Tag Archives: Adolf Hitler

"L'extase totale" ou le parcours de junkie d'Adolf Hitler

"L'extase totale" ou le parcours de junkie d'Adolf Hitler

Selon un livre allemand récemment traduit, Adolf Hitler aurait traversé la guerre sous l'emprise de la drogue.

Un livre récemment traduit relate en détail l'alimentation des années de guerre du chef nazi par un stupéfiant cocktail toxique : cocaïne, hormone animales, vitamines et stupéfiants.

Dans un extrait de Blitzed : Drugs in Nazi Germany (traduit en français sous le titre : « L’extase totale » N.D.T) paru dans le Daily Mail samedi, l’auteur, Norman Ohler, écrit qu’Adolf Hitler était un « super junkie », dépendant aux stéroïdes, opiacés et à la cocaïne. Apparemment, la drogue préférée d’Hitler était un médicament contenant de l’oxycodone, appelé Eukodal.

Hitler serait devenu progressivement accro à un cocktail de médicaments fourni par son médecin personnel, Theodor Morell, connu comme le « maître des injections du Reich ».

L'extase totale de Norman Ohler

L'extase totale de Norman Ohler

Ce dernier aurait également fourni à la maîtresse d’Hitler Eva Braun une combinaison similaire assortie d’un remède pour supprimer ses règles dans le but de favoriser les rapports intimes du couple. En effet, Morell était catégorique au sujet des avantages de l'amour physique allant même jusqu’à promouvoir les relations extra-conjugales, au besoin.

"Fin 44, lorsque les nazis ont commencé à céder de plus en plus de territoire à l’armée rouge, le corps d'Hitler est devenu résistant aux médicaments", cite Ohler.

« Les veines d’Hitler étaient en si piteux état que même Morell, expert en la matière, peinait à effectuer les injections », poursuit-il, « La peau recouvrant les veines, perforée à de trop nombreuses reprises, était enflammée, balafrée, d’une nuance particulière de brun… »

Le livre décrit également comment les médicaments fournis aux nazis étaient auparavant testés dans les camps de concentration.

Dans un test impliquant un « chewing gum » à la cocaïne, les prisonniers du camp de concentration Sachsenhausen au nord de Berlin ont reçu "d'étonnamment fortes doses" de médicaments: "50-100 milligrammes de cocaïne pure sous forme de pilule, 20 milligrammes en gomme à mâcher ou encore 20 milligrammes de Pervitin (en réalité du crystal meth ou méthamphétamines) ".

Ensuite, ils ont été contraints de marcher toute la nuit pour évaluer les effets. "Entre quatre et cinq heures de marche, après avoir passé sept ou huit heures à piétiner dans l'obscurité... La plupart d'entre eux ont abandonné parce qu'ils étaient complètement épuisés, " écrit Ohler.

Se fondant sur des documents inédits, Norman Ohler explore cette intoxication aux conséquences mondiales. Il met notamment en lumière la relation de dépendance réciproque qui a lié le Dr Morell à son fameux « Patient A », Adolf Hitler, qu’il a artificiellement maintenu dans ses rêves de grandeur par des injections quotidiennes de stéroïdes, d’opiacés et de cocaïne. Mais, au-delà de cette histoire, c’est toute celle du IIIeReich qu'Ohler invite à relire à la lumière de ses découvertes.

Source : jpost

Allemagne : Vente aux enchères d’effets personnels de fonctionnaires nazis

Une vente aux enchères d’objets nazis en Allemagne

Les organisations juives mondiales et la communauté juive d'Allemagne, ont fermement condamné la vente aux enchères d'effets personnels de fonctionnaires nazis qui a eu lieu hier (samedi) en Allemagne 

Les chefs de la communauté juive d’Allemagne ont pris contact avec la maison de vente aux enchères « Herman Historica » à Munich pour faire annuler la vente aux enchères d’effets personnels ayant appartenu à des dirigeants nazis, dont Adolf Hitler, sa maîtresse Eva Braun, le fonctionnaire nazi Hermann Goering et d'autres.

Cette vente proposait entre autres une paire de chaussettes d’Hitler, des robes portées par sa maîtresse Eva Braun, des sous-vêtements d’Hermann Goering et un récipient métallique ayant contenu la pilule de cyanure avec laquelle Hitler s’est suicidé quelques heures avant son exécution prévue par pendaison.

Une vente aux enchères de mauvais goût

Une vente aux enchères de très mauvais goût

Dans une autre liste, on pouvait trouver des radiographies du fondateur de la police secrète de la Gestapo et du commandant de la Force aérienne nazie et des rapports concernant l’état de santé d’Hitler après sa tentative d’assassinat ratée en 1944. « L’objet historique le plus important est le pantalon noir avec ses poches doublées de cuir qui renfermaient son revolver personnel », indique le site de la maison de vente aux enchères à Munich.

La vente elle-même a été nommée "Hitler et l'aristocratie nazie - un regard dans l'abîme du mal".

Le Conseil central des Juifs d’Allemagne s’est tourné vers la maison de vente aux enchères pour faire annuler la vente. Selon la loi allemande, la présentation et la distribution d'articles, de slogans et de symboles liés au régime nazi sont interdites.

Toutefois, la loi ne prohibe pas la possession de ces objets ou leur acquisition auprès de particuliers. Le Président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, a déclaré dans une interview accordée à l'agence de nouvelles allemande DPA, que «l'idée de faire des affaires, sans aucune limite, avec des articles ayant appartenu à Hitler, à Goering et à Eva Braun est absolument abjecte et scandaleuse ».

Ces objets appartiennent à des musées ou des archives et ne peuvent pas être vendus dans le but de réaliser un bénéfice financier. Malgré les protestations, la maison de vente aux enchères a pris la décision de maintenir la vente comme prévu.

Source : Arutz 7

L'Associated Press a collaboré avec le régime nazi dans les années trente

Le régime nazi

 

Le journal britannique "The Guardian" a dévoilé aujourd'hui (mercredi) les documents d’archives mis à jour par une  historienne allemande qui a découvert que l’agence américaine Associated Press (AP), la plus grande agence de presse au monde a collaboré dans les années trente avec le régime nazi dirigé par Adolf Hitler.

L’historienne, Harriet Ehrenberg a déclaré qu'après la montée au pouvoir d’AdoIf  Hitler en Allemagne en 1933, l’Associated Press a été en mesure de continuer à fonctionner suite à un accord de coopération signé avec le régime nazi.

Contrairement à AP, d'autres agences de presse appartenant à des américains ou à des britanniques ont cessé leurs activités en Allemagne à cette même période, en partie en raison du fait qu’elles employaient des journalistes juifs. Le Gardian lui-même n’a pu poursuivre ses activités.

Associated Press

Associated Press

C’est alors que l’AP est devenue l’unique agence fournissant des informations au monde depuis l’Allemagne et a, consciemment ou inconsciemment, aidé à couvrir une partie des crimes du régime nazi d'Hitler.

En fait, l'Agence a signé la «Loi de l’édition» de l'Allemagne nazie, et a promis de "ne pas publier tout ce qui pourrait affaiblir la puissance du Reich à l'étranger ou sur place." En outre, l'AP a permis au régime nazi d'utiliser ses archives photographiques à des fins de propagande antisémite.

Le porte-parole de l’Associated Press a déclaré au  Guardian britannique que "si nous continuions à enquêter sur l'affaire, l’agence rejettera toute insinuation pouvant faire penser qu'elle avait intentionnellement "collaboré " avec le régime nazi ".

Pour être plus précis, il convient d’ajouter que l'AP ainsi que d'autres organismes étrangers ont été confrontés à une pression énorme de la part du régime nazi depuis l'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1932 jusqu’à l'expulsion de l’Associated Press de l'Allemagne en 1941.

'' La direction de l'AP a résisté à la pression, tout en travaillant pour recueillir des nouvelles exactes et pour faire preuve de l'objectivité nécessaire dans une période sombre et dangereuse", a déclaré le porte-parole.

Source : Arutz 7 et Jpost

Allemage : Mein Kampf bientôt enseigné dans les lycées allemands

Adolf Hotler, Mein Kampf

Le livre le plus effroyable de ces 70 dernières années Mein Kampf de Adolf Hitler pourrait être enseigné à l'école en Allemagne.

Réédité en français et sera en vente libre à partir du 1er Janvier 2016 voir notre précédent article : http://www1.alliancefr.com/actualites/mein-kampf-enfin-reedite-en-francais-tout-nouveau-tout-beau-6026906

Les lycéens allemands pourraient bientôt étudier Mein Kampf en classe.
En effet,pour le syndicat allemand des enseignants, il est grand temps d'intégrer l'étude de ce pamphlet au cours du secondaire, rapporte le quotidien Handelsblatt. Une décision qui fait peur...

Le président du syndicat Josef Kraus estime que son enseignement « constituerait une contribution importante à l'immunisation des adolescents contre l'extrémisme politique »,rappelons que Adolf Hitler, l'auteur de ce livre, est le meurtrier de millions de Juifs.

Cet ouvrage détaille les bases idéologiques du programme nazi. Écrit dix ans avant que le dictateur ne devienne chancelier, ce livre propage un discours antisémite qui a réussi à fédérer de nombreux Allemands, quelques années avant la seconde guerre mondiale.

La réédition du livre comprendrait le texte original sur les pages de droite et des commentaires sur la page de gauche. Cette version annotée sera la seule autorisée sur le territoire allemand, les ouvrages non commentés resteront interdits à la vente.

Mein Kampf

Mein Kampf

En France, les éditions Fayard envisagent également de sortir en janvier une nouvelle version de Mein Kampf dans laquelle seront ajoutés des commentaires de chercheurs et d'historiens.

Le traducteur se défendait de la sortie de ce pamphlet  : « On ne peut pas être converti par Mein Kampf, c'est impossible. En outre, il est déjà en vente libre sur Internet. Il est disponible sur des sites extrêmement dangereux. En deux clics, vous pouvez le lire telle quelle, dans une traduction qui a plutôt tendance à le rendre plus lisible et sans commentaire. C'est la situation actuelle qui est dangereuse. »

En vente libre dès 2016 ,et traduite en français, cette réédition est pour le moins surprenante alors que les extrémismes vont déjà bon train.

Nathalie ZADOK

La table IKEA en croix gammée serait-ce acte un manqué ?

Ikea

Dans un communiqué, le géant du meuble a déclaré: «Il est bien évident que cet article ne fait pas partie de notre catalogue"

Ikea, le géant de l'ameublement pas cher  envisage une action en justice après qu'une photographie retouchée d'une table en forme de croix gammée qui a été dite avoir été inclut dans son catalogue a été publiée sur le web

Cette table en forme de croix gammée nommé Hadølf  suscite l'indignation en Allemagne.
Le géant du meuble a été obligé d'émettre un déni complet sur le fait qu'un tel objet puissent se trouver dans son catalogue.

En effet, la photo retouchée montre la table Hadølf, affirmant qu'elle est disponible en Italie pour 88 dollars, 88 est connu dans les milieux nazis comme un raccourci de «Heil Hitler».

Le porte-parole a dit Berliner Zeitung: "Il est bien évident que cette table ne fait pas partie de notre programme, que ce soit en Italie ou ailleurs."

Il a également été allégué qu'il est resté des sympathisants nazis bien après la Seconde Guerre mondiale.
Rappelons toutefois le passé sulfureux d'Ingvar Kamprad, fondateur de Ikea, qui  a été un recruteur actif pour un groupe nazi suédois. Bien qu'il ait admis que ses actes étaient «la plus grande erreur"de sa vie.

Table Ikea

Table Ikea

Cependant, les administrateurs de la société IKEA ont averti que les préjudices de cet acte diffamatoire et volontaire, en terme économique et image de la société,  feraient l'objet d'une plainte contre la personne qui a créé ce faux et qu'elle devra assumer les conséquences.

Cependant, ce n'est pas la première fois qu'Ikea a été impliqué dans un canular nazie.

Le milliardaire suédois a déclaré que son implication était une erreur de jeunesse , et la «plus grande erreur" de sa vie.

Nathalie ZADOK

Adolf Hilter artiste méconnu...2000 de ses oeuvres en vente !

Hitler artiste peintre, 2000 de ses oeuvres en vente

Une aquarelle peinte par Adolf Hitler en 1914 a été attribuée pour 130.000 euros lors d'une vente aux enchères à Nuremberg en Allemagne, samedi.

L'acquéreur est une personne privée originaire du Moyen-Orient qui était présente dans la salle, a déclaré Kathrin Weidler, directrice de la maison qui organisait la vente.

Le tableau intitulé "Standesamt und Altes Rathaus Muenchen" (L'Office d'état civil et la vieille mairie de Munich) fait partie des quelque 2.000 oeuvres peintes par Adolf Hitler entre 1905 et 1920 lorsqu'il était un artiste méconnu.

Interrogée sur l'opportunité de mettre aux enchères des toiles d'Adolf Hitler, artiste au talent limité, Kathrin Weidler a répondu qu'il fallait poser la question aux vendeurs, deux soeurs septuagénaires d'origine allemande.

Weidler a précisé que les vendeurs avaient décidé de reverser environ 10% du produit de la vente des tableaux au profit d'associations caritatives s'occupant d'enfants handicapés.

Cinq autres toiles de l'ancien dirigeant nazi ont été attribuées pour des sommes comprises entre 5.000 et 80.000 euros.

REUTERS