Livre juif : Rester debout , Simone Veil ou la naissance d'une légende

Culture, Des Livres Et Nous - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Resté debout Simone Veil

"Rester debout" raconte l'histoire de la femme la plus populaire de France, Simone Veil, qui se remémore, au crépuscule de sa vie, sa jeunesse. Le récit commence par la félicité et l'insouciance et basculera vers le drame.

Fabrice Colin a imaginé une narration particulière: le lecteur est prévenu dès le début, il s'agit d'une oeuvre de fiction.

Le récit, intuitif, met en scène Simone Veil qui se penche sur son enfance. Le lien merveilleux qui unit Simone à sa mère, Yvonne, est parfaitement rendu. C'est un amour absolu, d'une puissance sans pareille.

Le portrait de ses soeurs et de son frère sont précieux et nous présentent d'autres aspects de la personnalité de Simone Veil, de son rapport au monde.

Le récit progresse en tension au fur et à mesure que les années passent et s'acheminent vers la guerre.

Fabrice Colin décrit l'inhumain mais aussi l'extraordinaire volonté de vivre de Simone Veil, volonté qui force l'admiration.

Le lecteur suit la progression de cette grande dame et grandit avec elle car le récit alterne entre narration externe et les pensées attribuées à notre héroïne.

Simone Veil s'est éteinte le 30 juin 2017 mais elle reste et sera toujours un modèle de force, de bravoure et de résilience.

Fabrice Colin nous fait entendre sa voix à nouveau en cette période sombre.

Les boîtes aux lettres à l'effigie de Simone Veil ont été peintes de croix gammées le 11 février dernier.

"Rester debout" est un ouvrage à proposer sans réserve aux jeunes à partir de 13 ans. Il est plus que jamais d'actualité.

Ne nous privons pas du plaisir de se replonger à nouveau dans l'oeuvre autobiographique de Simone Veil, "Une Vie", publiée en 2007.

Fabrice Colin

Fabrice Colin

 

 

 


Fabrice Colin
écrit pour les adultes et pour la jeunesse.
On lui doit plusieurs scénarios de bande dessinée et des collaborations avec le Nouveau Magazine littéraire et le Canard enchaîné. Maintes fois primé, notamment pour le "Projet oxatan", publié en 2001, qui compte trois prix "Incorruptibles", en 2002, "prix de la ville de Valenciennes" et "prix Gayant Lecture".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi