L'Allemagne pose ses conditions à une normalisation avec l'Iran vis-a-vis d'Israël

Antisémitisme/Racisme, International, Israël, Uncategorized - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Angela Merkel: Israël a le devoir de se protéger

La normalisation des relations de l'Allemagne avec l'Iran est liée à la reconnaissance d'Israël par Téhéran, selon une lettre officielle publiée mardi.

Dans la lettre, écrite au nom de l'administration de la chancelière allemande Angela Merkel on peut lire"Il ne peut y avoir de  relations normalisés et complètes avec l'Iran tant que ce pays ne reconnaît pas le droit d'Israël à exister."

Cette phrase a été transmise au président du groupe d'amitié parlementaire Allemagne-Israël , Volker Beck, en réponse à une question au Parlement en date du 6 juillet.
Elle fait partie d'une déclaration plus longue de Berlin qui évoque aussi le bellicisme de l'Iran envers Israël et le bilan catastrophique des Droits de l'Homme dans ce pays.

La déclaration poursuit ainsi, "Dans le même temps, le gouvernement fédéral a un intérêt dans le dialogue avec le gouvernement iranien sur des sujets critiques."

Le journal Bild-Zeitung a rapporté en Juillet que le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier et le ministre de l'Economie Sigmar Gabriel, tous deux sociaux-démocrates, ont voulu inviter le président iranien Hassan Rouhani de l'Iran à Berlin en automne. En réponse Beck, un député allemand du Parti des Verts, a demandé à l'administration Merkel de ne pas s'engouffrer dans une normalisation factice des relations diplomatiques avec la République islamique.

Steinmeier était un partisan énergique de l'accord sur le nucleaire iranien signé l'année dernière et avait critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa critique "très grossière" de l'accord.

Les critiques estiment que l'Allemagne envoient des messages contradictoires à l'Etat juif. Moins d'une semaine après que l'accord nucléaire ait été conclu, Gabriel s'est rendu en Iran avec une délégation commerciale.

Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel vante le "made in Germany" en Iran

Dans sa réponse à Beck, le gouvernement allemand a dit qu'il avait dit aux dirigeants iraniens que la République islamique devait reconnaître le droit d'Israël à exister et avait condamné l'Iran pour ses "tests de missiles et ses menaces anti-israéliennes."

L'administration Merkel a ajouté qu'elle était «très préoccupée par la situation des Droits de l'Homme en Iran. L'espoir d'une amélioration de la situation sous le gouvernement Rouhani n'a jusqu'à présent pas été respectée."

L'Allemagne a cité le "nombre élevé d'exécutions, qui en 2015 a connu un niveau record avec au moins 765 mises à mort. Au cours des six premiers mois de 2016, le nombre d'exécutions a été de 184."

La situation des minorités religieuses reste également difficile, a déclaré le gouvernement , en particulier pour la communauté bahaïe, qui est l'objet de discriminations.

La question de Beck au gouvernement allemand a également porté sur l'homophobie meurtrière dans la République islamique.

«L'homosexualité continue d'être punie par la peine de mort", a répondu l'administration Merkel.

Le gouvernement allemand a indiqué qu'il avait été au courant de l'exécution d'une personne gay en 2011. «En raison de l'opacité du système judiciaire iranien, il nous est impossible d'obtenir des chiffres fiables sur le nombre d'homosexuels qui sont poursuivis."

L'Iran a pendu le 18 juillet dernier Hassan Afshar, 19 ans, dans la prison d'Arak dans la province de Markazi , après avoir été reconnu coupable de «sodomie forcée entre deux mâles» au début de 2015.

Selon un document de Wikileak, l'Iran a exécuté de 4 000 à 6 000 gays et lesbiennes entre 1979 et 2008. On ne sait pas pourquoi le gouvernement allemand n'a pas cité ce nombre dans sa réponse à Beck.

Beck a dit qu'il est clair pour «tout le monde dans les milieux gouvernementaux qu'une visite officielle de haut niveau se prépare et que la seule question que l'on se pose est de savoir si du  vin sera servi au cocktail. Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement fédéral reste silenciieux sur les plans de la visite et ne  répond pas à des questions simples".

Beck a déclaré que, compte tenu des récents essais de roquettes visant à détruire Israël, il ne peut pas y avoir une normalisation des relations avec l'Iran.

Source: Jerusalem Post

 

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi