Livre juif : Le chandelier enterré de Stefan Zweig

Culture, Des Livres Et Nous - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le Chandelier enterré de Stefan Zweig

Le chandelier enterré de Stefan Zweig    A partir de 15 ans. Editeur Grasset, 2004.

Parlons de la "ménorah", en cette veille de Hanoucca, avec la nouvelle fascinante de Stefan Zweig. Le "Chandelier enterré" raconte l'émouvante histoire de la Ménorah, et de ce fait, du peuple juif. 

Elle rend compte aussi, à travers les tribulations et aventures liées à cette histoire extraordinaire, de la vie de Benjamin, héros et gardien de la mémoire

Nous y sommes donc: la résistance et la résilience du peuple juif se manifestent dans cette oeuvre. Toujours dispersé et persécuté mais toujours solidaire!

Nous nous situons en 455, à Rome. La communauté juive assiste, dans la douleur et l'impuissance, au vol de la Ménorah sacrée.

Benjamin, un jeune garçon, est témoin de ce drame. Il cherchera à retrouver absolument le candélabre.

Le peuple juif ne restera pas sans agir mais ne choisira pas la violence.

Stefan Zweig nous explique sa démarche dès le début: la Ménorah est une balise mais ne remplace pas le Tout puissant qui est invisible et immatériel.
Cette nouvelle deviendra pièce de théâtre (avec une mise en scène de Seve Kalfa ) tant elle est vivante et porteuse de sens.

Le "Chandelier enterré" dépeint le désespoir du peuple juif en exil, l'oeuvre évoque la question de l'éternelle répétition de l'histoire et affirme la survie du peuple juif.

Ce texte, écrit en 1937, aborde et questionne les thèmes de l'errance et de la transmission qui sont, plus que jamais, d'actualité.

Né à Vienne en 1881, Stefan Zweig est écrivain, dramaturge et journaliste. Face à la montée du nazisme, il prône l'unification de l'Europe. Il meurt en 1942.

Né à Vienne en 1881, Stefan Zweig est écrivain, dramaturge et journaliste. Face à la montée du nazisme, il prône l'unification de l'Europe. Il meurt en 1942.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi