Les Contes d'Anne Franck

Les Contes - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest


Un grand moment d'émotion offert par Rivka et Benjamin Houzi à la mémoire d'Anne Franck.

Rivka et Benjamin vous présentent deux contes d'Anne Franck.
Benjamin est l'auteur et compositeur de la superbe chanson "Anne" qui accompagne les contes
sur le thème "Je continue de croire en la bonté innée de l'homme".
(disponible sur simple demande.)

annePP.gif

Alors branchez vous et écoutez
Rivka Houzi vous raconte pourquoi Anne Frank avait besoin de créer cet univers imaginaire.

1er conte : La marchande de fleur
2eme conte : Eva


Je continue de croire en la bonté innée de l'homme.

annep.gifSamedi 15 juillet 1944;

(sic) .Voilà la dureté de cette époque : à peine idéalisme, rêves, belles espèrances ont-ils le temps de germer en nous , qu'ils sont aussitôt atteints et totalement dévastés par l'épouvante de la réalité.
Il est trés étonnant que je n'aie pas encore abandonné tous mes espoirs, car ils paraissent absurdes et irréalisables. Pourtant, je m'y accroche, malgré tout, car je continue à croire à la bonté inné de l'homme. Il m'est absolument impossible de tout construire sur une base de mort, de misère et de confusion. je vois le monde transformé de plus en plus désert, j'entends , toujours, plus fort le grondement du tonnerre qui approche, et qui annonce probablement notre mort; je compatis à la douleur de millions de gens et pourtant, quand je regarde le ciel, je pense que ça changera et que tout redeviendra bon, que même ces jours impitoyables prendront fin, que le monde connaitra de nouveau l'ordre, le repos et la paix.
En attendant, il s'agit de mettre mes pensées à l'abri, et de veiller sur elles pour le cas où dans les temps à venir, elles seraient peut-être encore réalisables.

A toi.

Anne

Vos réactions

  1. pepasavoir@orange.fr'gambaccini

    terrible son histoire!ce qu’elle as fait ça dut etre trés difficile.qu’elle courage!que de la compassion j’ai ressentis en lisant ces cahiers(le journal).

    Répondre

Répondre à gambaccini Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi