Photographe israélien :Nahal El-Al, quand le bruit de l’eau est sombre

Artistes, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Photographe israélien :Nahal El-Al

Nahal El-Al  : quand le bruit de l’eau est sombre
Hahal El-Al, galerie Neil Folberg, Jerusalem

Nahal El-Al créent des photographies énigmatiques, solaires ou ombreuses. Elles "disent" l'indicible, racontent l'histoire des eaux anciennes répandues dans des cuvettes qui parfois brouillent les repères connues de la nature. Même lorsque ces eaux demeurent sans devenir, les saisons se laissent apprivoiser à travers un prisme impressionniste voire quasiment abstrait. Les photos renvoient à une structure profonde qui est remodèle, reformule le paysage.

Photographe israélien :Nahal El-Al

Photographe israélien :Nahal El-Al

Dans les étendues désertes du Golan comme dans ses oasis, des lueurs étranges ramènent le réel du coté du rêve. L’illumination et le surgissement sont d’une évidence seconde là où les surfaces ancrées dans le présent acquièrent une substance particulière.

Ici le bruit de l’eau est sombre dans des reliefs qu’on n’attend pas forcément à trouver dans le Golan.  Preuve que la photographie travaille  moins dans l’instant que la permanence là où tout est dans le plaisir de saisir la lumière, l’ombre dans la lumière. La nature revient  en mille éclats poétiques qui à la fois suggèrent une ambiance et produit du sens où les herbes comme le sable bruissent de vie.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi