Frères ennemis

Rendez-vous - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                                   Frères ennemis

Article paru dans "Le Figaro",le 24/10/07

« Cabale à Kaboul » de Dan Alexe
 
Dans la cour qui abrite la synagogue de Kaboul, ils sont deux juifs afghans qui survivent en marge de la société. Isaac, le plus vieux, vivote en fabriquant des talismans ou en jetant de bons sorts aux femmes stériles. Zabulon, lui, fait fermenter son vin pour en faire de l'alcool qu'il vend à ses voisins musulmans. Du temps des talibans, ils étaient tolérés. Mais eux ne s'acceptent pas. Depuis une dizaine d'années, ils ne se parlent que pour s'invectiver. Un mur symbolique les sépare et le réalisateur est passé de l'un à l'autre pour tenter de comprendre leur vie, de percer leur antagonisme. « Vieillard indigne... Tu n'es qu'un gay ! », lance Zabulon. « Qu'est devenue notre amitié, notre judaïté ? », rétorque l'ancien. On se croirait au milieu d'une tragi-comédie domestique. Alors que Zabulon boit à la santé des juifs d'Europe, Isaac rend visite au cimetière juif de la ville ou fait le tour des boutiques. Il reproche à Zabulon de l'espionner et de l'avoir dénoncé aux talibans : « Ce que Pharaon a fait au peuple juif n'est rien à côté de ce qu'il m'a fait... » Pour sa part, le voisin montre la mosquée où cet « apostat » d'Isaac s'est converti à l'Islam...
 
Impossible de dénouer le vrai du faux, les deux ennemis intimes ont fait de leur haine une sorte de comédie à deux voix, le seul dialogue qui vienne rompre leur solitude. Voici l'un qui égorge des poulets, voilà l'autre qui explique à une femme comment guérir son mal. Et avec eux, on redécouvre une civilisation, ses superstitions, sa misère, son folklore jusqu'au jour où Isaac meurt brutalement. Les frères ennemis de Kaboul sont à jamais séparés et ce film pittoresque et drolatique se referme sur un cercueil et sur le paradoxe de ce documentaire tellement incongru et original qu'il ressemble à une fiction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi