Haïm à la lumière d'un violon - La musique d'un destin du 20 au 22 décembre 2012

Théâtre - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

haim-unehistoirejuive_alliance.jpgdu 20 au 22 décembre 2012
Salle Gaveau - 45/47 rue de la Boétie - 75008 Paris
Places de 10 à 40 euros


Ecris et mis en scène par Gérald Garutti, Haïm – à la lumière d’un violon retrace la vie réelle de Haïm Lipsky, juif polonais né à Lodz en 1922 dans une famille ouvrière pauvre, devenu violoniste à force de volonté, et sauvé de l’enfer concentrationnaire grâce à la musique

La compagnie C(h)aractère jouera son spectacle Haïm à la lumière d'un violon les 20, 21 et 22 Décembre à la salle Gaveau.

Mis en scène par Gérald Garutti, ce spectacle, magnifique message d'espoir, retrace la vie de Haïm Limpsky, violoniste juif polonais déporté pendant la guerre, ayant survécu grâce à sa musique.

Raconté par Natacha Régnier, Haïm – à la lumière d’un violon retrace la vie réelle de Haïm Lipsky, juif polonais né à Lodz en 1922 dans une famille ouvrière pauvre, devenu violoniste à force de volonté, et sauvé de l’enfer concentrationnaire grâce à la musique. À sa sortie d’Auschwitz, Haïm a rejeté le polonais et complètement arrêté la musique – sa passion, sa vocation, sa survie - pour ne plus parler que deux langues : le yiddish et le silence.

Aujourd’hui, à 90 ans, il parle hébreu, et presque tous ses enfants et petits-enfants sont devenus des musiciens internationaux. Sur le plateau, quatre voix musicales tressent le récit porté par la comédienne Natacha Régnier : le violoniste virtuose Naaman Sluchin, ex-premier violon du quatuor Diotima et petit-fils de Haïm Lipsky, qui représente son grand-père; la pianiste classique concertiste internationale Dana Ciocarlie; et l’éclatant duo klezmer les Mentsh, composé de l’accordéoniste Alexis Kune et le clarinettiste Samuel Maquin.

Résonance d’une vie à travers un siècle extrême, ce conte mus ical où alternent morceaux classiques et mélodies klezmer témoigne de la survie par l’art, de l’espoir préservé jusqu’au cœur des ténèbres et du fil de la transmission.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi