Mel Brooks invite les Berlinois à rire aux dépens de Hitler

Coup de théâtre - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

lesproducteurs.jpgArticle paru dans "Le Figaro"

«Les Producteurs» sera joué à l'Admiralpalast, un théâtre où le vrai Führer aimait voir des opérettes.

Hitler fait un retour inattendu à Berlin. Vendredi, il sera sur la scène de l'Admiralpalast pour la première allemande de la comédie musicale burlesque de Mel Brooks, Les Producteurs. Les affiches du spectacle montrant un Hitler tourné en dérision, engoncé dans son uniforme beige et aux jambes cagneuses, tapissent les rues de l'ancienne capitale du IIIe Reich. Les symboles nazis étant interdits dans les lieux publics outre-Rhin, un Bretzel remplace la croix gammée. Mais le débat agite déjà la presse allemande : «Berlin peut-elle rire de Hitler ?»

La pièce met en scène deux producteurs juifs qui décident de monter la pire des comédies musicales - Un printemps pour Hitler - pour réaliser une arnaque comptable. Mais, contre toute attente, leur pièce satirique remporte un immense succès. Les Producteurs sera joué à l'Admiralpalast, un théâtre construit dans les années 1920, où le vrai Führer aimait voir des opérettes depuis la loge spécialement aménagée pour lui. Rita Baus, directrice artistique de la comédie musicale, est certaine que les Berlinois sont assez mûrs pour tourner Hitler en dérision. «Cela vous permet également de ressentir quelque chose non pas intellectuellement, mais de façon plus émotionnelle, avec vos tripes. Hitler est rendu tellement ridicule, tellement nu, que vous êtes surpris par votre propre rire», affirme-t-elle.

Des danseuses vêtues d'uniformes SS exécutent un cancan en formation de croix gammée en entonnant : «Attention l'Europe, nous partons en tournée.» Des choristes coiffées de choucroutes et de bretzels surdimensionnés affirment : «Nous sommes la race supérieure.» Un Hitler efféminé chante «Heil moi-même» en dandinant des hanches : «Je me suis remonté le pantalon pour conquérir la France, maintenant l'Allemagne a retrouvé le sourire.»«Tous les bons nazis, levez vos bières et venez dire hourra.» Considérée comme un sommet de l'humour juif, la comédie a connu un grand succès aux États-Unis, où elle est restée pendant six ans à l'affiche à Broadway, remportant plusieurs prix. «Je suis certainement le premier Juif qui gagne beaucoup d'oseille grâce à Hitler. Dommage qu'il ne soit plus vivant pour voir le spectacle», regrette Mel Brooks.

Des policiers devant le théâtre

Montée à Tel-Aviv il y a trois ans, la comédie musicale y avait fait salle comble. Le public israélien, parmi lequel se trouvaient des survivants de la Shoah, s'était moqué du Führer de bon cœur, s'esclaffant à chaque «Heil Hitler», hurlé par un fanatique nazi grotesque. À Berlin, des policiers ont été déployés devant le théâtre pour empêcher des attaques de déséquilibrés. Si les producteurs du spectacle ne doutent pas du succès auprès du public berlinois, les médias se demandent si un tel rire n'est pas «immoral».

«C'est un pari risqué de mettre en scène une satire de Hitler dans l'ancienne capitale du IIIe Reich, même si elle a connu un succès mondial et même si des Juifs à Tel-Aviv en ont ri», juge la Berliner Zeitung. Pour Dieter Graumann, vice-président du Conseil central des Juifs en Allemagne, qui n'est pas client de telles parodies, tourner les nazis en dérision peut jouer un rôle utile si cela permet à un nouveau public d'évoquer franchement le passé. «C'est une question de goût, dit-il. Tant que l'on n'embellit ou qu'on ne glorifie pas l'ère nazie, c'est acceptable.»

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi