons : le ministre du Mexique, Mr et Mme Mendès-Léal...Ce diner a été suivi d’une brillante réception dont les honneurs étaient faits d’une façon charmante par Mr et Mme Rosalie De Almeda – Coster”.

Texte de Franck d’Almeida
Le 8 avril 2014.

 



Vos réactions

  1. claude-alain.planchon@ahparis.org'PLANCHON

    Cher Ami,
    Voici ce que j’ai trouvé sur Jules Simon qui a une rue à Paris portant son nom dans le 15ème arrondissement:
    Né à Lorient, le 31 décembre 1814.

    « Élève de l’École normale, il fut professeur de philosophie à l’École normale et à la Sorbonne, où son cours fut suspendu en 1851. Député en 1848, en 1849, en 1863, réélu en 1869, il fit partie du gouvernement et de la Défense nationale où il prit le portefeuille de l’Instruction publique, des Cultes et des Beaux-Arts, qu’il conserva en 1871 jusqu’en 1873 ; président du Conseil et ministre de l’Intérieur en 1876 ; il fut révoqué de ses fonctions par l’acte du 16 mai 1877.

    Il fut nommé sénateur inamovible le 16 décembre 1875, et le même jour il était élu à l’Académie française en remplacement de Charles de Rémusat, et reçu le 22 juin 1876 par Charles de Viel-Castel ; Jules Simon a écrit un grand nombre d’ouvrages politiques, philosophiques et d’économie sociale ; il a prononcé, tant au Parlement qu’au dehors, de nombreux discours sur ces mêmes matières ; il écrivit dans beaucoup de journaux, notamment au Siècle, au Gaulois, au Matin, au Temps ; il fut, en 1868, président de la Société des gens de lettres et avait été nommé membre de l’Académie des Sciences morales et politiques en 1863. Il fit partie de la Commission du Dictionnaire, et reçut Meilhac.

    Mort le 8 juin 1896. »

    Toujours un plaisir de vous lire et d’apprendre des choses.
    Bien amicalement.

    P.S.: où en est-on avec Blérancourt? Est-il ouvert maintenant, car cet été je vais recevoir de la famille américaine. Avez-vous lu mon 6éme roman sur l’histoire de ce petit Normand d’origine juive « Pas de fleurs pour Dune Parker »? J’aimerais bien avoir vos réactions http://www.amazon.fr/PAS-FLEURS-POUR-DUNE-PARKER/dp/2363360702

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi