Interview Exclusive du Docteur Jean-Michel Cohen

Paroles d'hommes - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

jmcohen2.jpgLaurent Bartoleschi : Jean Michel Cohen, merci de nous accorder cette interview, vous venez de publier votre septième livre aux éditions Flammarion "Maigrir, le grand mensonge".

 

Dans ce livre, vous êtes en colère envers les médias, les différents régimes proposés, bref, des tas d'informations  qui sont parfois contradictoires, tel aliment est bon pour ceci, moins bon pour cela, on a le sentiment que trop d'info tuent l'info?

Jean Michel Cohen : Oui, c'est exactement ça. A l'heure actuelle on vit dans une période où l'on est stressé en permanence à la fois par les messages gouvernementaux qui nous disent qu'il faut absolument maigrir car l'obésité gagne toute la nation et par conséquent, nous, individuellement et puis la deuxième chose on vous sert une masse de données épidémiologiques du style "vous mourrez plus rapidement quand vous mangez des graisses saturées"," vous réduisez votre espérance de vie si vous faites une moindre consommation de produits céréaliers"," si vous n'avez pas de fer vous risquez des anémies" etc. et tous ces messages , les gens en font une espèce de "gloubi boulga", où ils mélangent un peu toutes les données qu' on leur sert pour en faire leur propre donnée et ensuite élaborer un modèle alimentaire qui est loin de leur correspondre.

 

C'est comme ça qu'on est arrivé à une confusion totale dans les régimes. Ce que je voulais faire cette année c'était une construction littéraire dans ce livre, c'est à dire servir la moitié sous une forme d'un pamphlet pour dénoncer et aider les gens à comprendre et à voir où était la vérité. La deuxième chose, leur donner la tendance actuelle, ce que la Science actuelle est capable de faire pour eux en terme d'alimentation et de régime, de telle façon enfin à les responsabiliser.

 

L.B : Les gens sont un peu perdus par le nombre incroyable de moyens de savoir comment maigrir. Ils sont, on pourrait dire, comme harcelés, dernièrement, dans le quotidien Le Figaro, il titrait en page santé : "le régime végétarien diminuerait les risques du cancer". Inquiétant?

JM.C : D'abord il faut savoir que chaque jour il y a au moins une centaine d'études épidémiologiques ou d'études de corrélations qui sortent. Ces études n'ont pas une réelle valeur scientifique et puis ne soyez pas naïfs, si Le Figaro fait cela ce n'est pas que pour informer le lecteur, il sait qu'en accrochant le lecteur de cette façon là il fera plus lire son journal et avec un peu de chance en plus ces infos seront reprisent dans une radio ou à la télévision, ce qui permettra de citer le quotidien. Tout ceci pour dire que la nutrition est devenue un système d'exploitation pour les grands médias.

 

Quand on fait de la nutrition on attire du public, une bonne émission là dessus cela fait de l'auditoire et par conséquent de la publicité et c'est pour cela que je dis que tout le monde ment: d'un côté on a les grands médias qui se servent de la nutrition pour faire leur propre promotion, l'autre côté on a la parapharmacie qui sait très bien les limites des médicaments, qui les vend quand même en faisant une excellente publicité. La vérité est la suivante, nous ne savons pas aujourd'hui si c'est une maladie ou un état que de grossir.

 

La seule chose que nous savons faire dans le cadre des régimes, c'est prescrire des menus alimentaires avec des méthodes dont on connaît les limites et essayer d'expliquer aux gens que l'aliment santé existe mais que cela ne passe pas par une consommation exclusive de certains produits mais par une organisation harmonieuse de la nourriture, un meilleur choix tout en le  faisant dans le respect de la transmission alimentaire de nos propres traditions, de l'argent dont on dispose, bref, des contraintes qui existent et que les gens connaissent et comme personne ne répond à leur interrogation, ils vont se livrer un peu à n'importe qui. Et chaque fois qu'une personne rate un régime, elle est persuadée que c'est de sa faute alors que c'est faux.

 

L.B : Alors justement c'est quoi un bon régime?            

JM.C : Un régime c'est quelque chose contre nature, vous avez un poids terminé par la génétique, il va se déformer sous l'influence de tous les facteurs collatéraux, de l'environnement, des incidents de la vie, et une fois que vous avez déformé ce poids, le retour en arrière est toujours difficile, donc on a un poids de nature et il faut le contrebalancer Au départ on doit avoir un objectif, on ne maigrit pas dans le vide, il faut avoir une raison de maigrir, finalement, on ne maigrit pas soit mais pour les autres. Et personne n'est satisfait de son corps, que ce soit des athlètes, des artistes, des mannequins. Il est donc important de fabriquer son régime soi-même.

 

L.B : Que pensez-vous de la junk food?

JM.C : Les fast-foods sont la cible de tout le monde, de la publicité, de la presse, etc…

La junk food, la mauvaise nourriture s'est incarnée par le fast-food, ce qui n'est pas tout à fait vrai finalement, par exemple, lorsque je vais dans un fast-food, il y a deux menus à faire : soit vous prenez un hamburger avec un fruit, soit des beignets de poulet avec une salade sans les croutons et un soda light ou de l'eau avec un fruit, vous avez fait un repas diététique. Donc de partout, à n'importe quel endroit, on pourrait manger sain à condition d'avoir des instructions et aujourd'hui personne ne veut en donner, c'est ce que j'essaye de faire dans mes livres.

 

L.B : Avec ce que l'on nous ressasse sans cesse dans les médias : ne pas manger trop gras, trop salé, trop sucré, les cinq fruits et légumes par jour, finalement faire un régime revient cher?

JM.C : C'est une réalité, et c'est justement ce que je reproche aux messages administratifs et gouvernementaux. C'est bien joli de nous représenter un paysage idyllique où on se met à table (entrée, plat, dessert), où l'on mange des fruits et des légumes, on apprend à cuisiner    … et tout cela vaut de l'argent et du temps, et comme chacun le sait "le temps c'est de l'argent".


Les ustensiles dédiés aux régimes de qualité coûtent chers : les poêles antiadhésives, cuiseurs vapeur les friteuses ayant besoin de très peu d'huile, tout ceci est réservé à des gens qui ont les moyens et ça ce n'est pas acceptable. Alors au lieu de donner des conseils stressants et culpabilisants, on ferait mieux de donner des modes d'emploi.

 

L.B : La seconde partie de votre livre est consacrée à une méthode de régime dont vous dites qu'il ne s'agit pas d'une solution miracle, alors que préconisez-vous?

JM.C : Aujourd'hui, il faut se dire qu'il existe deux méthodes reconnues scientifiquement : les régimes sans sucre qui sont considérés comme les plus rapides et les régimes diversifiés qui donnent à moyen terme les mêmes résultats que les régimes sans sucre.


Les régimes sans sucre sont contraignant et difficiles car ils désocialisent et en même temps ils imposent une surveillance des matières grasses car qui dit "sans sucre" dit pas de féculent, pas de fruit et légume donc cela impose des contraintes très fortes en terme de matière grasse et notamment d'utiliser de l'huile de colza, de l'huile d'olive, de la margarine plutôt que n'importe quelle matière grasse saturée.


On conseille de faire ce régime de quinze jours à un mois parce qu'il coupe un peu l'appétit, permet aux gens de se faire plaisir en allant vite et ensuite on passe au régime diversifié.

Mon intention était de donner un générique de régime accompagné d'outils de telle façon à ce que chacun puisse personnaliser sa nourriture et arriver à sa formule de régime, parce que je suis convaincu que les régimes qui marchent le mieux ce sont ceux que les gens s'auto prescrivent,

C'est-à-dire quand eux-mêmes ont décidés de se mettre au régime, se mettent en pratique les conseils qu'on leur donne, ça marche mieux que le reste. C'est marrant mais c'est comme ça.

Vos réactions

  1. elisabeth.cusseau@gmail.com'Elisabeth CUSSEAU née PETITPREZ-BELIN

    Je suis tout à fait d’accord avec le Docteur Jean-Michel Cohen. Je profite pour passer un petit message, si vous voulez vraiment maigrir et éviter la descente aux enfers que connaissent les personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire, je vous recommande vivement d’aller consulter le Professeur Pierre Déchelotte nutritionniste au CHU DE ROUEN et Président de l’association WWW: Nourrir la vie en normandie dont je fais partie. Parole d’étoile !

    Répondre
  2. clara2000@yahoo.fr'Eglantine

    Le Dr Cohen a beaucoup de bon sens, mais il doit comprendre qu’un médecin nutritionniste se doit d’être un exemple pour ses patients, il ne peut pas continuer à prendre du poids comme ça!! C’est lui quoi doit décider de maigrir!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi