Ecrivain juif: Pourquoi écrire de Philippe Roth

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi écrire de Philippe Roth

Quand Philip Roth se veut plus américain irrécusable que juif américain

Philip Roth, "Pourquoi écrire ?" Trad. de l'anglais (États-Unis) par Lazare Bitoum, Michel et Philippe Jaworski et Josée Kamoun, Collection Folion (n° 6646, Gallimard, Folio, 2019.

La somme des textes "annexes" réunis ici est passionnante. Sur des modes mineurs Philip Roth offre des analyses des plus subtiles de son oeuvre annonciatrice des enjeux de genre de notre temps. comme toujours chez lui, les textes sont chargés d’indignation (feinte ?) et d’ironie.

L'auteur apparaît dans une parfaite liberté et avec son intelligence extraordinaire et humble. Roth écoute. Les autres pas.

Et c'est ce qui fait le sel de son oeuvre. Il monte une "salsa" qui ne l'enferme jamais même dans la vérité. La raillerie est là. Celui qui a été défini "juif américain ou américain juif de Newark" dénonce cette dénomination. Il se considère comme américain "irrécusable, attentif aux charmes passés de son pays". Entre autres.

Roth joue une nouvelle fois avec ses doubles et s'amuse lorsqu'il écrit à Wikipedia qui lui reproche de vouloir corriger la page qui lui est consacrée... Mais l'auteur reste d'une superbe distance par sa manière de rentrer dans les coulisses de son oeuvre qui en profite pour ajouter des leurres aux leurres.

L'imaginaire est là jusque dans le portrait magnifique de son père (texte "Patrimoine") comme son goût pour la vie et la réalité des autres. Même dans le lyrisme l'auteur n'est pas vrai : il est sincère ce qui est beaucoup mieux face à tous les malentendus qui n'ont cessé de le suivre.

L'écrivain dialogue avec ses pairs (Saul Bellow, Primo Levi, Kundera et bien d'autres) et cela permet de comprendre sa littérature lorsqu'il la projette dans celle des autres.

Les entretiens sont d'abord à entretenir dans ce corpus. Bien plus que la partie "Explications" qui souvent est un un fond de casserole fait de discours. Se retrouvent des textes de circonstances (dont celui de l'enterrement de Portnoy qui sauve à lui seul cette partie).

jpgp

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi