La fête du livre à la Wizo un rendez-vous réussi et un invité surprise.

Rendez-vous - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Beaucoup d'auteurs et d'auteures autour des tables tendues de bleus, beaucoup de monde pour ce 58 ème salon du Livre de la Wizo, au forum de Grenelle, le prix de la Wizo cette année a été décerné à  Chochana Boukobza pour son livre le 3 ème jour lire notre article quelques absents aussi  notamment Marek Halter, Victor Malka,  de belles rencontres notamment celle de Françoise Laborde avec son nouvel ouvrage "Une histoire qui fait du bruit" cliquez-ici,laborde.jpg

david_shapira.jpgDavid Shapira ancien directeur des programmes de la célèbre radio Aroutz7, avec son dernier ouvrage "Les antisémitismes français", auteur aussi de "Jacob Kaplan , rabbin témoin du XXe siècle", David Shapira est historien et journaliste Cliquez-ici.

 

 

Henri Cohen Solal avec son livre "Jérusalem Shalom, Sellam lettres d'espoir pour la jeunesse" cliquez-ici

Et  je voudrai saluer l'audace d'écriture de Frann Bokertoff, une écriture de femme-femme, fantasmes, érotisme se mélent à ses mots en rime ou en vers, une prose qui prend la pause dans une alcove intimiste cliquez ici pour en savoir plus

Croisé dans les allées Maître Gilles William Goldnadel présent pour dernier ouvrage "La question blanche"

rebecca_wengrow.jpgRebecca Wengrow en dédicace pour son livre " Le désespoir des heures de pointes"cliquez-ici.

Une conférence  dont le thème était Jésus de Nazareth, a suspendu provisoirement ces dédicaces, animée par Guy Rozanowicz de Radio J. Raphaël Drai, professeur agrégé de droit et sciences politiques et Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, évêque auxiliaire de Paris, autour de l’ouvrage de Joseph Ratzinger, "Jésus de Nazareth".

C'est Jésus qui a volé la vedette, surprenant comme choix pour une telle manifestation, d'autant plus intéressant d'entendre Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort nous expliquer l'importance , je cite : "du Sabbah." Une situation surréaliste pour certains auteurs présents, mais cessons de stigmatiser...
Et reconnaissons le talent de la Wizo d'avoir pu inviter Jésus dans un lieu dédié à la culture Juive.

Claudine Douillet

 

 

 
 
 
 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi