Photographe juif : Slim Aarons et les voyeurs

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Slim Aarons et les voyeurs

Slim Aarons et les voyeurs

Slim Aarons, "Women", Abram Book, 2016

A 18 ans Slim Aarons s’engage dans l’US Army om il devient photographe de guerre. Mais très vite il quitte l’uniforme, va en Californie pour photographier les célébrités que l’on nommait pas encore « peoples ». Il devient photographe des stars (Clark Gable, Van Heflin, Gary Cooper, James Stewart). Il les capte sans recours a une préparation pas un styliste ou un maquilleur. Puis il poursuivit sa carrière par ce qui devient son succès : à savoir en photographiant les femmes les plus « attractives » dans des lieux et postures idoines.

Slim Aarons et les voyeurs

Slim Aarons et les voyeurs

Chaque prise est le fruit d’une longue patience afin qu’une immanence en jaillisse. L’épreuve est un bloc d'espace-temps, une coupe instantanée qu’Aarons diffuse en tous sens et en toute direction. L’univers du photographe ondule entre le rêve et la réalité, l’ombre et la lumière dans une narration où le corps reste la référence. Le photographe donne l’impression que ses images attendent le voyeur. Qu’elles n’attendent que lui.

Ce dernier sait qu’il se trompe mais s’en moque et n’en demande pas plus. Il en retient leur plan d'immanence et leur coupe mobile.

Slim Aarons et les voyeurs

Slim Aarons et les voyeurs

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi