Livre juif : Une mère juive ne meurt jamais de Patrice Abbou

A La vitrine du Libraire, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une mère juive ne meurt jamais de Patrice Abbou

Les Molina n'ont pas le droit de sortir, de se laver, de se changer, de se parfumer et encore moins de travailler... pendant sept jours, comme le veut la tradition.

Ils sont en deuil de leur mère Louise.

Adam Molina, 40 ans, le plus jeune des quatre enfants, avait prévu de repartir le lendemain de l'enterrement. Mais devant la pression de son père et de son frère aîné Henri, il est contraint de rester. D'autant plus qu'il a une mission, la dernière volonté de sa mère : trouver un mari à Lucie, sa soeur.

Dans ce huis clos caustique et haut en couleur, les émotions s'entremêlent, entre tendresse, culpabilité et rancoeur.

Biographie de l'auteur

Comédien et auteur, Patrice Abbou sort du Studio 34 en 1989. Il forme avec d'autres comédiens sortis du Fieald (création de la scène ouverte du Trévise), une troupe, Les Voilà. Spectacle co-écrit à treize mains qui triomphe au Théâtre du Gymnase.

Puis il se tourne vers le one man show et co-écrit avec Pascal Elbé et parrainé par Michel Boujenah, C'est monstrueux, Les Uns sur les Autres, Famille nombreuse = Famille heureuse?, mise en scène par Pascal Elbé.

Il sillonne les scènes parisiennes, provinciales et étrangères jusqu'à L'Olympia et finit en beauté avec le dernier spectacle, Epousez-moi !

Puis il écrit une première pièce de théâtre, Les 7 jours, une comédie drôle et émouvante, jouée à Paris et en tournée dont il fait l'adaptation pour le cinéma... Il vient de terminer une deuxième pièce, A charge de revanche, mise en scène par Marina Tomé.

Au cinéma et à la télévision, Patrice Abbou tourne avec Jean-Jacques Beineix dans Roselyne et les lions, Gérard Oury (véritable rencontre humaine et professionnelle) dans La soif de l'or, Fantômes avec chauffeur, Le Schpountz, Barthes et Jamin dans Charité Biz'ness, Dany Boon dans La maison du bonheur, Jean-Paul Salomé dans Belphégor, Gérard Krawzyck dans Taxi 3, Michel Boujenah dans Trois amis, Florence Quentin dans Leur morale...Et la nôtre, Pascal Elbé dans Tête de turc, Je compte sur vous, Sylvain Desclous dans Vendeur et aussi Nicolas Ribowski, Boris Tioulong, Thierry Binisti, Jérôme Navarro, Julien Despeaux, Sonadie San, Georges Spicas dans le moyen métrage En grande pompe et divers court-métrages, notamment Mon héros de Sylvain Desclous, nominé aux Césars.

Choix de Claude Layani

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi