A la recherche de l'arche perdue,Wendel Jones

Cyberthora - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Le Rouleau d'argent
ou à la recherche de l'Arche perdue

le rouleau de cuivre

Témoignage de Sophie Lagnier wendel.gifJ'ai eu la chance de procéder à des fouilles avec Wendel Jones. C'est un homme fascinant, bien que l'on sente que Wendel joue avec l'image que Spielberg a crée de lui. Il se fait appeler "Texas Jones" par exemple, parce qu'il vient du Texas et non de l'Indiana comme Indiana Jones. Je voulais faire de l'archéologie en Israël. J'ai rencontré un guide israëlien qui connaisait Wendel Jones et qui m'a proposé de faire des fouilles avec lui. J'ai alors rencontré Jones et il m'a raconté comment il en était arrivé à fouiller à cet endroit.

Il se fonde sur des textes de Flavius Josef, qui est assez imprécis sur le topographie, mais aussi sur l'Ecclesiaste, bien que l'un des problèmes d'interprétation consiste à savoir à quel niveau lire le texte. Le rouleau de cuivre est actuellement conservé à Amman, et Wendel a réussi à s'en procuré une copie, sur laquelle il fonde ses recherches. Il y a cependant plusieurs façons de lire le rouleau de cuivre, même en l'interprétant comme une carte topographique.

 

On peut le lire de façon linéaire, diachronique, en suivant le texte. Mais Jones a trouvé qu'en lisant la première ligne de la première partie et la première ligne de la seconde partie, on obtient des phrases complètes, qui donnent un sens topographique plus précis. C'est ainsi qu'il a déterminé un périmètre géographique préci (voir photo). Les fouilles se déroulent de façon très dures. On travaille avec des truelles, des pioches et des pics, ce qui est dérisoire, mais en même temps, nous recevons beaucoup de soutien de beaucoup de personnes différentes, des religieux orthodoxes, des libéraux, et même une aide internationale de sources privées qui financent soit les Bnei Noach, qui participent activement aux fouilles, soit aux fouilles elles-mêmes. Lorsque l'on travaille avec Jones, on paye le logement et la nourriture dans le yishuv. On est bien logé (caravanes climatisées, bonne nourriture). J'ai payé $30 par jour.

L'état des fouilles actuellement:recherche.gif Lorsque je suis
arrivée,cela faisait cinq mois que le groupe travaillait au dégagement de la grotte que l'on pensait être celle du rouleau d'argent. Dedans, nous avons trouvé un silo contenant de la kéthorite, soit un encens utilisé dans le temple encens.gif.

On a continué à creuser, mais Jones a dû s'arrêter parce que sa campagne de fouilles arrivait à sa fin. Il va lui falloir redemander un grotte.gifpermis.
Mais à cause de la shmirat hatéva, il lui a fallu reboucher l'entrée de la grotte. Il a trouvé sous le silo une autre cavité, de sorte que Jones a essayé de protéger l'entrée de la grotte avant de la reboucher, pour reprendre en Novembre à ce point précis
Jones n'a pas encore trouvé le rouleau d'argent. Il pense qu'il se trouve dans cette cavité. Il pense que le rouleau d'argent donne la position du trésor du temple,et plus précisément de l'Arche. Il n'exclut pas que l'Arche soit dans unesite1.gif des pierres
de la muraille du temple.

En fait, la recherche de l'Arche dérange beaucoup de gens, et de points de vue idéologiques, de sorte qu'il faut toujours beaucoup d'éléments avant de commencer une fouille. Tous les volontaires sont bienvenus. Je vous souhaite de participer à ces fouilles.L'adresse est simple Bnei Noah Mitspé Yehiho Désert de Judée (Mitbah Yéhuda)

Bonne chance!

Le Rouleau de cuivre

Découverte du rouleau de cuivre Le Centre de "Bnei Noah"
L'école biblique de Jérusalem Il n' y aurait plus rien à chercher ?
La version du Professeur Bruk. Des immenses pierres creuses.
Un archéologue :Wendel Jones Le rouleau d'argent avec photos

Découverte du rouleau de cuivre

En 1957, une équipe de chercheurs amena en Angleterre un rouleau de cuivre découvert près du site actuel de Qumran, alors Jordanien. Cette équipe était chargée par la Jordanie, à qui appartenait le lieu de la découverte, de tenter de dérouler le rouleau et de le déchiffrer. L'équipe anglaise de spécialistes scia avec une scie de haute précision les différentes épaisseurs du rouleau soudées par le temps. Puis on procéda à la lecture dudit rouleau. L'écriture était d'un hébreu très proche de l'hébreu biblique, ce qui surpris, mais de plus le contenu n'était pas du tout conforme aux attentes de toutes ces équipes : loin de présenter des textes religieux anciens, le rouleau décrivait des "borim" des puits, et leur situation géographique précise les uns par rapport aux autres, ainsi que des séries d'objets contenus dans chaque "bor".

Depuis, les recherches continuent pour essayer d'identifier le lieu dont parle la méguila (rouleau) de cuivre, et pour authentifier les listes qu'elle décrit : en effet, le rouleau de cuivre donnait des longues listes de quantités d'or et d'argent. Ce cas de recherche biblique est particulièrement significatif de la façon dont les différentes équipes tentent de s'approprier un objet pour servir une interprétation démontrant le bien-fondé d'une idéologie ou d'une autre.

L'école biblique de Jérusalem

L'école biblique de Jérusalem, qui s'était approprié les textes de Qumran pendant près de vingt ans, en n'en permettant la publication qu'avec une extrême lenteur, dans le but d'en garder la primauté et l'accès, avait interprété tous les rouleaux de Qumran comme étant ceux d'une secte chrétienne. Les chercheurs actuels, ont remis en question ces interprétations.

L'école biblique chercha à démontrer d'une part, que le texte du rouleau appartenait à la même secte et d'autre part qu'il s'agissait d'un texte imaginaire, car il n'était pas possible que les quantités d'argent et d'or décrites appartenaient à une secte si petite, isolée dans le désert

La version du Professeur Bruk.

Le Professeur Bruk, de l'Université de Manchester, considère actuellement que les objets de valeur et les quantités d'or et d'argent décrites, ne remettent pas en question la description du rouleau de cuivre, mais bien plutôt la théorie de la secte chrétienne méditative isolée à Qumran. Selon lui, les objets décrits, ainsi que les réserves d'or et d'argent ne peuvent se justifier que si on considère que ces richesses venaient de Jérusalem, et qu'elles appartenaient au Beit Hamikdash, le Temple. Qumran n'est pas un lieu d'isolement volontaire, c'est une cachette de ces objets à l'approche des Romains et devant le danger de la chute de Jérusalem, par un groupe de personnes proches des prêtres du Temple. Du moins tel était le but des premières personnes installées à Qumran. Bruk appuie son argumentation sur le fait que le rouleau décrit une topographie précise, qu'il n'a donc rien d'imaginaire, et qu'on ne gravait pas un rouleau en cuivre s'il s'agissait d'une légende, comme l'école biblique répondait en contre-attaquant.


Un archéologue dénomé :Wendel Jones

Il est soutenu sur ce point de vue par les recherches archéologiques effectuées par Wendel Jones, un Américain qui s'est installé près du lieu de fouilles pour rechercher sans relâche les grottes décrites par le rouleau. Wendel Jones pense en effet que le rouleau a été trouvé dans une grotte à proximité des autres grottes dont il donne la description, et qu'il faut utiliser le texte comme une carte. Jusqu'ici, ses recherches lui ont donné raison, et Wendel Jones a ainsi retrouvé aux endroits décrits des grottes qui ont effectivement servi de hangar pour abriter des pots, des réserves d'encens -qui correspondent effectivement à ceux brûlés dans le Temple- un rouleau d'argent, dont il est question dans le rouleau de cuivre, et un curieux pot en terre de grande capacité empli de cendres animales dont on pense qu'il pourrait s'agir des cendres de la vache rousse. On connait l'importance de la vache rousse pour les croyants puisque la vache rousse doit permettre la purification du peuple permettant la construction du temple, alors que la préparation de la vache rousse nécessite la purification au temple du prêtre devant la sacrifier : la découverte de Wendel Jones permettrait de sortir de cette impasse.

Le Centre de "Bnei Noah"

Wendel Jones a fondé un centre de "Bnei Noah", (fils de Noé), c'est-à-dire les non-juifs pratiquant les mitsvots (commandements) imposés selon la Torah aux enfants de Noah et donc à toutes les nations. Il accueille chaque année des volontaires qui viennent le soutenir dans son travail de fouilles, payent leur stage d'archéologie, et s'initient à la Torah avec Wendel Jones. Wendel Jones est persuadé qu'il trouvera les grottes (borim) désignées par le rouleau, et que tout n'est qu'une question de temps. Il pense quant à lui que les objets décrits par le rouleau appartenaient aux tribus d'Israël à leur entrée dans la terre d'Israël après la sortie d'Egypte.

Quoiqu'il en soit, le professeur Safraï, de l'Université de Bar Ilan, pense que la description du rouleau n'a pas sens, puisqu'il y est question de "homa" (muraille), et que Qumran ne possédant pas de murailles il s'agirait donc d'une légende (sic).


Il n' y aurait plus rien à chercher ?

Un prêtre, Pisner, de l'école biblique de Jérusalem, soutient, lui, que le terme de "borim" est à comprendre comme mikvé, et qu'il s'agissait en fait de trous et de bains sacrés situés actuellement dans le cimetière chrétien de Jérusalem, au Mont des oliviers. Il est surprenant malgré tout, que dans cette interprétation, le scribe hébreu ait utilisé un terme pour un autre, puisque le terme de mikvé est un terme précis qui existait déjà à son époque. Pisner pense qu'un rouleau plus complet devait avoir existé, qu'il est tombé aux mains de Romains, et que ceux-ci ont déjà pillé toutes les cachettes : il n'y aurait plus rien à chercher.

Emile Pouech, de l'école biblique de Jérusalem, a cherché à soutenir cette théorie en montrant, après reconstitution par radiographie et ordinateurs d'un double réel de la méguila, que le scribe faisait plus de fautes à la fin qu'au début, et que par conséquent, le rouleau de cuivre n'était qu'une copie d'un autre rouleau.

L'implicite de ces deux discours revient à nier l'existence du trésor du Temple avant tout, de nier la valeur du rouleau de cuivre, et de voir dans l'éventuel trésor passé un butin passé aux mains des Romains, et, qui sait, aux mains du Vatican.

Les fondations du Temple : des immenses pierres creuses.

Dan Baat, archéologue, pense quant à lui que le trésor du Temple se trouve dans l'une des immenses pierres de plusieurs tonnes présentes dans les fondations du Temple que l'on visite par les tunnels. Ces pierres immenses sont creuses. Il explique qu'il n'y avait aucun sens à creuser l'intérieur de ces pierres, sinon pour permettre de servir de caches en cas de danger ou d'attaque.

En attendant, il est interdit à Wendel Jones, de continuer ses travaux avec des machines, sous la pression de la shmirat hateva (société de protection de la nature servant certainement dans ce cas d'écran à d'autres intérêts), poursuit ses recherches avec des cordes, des pioches et des pelles. Il a trouvé une salle où une lumière bleue l'illumine à l'aube, et qu'il interprête comme la salle "kokhelet" (bleue) du texte du rouleau. Sa découverte du rouleau d'argent mentionné par le rouleau de cuivre constitue pour lui la preuve que sa démonstration est juste.

Le Professeur Bruk, de l'Université de Manchester, enseigne à ses élèves ce qu'il sait du rouleau, et continue d'espérer que d'autres recherches apporteront plus d'éléments sur notre passé.

La découverte de réserves d'or et d'argent n'est pas seulement une histoire de trésor : elle prouverait l'authenticité de l'origine des objets et du rouleau.
Yona Dureau

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi