Livre juif: Le conte des sept mendiants de Nahman de Brastlav

A La vitrine du Libraire, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le conte des sept mendiants de Nahman de Brastlav

Le Conte des sept mendiants de Nahman de Bratslav (1775- 1810) fut lu et admiré par, entre autres, F. Kafka, M. Buber ou S. Y. Agnon. Comme le veut la tradition des contes populaires juifs d'Europe orientale, il a été, en 1810, dit en yiddish lors d'un repas du Shabbat par son auteur. Il a ensuite été transcrit en hébreu et en yiddish et a abondamment circulé au point de devenir un des textes classiques de la littérature juive.

le-conte-n-est-pas-fait-pour-endormir-les-enfants

le-conte-n-est-pas-fait-pour-endormir-les-enfants

L'originalité de cette édition est de présenter une nouvelle traduction du yiddish, à partir d'une des premières versions du Conte. Les peintures et dessins de Sandra Zemor, qui a su remarquablement transcrire l'univers spirituel de Nahman de Bratslav, lui font écho. Les correspondances entre les thèmes fondamentaux de la tradition juive, de la Kabbale lourianique entre autres et de leurs résonances contemporaines dévoilent ici plus que la légende.

Loin d'être uniquement une histoire juive des temps anciens, le récit et son accompagnement pictural doivent être abordés comme une méditation pour le peuple juif de notre temps et pour l'humanité.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi