Fritz Busch Une vie de Musicien

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Fritz Busch, « Une vie de Musicien », Notes de Nuit, Paris, 2017, 224 p., 20 E., Fabian Gastellier, « Fritz Busch, L’exil : 1933-1951 », Idem, 300 p., 20 E.

L’honneur perdu de Wagner

Fritz Busch, « Une vie de Musicien », Notes de Nuit, Paris, 2017, 224 p., 20 E., Fabian Gastellier, « Fritz Busch, L’exil : 1933-1951 », Idem, 300 p., 20 E.

Mélomane plus que pointue, éditrice engagée et écrivain trop discrète Fabian Gastellier « double » le livre de Fritz Busch d’une biographie aussi précise qu’incisive.

Elle suit les années d’exil d’un des plus grands chefs d’orchestre allemand  (et diariste non négligeable) de la première moitié du XXème siècle.

Pour écrire la vie de l’exilé Fabian Gastellier fait siens les mots de Celan : «un œil siffla comme une comète vers/ de l’étroit/ il trouva à dire l’arrachement de l’aveugle». Les mots de la biographe font plonger dans ceux  de Busch dont l’œuvre reste inachevée et la vie tronquée.

Elle donne voix à  travers les mots du Wagnérien à ce  que Celan nomme « die Unfergesenen : à savoir « les inoubliés » qui sont autant le musicien lui-même que les compositeurs qu’il a servi mais tout ceux aussi qui furent les victimes de la barbarie nazie.

Dans ces deux ouvrages, l’histoire personnelle de l’être, celle de la musique comme celle des juifs allemands  entrent en nous et nous projettent dans un vertige. La musique devient parfois écluse des deuils, destructions des idoles de la peste brune, la recherche d’un mot clé que l’auteur cherche et qui le cherchait.

Sauvé du massacre Fritz Busch n’en sort pas pour autant pas indemne. Et se retrouve dans son travail d’artiste comme dans sa vie au cœur de la pensée juive du passage, du Schibboleth que Fabian Gastellier remet à jour.

Elle sait que la musique enregistrée et jouée par le chef n’était que l’autre face du silence assourdissant qui le suivait. Sans le dire si ce n’est en filigrane Fritz Busch a rattaché son travail musical à la mort des juifs de la Shoah. Il a su aussi -  ce qui apparemment pouvait tenir à une gageure voire un scandale - sauver l’idéal Wagnérien au nez et à la barbe de ceux qui s’en servirent comme pare-fumée dans leurs jeux de massacre.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi