Tag Archives: ubérisaiton du secours

Hatzalah révolutionne le secours médical en Israël

Hatzalah,sauve des vies

Les bénévoles de Hatzalah Les secours ont souvent du mal à arriver vite sur les lieux d’un accident, c'est un fait , et malgré les sirènes retentissantes dans les rues les bouchons sont inévitables.

Elie Beer a eu une idée révolutionnaire, plutôt que d'attendre les secours sans rien faire, lors d'un attentat ou d'un accident de la route, pourquoi ne pas utiliser des personnes déjà sur place ?
Plutôt que de conduire des ambulances pour les premiers secours d'urgence pourquoi ne pas prendre des scooter pour aller plus vite ?
Et si on associe les deux  avec la géolocalisation , car le temps en terme de secours c'est  la vie,
on obtient Hatzalah.

La géolocalisation permet de savoir en un clic quelles sont les personnes qui peuvent porter secours le plus rapidement possible suivant le lieu de l'accident.

L’idée révolutionnaire de Elie Beer,a rendu possible cette solution.
Jeune secouriste, Eli Beer s'est rendu compte qu'il arrivait souvent trop tard sur les lieux à cause des aléas du trafic urbain. Il a donc décidé de rassembler une équipe de secouristes bénévoles .Se crée alors en 2006,Hatzalah.

Rencontre avec  Jonathan Chiche, Directeur Hatzalah France

Nathalie ZADOK : Jonathan Chiche, bonjour, Hatzalah, c’est quoi ?

Jonathan Chiche : Hatzalah est une start-up Israélienne. Le principe est simple, on sauve des vies à tout instant, n’importe où en Israël en trois minutes, et dans les grandes villes, en 90 secondes.

Nathalie ZADOK : Quel est votre méthode ?

Johnathan Chiche : 3000 bénévoles qui sont dispersés dans tout le pays dLes bénévoles Hatzalahu nord au sud d’Israël. L’idée, c’est d’intervenir le plus rapidement possible sur les lieux de l’attentat ou l’accident. Grâce à un système de géolocalisation, les secouristes ont l’information en temps réel et une centrale est également basée à Jérusalem qui supervise toute l’activité des secouristes.

Nathalie ZADOK : Est-ce un Uber  « médical », une forme d'ubérisation du secours urbain ?      

J.Chiche : Absolument pas, le principe de la géolocalisation ne nous appartient pas.

Nathalie ZADOK : Comment procèdent les bénévole /secouristes pour intervenir ?

J.Chiche : On les équipe de talki -walki et d’un smartphone qui possède l’application qui s’appelle  Nowforce  pour géolocaliser, mais aussi recevoir et transmettre les informations en temps réel. Nous avons aussi la viso-conférence ce qui permet d’avoir l’image de l’accident directement transmis à la centrale.

Nathalie ZADOK : Quel est le numéro à faire pour vous contacter en cas d’accident ?

J.Chiche : Un numéro direct le 1221, mais il faut savoir aussi que la centrale est connectée avec tous les grands services d’urgence à savoir, les ambulances privées comme Magen David Adom ,l’armée,la police,les pompiers ,la mairie.

Nathalie ZADOK : Quel est alors la différence alors, avec une ambulance ?

J.Chiche : Le timing. Pour Israël comme pour beaucoup de pays, une ambulance intervient en règle générale entre 10 et 15 minutes. Et bien souvent des vies,sont perdues. Nos bénévoles, arrivent en moins de 3 minutes.

Nathalie ZADOK : Mais vous allez nous mettre les ambulanciers au chômage alors  ?

J.Chiche: (rires) Ah mais non pas du tout ! Hatzalah c’est un service complémentaire des ambulanciers ! On ne fait que les premiers secours, insiste-t-il.

Nathalie ZADOK : Avez-vous constaté que plus de vies ont été sauvée avec Hatzalah ?

J.Chiche : Oui tout à fait ! Chaque année 40 000 personnes sauvées, en plus dans la population Israélienne.

Nathalie ZADOK : Qui sont ces bénévoles ?

J.Chice : C’est que le poissonnier, le coiffeur, le banquier, votre voisine des gens comme vous, comme moi qui  sacrifie  leurs vacances, leur loisir, leur travail leur famille a tout moment du jour et de la nuit. Ils peuvent tout lâcher quand il y a une alerte et même a shabbat a Yom kippour. Sachez que même les plus grands religieux interviennent le jour de Yom kippour.

Nathalie ZADOK : Vous avez aussi des motos, pouvez-vous nous en dire plus ?

J.Chiche : Alors là c’est tout a fait exceptionnel !! La moto-ambulance rapide ! L’avantage évident, c’est qu'elle se faufile partout entre les voitures, monter sur les trottoirs, on gagne en tout !

Natahalie ZADOK : Ce service est-il gratuit ?

J.Chiche : Entièrement gratuit nous sommes financés par la philanthropie, fondations et dons privées du monde. C’est ce qui est merveilleux et grâce à cela, notre  budget annuel  est de 8 millions de dollars.

Nathalie ZADOK : Comment sont formé les bénévoles ?

J.Chiche : Ils ont 200 heures de formation classique de secouriste basique pour apprendre les premiers secours. Ils sont là pour sauver la vie de  la personne en attendant les autres secours. On sauve et on stabilise.

Nathalie ZADOK : Vous êtes implanté uniquement en Israël ?

J.Chiche : On est exporté dans plusieurs pays, tels que l Ukraine, la Lithuanie, Ipanema,Usa,Australie inde

Nathalie ZADOK : Hatzalah arrive bientôt en France ?

J.Chiche : Il y a une juridiction différente en France, on est en train de présenter le concept .J’ai été personnellement  approché par la Croix Rouge Française ce n’est donc  pas impossible que cela se fasse. Mais on ne cherche absolument pas à exporter ou a vendre notre système. On répond juste a une demande.

Les dons récoltés par l’Association Hatzala servent à acheter du matériel médical de secours pour permettre aux secouristes bénévoles de sauver toujours plus de vies jour après jour. Chaque don est reversé à 'United Hatzalah' en Israël et est utilisé pour l’achat de médicaments, fournitures, matériel médical et kits de secours.

Nathalie ZADOK