Livre juif : Confessions d'un Juif de Leonid Grossman

A La vitrine du Libraire, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ce classique de la littérature russe (1924), " assassiné " par les soins conjugués des staliniens et des nazis, a manqué, de disparaître à la trappe, et n'a été sauvé de l'oubli qu'en 1986, miraculeusement repêché par une revue d'émigrés russes aux Etats-Unis. Le texte en question, il est vrai, était aussi mal classable que possible, et sans doute quelque peu dérangeant. Roman, témoignage, essai ? Un peu tout cela à la fois. Grossman raconte dans ces pages l'histoire incroyable - mais rigoureusement authentique - d'Arkadi Kovner (1842-1909), philosophe autodidacte élevé dans le ghetto de Vilna... et qui à la lecture de Crime et Châtiment se croit autorisé à commettre un vol pour sauver de la misère une jeune fille malade... Verdict de la justice tsariste : quatre ans de bagne en Sibérie. D'où Kovner entretiendra avec Dostoïevski (le " conservateur colossal " - à la fois philosémite et anti-juif !) une correspondance passionnée. Un petit livre capital, consacré à un problème qui semble relever de l'actualité la plus têtue : l'anti-sémitisme des intellectuels. On a tenu à ajouter à ce récit plein de vie et de sincérité un bref essai du même auteur : Dostoïevski et le Judaisme.

Choix de Claude Layani

Ce classique de la littérature russe (1924), " assassiné " par les soins conjugués des staliniens et des nazis, a manqué, de disparaître à la trappe, et n'a été sauvé de l'oubli qu'en 1986, miraculeusement repêché par une revue d'émigrés russes aux Etats-Unis.

Le texte en question, il est vrai, était aussi mal classable que possible, et sans doute quelque peu dérangeant. Roman, témoignage, essai ? Un peu tout cela à la fois. Grossman raconte dans ces pages l'histoire incroyable - mais rigoureusement authentique - d'Arkadi Kovner (1842-1909), philosophe autodidacte élevé dans le ghetto de Vilna...  et qui à la lecture de Crime et Châtiment se croit autorisé à commettre un vol pour sauver de la misère une jeune fille malade... Verdict de la justice tsariste : quatre ans de bagne en Sibérie.

D'où Kovner entretiendra avec Dostoïevski (le " conservateur colossal " - à la fois philosémite et anti-juif !) une correspondance passionnée. Un petit livre capital, consacré à un problème qui semble relever de l'actualité la plus têtue : l'antisémitisme des intellectuels. On a tenu à ajouter à ce récit plein de vie et de sincérité un bref essai du même auteur : Dostoïevski et le Judaisme.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi