Les femmes-rabbins veulent exercer une plus grande influence

Femmes de paroles - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

rabbinfemme.jpgVoir article sur le même sujet

Lynne Kern savait déjà à l’âge de treize ans, qu'elle voulait être rabbin, bien qu’en 1970,
il n'y avait pas encore de femmes-rabbins qui puissent lui servir de modèles. Kern
decida alors de devenir écrivain, et elle reçut le prix Pulitzer de journalisme quelques
années plus tard.

Elle n'oublia pas, cependant, sa première aspiration, et en 2001, elle
termina ses études rabbiniques et fût ordonnée rabbin du mouvement Conservative à
la University of Judaïsm de Los Angeles.

Aujourd'hui, quatre décennies après sa Bat Mitzvah, Kern est en train de préparer avec
le cinéaste Ronda Spinak, un documentaire sur les femmes rabbins. Kern était derrière
la caméra à Boston la semaine dernière, pour filmer les interventions des quatre
premières femmes rabbins de leur dénomination respective, qui étaient réunies autour
d'une table ronde.

Cet évènement, sans précédent, prit place le 6 décembre dernier dans le sanctuaire du
Temple Reyim, à Newton, une banlieue de Boston,. Ce fût la première fois que ces
quatre femmes, Rabba Hurwitz, à qui le titre de rabba fut conféré par le rabbin Avi
Weiss de la mouvance Orthodoxe moderne, il y a à peine un an, Rabbi Sally Priesand,
Reform, Rabbi Sandy Eisenberg Sasso, Reconstructionist et Rabbi Amy Eilberg,

Conservative, participèrent à cet évènement ensemble.

Une foule de plus de 600 personnes était venue assister à ce programme.
“ Ces femmes font partie de l’histoire qui est la mienne.” declara Hurwitz à la Jewish
Telegraphic Agency et elle ajouta:
“ C’est avec un sentiment de profond respect et admiration que nous tenons à honorer
ces véritables pionnières du Judaisme.”

Le programme, intitulé “ Elevons la Flamme “, fut organisé sous l’égide du Conseil des
Synagogues du Massachusetts. Dans un vibrant hommage, 50 femmes rabbins de la
région, qui étaient présentes dans l'auditoire, sont montées à la Bima à la fin du
programme pour rejoindre les participants de la Table Ronde.

- Quand j'ai été ordonnée , j'étais la seule femme rabbin Reconstructionist, - a déclaré
Eisenberg Sasso. - Aujourd’hui, comme vous le voyez, je ne suis plus plus seule.
Priesand fût la première femme qui franchit la barrière quand elle fût ordonnée par le
mouvement libéral en 1972. Eisenberg Sasso, Reconstructionist, suivit, un an plus tard.
Puis, Eilberg fut ordonnée dix ans plus tard, en 1985, par le mouvement Conservative
au Jewish Theological Seminary of America.
Aujourd'hui, il y a 167 femmes rabbins Reconstructionist soit environ la moitié des
rabbins ordonnés par ce mouvement depuis 1974.
Le mouvement Conservative a ordonné 273 femmes rabbins parmi un total de 1.648.
Quant au mouvement Reform (libéral), il compte déjà 575 femmes rabbins en Amérique
du Nord.
Hurwitz est la seule femme Orthodoxe qui a reçu le titre de rabba. Rabbi Weiss a
cependant déclaré qu'il ne confèrerait plus ce titre aux femmes qui termineront leurs
études dans son séminaire. En effet, la principale association Orthodoxe moderne, le
Rabbinical Council of America, s'est prononcé contre l'ordination des femmes en tant
que rabbins.
Maintenant que bien des obstacles à l’ordination des femmes ont été surmontés dans
les mouvements non-Orthodoxes, les femmes-rabbins suggèrent qu'il est temps d’aller
au-delà de ce stade de l’innovation pour considérer la manière dont ces femmes
pionnières sont en train d’influencer la communauté juive, en général.
“ Il nous faut maintenant apprécier la nature des contributions significatives que les
femmes-rabbins ont apportées à la vie juive.” a declaré Rabbi Barbara Penzner, qui a
été ordonnée en 1987 au Reconstructionist Rabinical College, Philadelphie.
Lorsque Priesand a commencé ses études, elle était la seule femme au Hebrew Union
College. Elle est maintenant, le rabbin émérite de son Temple à Tinton Falls, New
Jersey, où elle assuma son rôle de chef spirituel pendant 25 ans. Priesand tient à
remercier ses collègues non seulement pour s’être frayé un chemin dans le rabbinat,
mais aussi pour avoir changé la façon dont les hommes-rabbins exercent leur
ministère, en ce sens qu’ils deviennent plus ouverts et plus sensibles aux aspirations
spirituelles des membres de leurs communautés.
Rabbi Eilberg se consacre principalement au conseil pastoral auprès des malades et
des mourrants, à l’assistance spirituelle et la résolution de conflits. Elle dirige également
un programme de dialogue inter-religieux à Minneapolis. Bien que ces tâches ne soient
pas exclusivement réservées aux femmes, a déclaré Eilberg dans une interview, ces
responsabilités exigent une grande capacité d'écoute et des compétences qui ont une
forte résonance parmi les femmes de notre génération.
Plus de 25 femmes-rabbins ont participé à ces entrevues qui ont été filmées pour le
documentaire. Dans celles-ci, Kern a remarqué que selon l’opinion de presque toutes
ces femmes-rabbins, la prière et l'action sociale favorisent la création d’une
communauté spirituelle à laquelle aspirent tant de nos coreligionnaires.
Anita Diamant, fondateur d'un mikvé ldans la région de Boston mommé Mayyim Hayyim
et auteur du best-seller "La tente rouge", a déclaré que la plupart des cérémonies
observées au mikvé par les femmes et les hommes doivent beaucoup à l’influence et
aux efforts des femmes-rabbins qui ont été ordonnés au cours des trente dernières
années.
Hurwitz, dont l’ordination a causé une très vive controverse dans certains milieux
Orthodoxes, est la seule des quatre premières femmes-rabbins qui n'accepte pas le
principe intégral de l'égalité des sexes. Les femmes ne peuvent assumer certains
rituels, a-t-elle declaré, comme par example, assumer la tâche du rabbin ou hazan,
ministre-officiant, quand il s’agit de la reciter certaines parties des offices de la
synagogue. Mais elle remarque que les femmes peuvent assumer un rôle important
dans la pratique des rituels et coutûmes de la vie religieuse, tels que les mariages et les
enterrements.
Hurwitz a été nommée doyenne de la Yeshiva Maharat, qui prépare des femmes
Orthodoxes à devenir des chefs spirituels, et est membre du personnel rabbinique de
l'Institut Hébraïque de Riverdale, New York, dont Rabbi Avi Weiss est le chef spirituel.
Le professeur Jonathan Sarna, qui enseigne l'histoire juive américaine à l'Université
Brandeis, près de Boston, pense que l’ordination de Hurwitz ne changera pas l’attitude
de la communauté Orthodoxe en ce qui concerne l'ordination des femmes. Certaines
communautés non-Orthodoxes sont aussi préoccupées par le fait que le rabbinat
américain est en train de se féminiser rapidement, et que ce phénomène cause certains
hommes de se distancer de la synagogue.
La synagogue est de plus en plus perçue comme un espace de prière pour femmes et
moins pour les hommes, a montré le professeur Sylvia Barack Fishman de l’Université
Brandeis dans un rapport publié en 2008 par l'Institut Hadassah Brandeis.
Sasso Eisenberg rapporte le fait qu’elle préférait la compagnie de femmes alors qu’elle
était étudiante et ldurant ses premières années en tant que rabbin, et que l’entourage
de femmes a encore beaucoup d’importance pour elle. Mais elle affirme que les
femmes ne doivent pas faire bande à part.
" En fin de compte, ce que nous voulons, c’est amener les voix et les expériences des
femmes à la table traditionnelle de la vie juive», a déclaré Rabbi Eisenberg Sasso.

(traduit de l’anglais par Léo Michel Abrami)
Barriers broken, female rabbis look
to broader influence
By Penny Schwartz · December 13, 2010 World Jewish News

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi