Livre juif : Idiss de Robert Badinter

A La vitrine du Libraire, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'auteur retrace avec amour la destinée de cette femme née dans une région située entre la Russie et la Roumanie et qui comme beaucoup de juifs connaîtra le déracinement, la violence et l'antisémitisme. Une femme dont la seule richesse est l'amour sans limites qu'elle porte à ses enfants et petits-enfants. Robert Badinter emploie des mots simples, il sait s'effacer derrière les portraits d'Idiss et de son père, les personnes qui ont fait de lui l'homme remarquable qu'il est devenu.

« Son principe d'éducation était simple : puisque nous étions ses fils, nous ne pouvions être que les premiers de la classe ! Tout manquement à cette règle était donc de notre faute. »

Robert Badinter retrace le destin de sa grand-mère, Idiss, qui fuit l’empire tsariste  pour se réfugier à Paris en 1912. Elle y vit les plus belles années de sa vie avant d’être rattrapée par les affres de la guerre et le nazisme.

J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss.
Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des
immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914.
Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle jai
souvent rêvé.
Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage
d'amour de son petit-fils

L'auteur retrace avec amour la destinée de cette femme née dans une région située entre la Russie et la Roumanie et qui comme beaucoup de juifs connaîtra le déracinement, la violence et l'antisémitisme. Une femme dont la seule richesse est l'amour sans limites qu'elle porte à ses enfants et petits-enfants. Robert Badinter emploie des mots simples, il sait s'effacer derrière les portraits d'Idiss et de son père, les personnes qui ont fait de lui l'homme remarquable qu'il est devenu.

« Son principe d'éducation était simple : puisque nous étions ses fils, nous ne pouvions être que les premiers de la classe ! Tout manquement à cette règle était donc de notre faute.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi