Les Juifs du Myanmar vivent dans la peur

Reportages - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                     Les Juifs du Myanmar vivent dans la peur

Le 05/10/07, Il reste bien peu de membres de la communauté juive du Myanmar. A son apogée dans les années quarante, la communauté de l’ancienne Birmanie comptait quelque 4.000 Juifs, la plupart d’entre eux étant d’origine iranienne, irakienne et indienne. Maintenant, il ne reste que 20 Juifs.

Les Juifs ont commencé à quitter la Birmanie pendant la Seconde guerre mondiale. La majorité d’entre eux ont fui lorsque le Japon a envahi le pays, choisissant d’émigrer vers les Etats-Unis et Israël.

En 1962, après le coup d’Etat militaire du général Ne Win, la communauté a de nouveau diminué. D’autres Juifs sont partis en 1964, après que le régime militaire est devenue une affaire privée à l’échelon national.

Les Juifs restés en Birmanie habitent dans la capitale, Yangon, et dans la deuxième ville du pays, Mandalay. Il n’y a pas de vie communautaire et les seules interactions entre les Juifs birmans ont lieu le Shabbat et les fêtes, lorsqu’ils se rencontrent à la synagogue pour prier.

« La communauté juive vit dans la peur. Personne ne sait ce qui peut se passer demain, » a affirmé Sami Samuels, l’un des Juifs de Yangon.

« Les fêtes de Rosh HaShana et de Soukot de cette année sont les plus tristes que nous avons vécues depuis très longtemps… Nous avons dû arranger les heures des offices en fonction du couvre-feu militaire, les rues sont pleines de soldats et la situation ici est instable. Les Juifs, comme bien d’autres ici, ont peur pour leurs vies, » a ajouté Samuels.

Depuis le 5 septembre 2007, où des moines bouddhistes ont été frappés par des miliciens de la junte birmane lors d'une manifestation à Pakokku, à 500 kilomètres au nord de Yangon (Rangoon), un mouvement de protestation des bonzes s’est développé à travers toute la Birmanie. Ce mouvement fait suite à des manifestations organisées depuis le 19 août 2007 à Yangon pour dénoncer l'augmentation massive des prix des carburants et des transports en commun.

Des membres de l'opposition de la Ligue Nationale pour la Démocratie, dirigée par Aung San Suu Kyi, en résidence surveillée depuis dix ans, ainsi que des étudiants et d'autres personnes ont rejoint les manifestations pacifiques des moines qui se déroulent principalement à Yangon (Rangoon), Mandalay et probablement d'autres villes. À partir du 26 septembre 2007, de nombreuses arrestations ont été opérées et le bilan des morts et des blessés s'aggrave de jour en jour.
Les tensions entre la junte militaire et les moines bouddhistes ont poussé la communauté juive à prendre des précautions supplémentaires et les Juifs ont récemment loués les services d’une compagnie privée de sécurité pour assurer la garde de la seule synagogue de Yangon.

« Les troubles ici rendent plus difficile de trouver le Minyan (quorum de 10 hommes) dont nous avons besoin pour les fêtes, » a précisé Samuels. « Il y a d’habitude beaucoup de touristes ici à cette époque de l’année, mais cette fois, à cause des affrontements, ils sont très peu nombreux. Partout où vous regardez, vous ne voyez que des gens se pressant de rentrer chez eux, » a-t-il ajouté.
La communauté est si petite, a expliqué Samuels, qu’ils se trouvent parfois à célébrer certaines des fêtes avec les moines bouddhistes.

Le père de Sami Samuels, Moshé Samuels, est le Gabaï (le président) de la synagogue de Yangon, qui a été construite en 1854. Contrairement à son fils, Moshé est nettement plus optimiste : « La junte militaire n’a rien contre les Juifs. Nous restons en dehors de la politique, aussi ce qui se passe autour de nous n’a pas vraiment de rapport avec nous. Il est vrai qu’il est devenu plus difficile de trouver un Minyan, mais nos amis de l’ambassade israélienne nous aident avec ça.
 
Les tensions, affirment les deux Samuels, n’épargnent pas la communauté musulmane du Myanmar, qui a également peur pour son existence. « Nous prions tous pour que les négociations de l’Onu aident à restaurer la paix et le calme dans ce pays, » ont conclu le père et le fils.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi