Photographe juive Elsbeth Juda, au Jewish Museum à Londres du 1er Mars au 1er juillet 2018

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Elsbeth Juda, « Grit and Glamour », Jewish Museum, Londres du 1er Mars au 1er juillet 2018.

Photographe juive  - Elsbeth Juda : promotion et création
Elsbeth Juda, « Grit and Glamour », Jewish Museum, Londres du 1er Mars au 1er juillet 2018.

Elsbeth Juda, « Grit and Glamour », Jewish Museum, Londres du 1er Mars au 1er juillet 2018.

Elsbeth Juda, « Grit and Glamour », Jewish Museum, Londres du 1er Mars au 1er juillet 2018.

Le Jewish Museum présente une large rétrospective de la photographe Elsbeth Juda. Née en 1911 en l’Allemagne elle quitta son pays afin de fuir le nazisme pour l’Angleterre.  Elle a  étudié la photographie avec Lucia Moholy, l'épouse de l'artiste László Moholy-Nagy. De Londres elle allait renouveler la photographie par son modernisme glamour. La  présentation de la mode s’en trouva transformée. L’artiste créa toujours des scénarisations surprenants et hors convention. Connue professionnellement sous le nom de « Jay » elle créa des photos de modes pour  de nombreux  magazines (donr Harper’s Bazaar) et pour de nombreuses agences de publicité pendant plus de 45 ans.

 

.Mais cette exposition met en exergue plus particulièrement ses photos pour le magazine dirigé par son mari :  « The Ambassador ». Elle y donna de superbes portraits. Le magazine devint un incontournable du marketing pour une Grande-Bretagne avide de se retrouver sa capacité d’exportateur mondial dans l'après-guerre. Il fut  publié mensuellement dans quatre langues  et connu dans le monde entier. Ce qui permit à la photographe d’asseoir sa notoriété. Elle et son mari devinrent deux modèles de la défense et illustration  du Royaume-Uni. dont ils diffusèrent toutes les facettes de la production industrielle, culturelles et  artistiques. Au contact des grands créateurs de l’époque. Eslbeth Juda sut évoluer et créer de la profondeur en des images qui se voulaient de promotion. De grande qualité, ses clichés sont désormais peu visibles d’où l’intérêt d’une telle exposition.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi