Livre juif : Si je t'oublie de Morgan Sportès

A La vitrine du Libraire, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Si je t'oublie de Morgan Sportès

 

Rejetons de la seconde guerre mondiale, un mur invisible les a toujours séparés.
Son père à elle, français, s’était engagé dans la SS  ; son père à lui était juif d’Afrique du nord. Les enfants sont-ils inconsciemment hantés par les fantômes de leurs parents, par les spectres de l’Histoire  ?
Elle meurt lentement d’un cancer.
Il l’accompagne dans son agonie jusqu’à son dernier soupir.

Et cependant, il tente de se souvenir, de reconstituer ce qu’a été leur vie de couple secrètement désuni, leur jeunesse d’étudiants faisant la fête dans un Paris aujourd’hui disparu et se croyant heureux malgré tout.

Avec ce roman, Morgan Sportès nous donne une sorte de Roméo et Juliette de l’ère moderne, revu par Sigmund Freud. Il construit ici un «  tombeau  » à une femme qu’il n’a pas su aimer, lui offrant, paradoxalement, une ultime preuve d’amour  : posthume.

Morgan Sportès est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, traduits dans de nombreux pays.

Parmi ceux-ci, L’appât (Le Seuil, 1990) a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Bertrand Tavernier en 1995 (récompensée par un Ours d’or à Berlin) et Tout, tout de suite (Fayard, 2011) a reçu le Prix Interallié.

Choix de Claude Layani

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi