Livre juif : L'étrange demoiselle de Joyce Mansour

Artistes, Coup de coeur - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Joyce Mansour "l'étrange demoiselle"

Joyce Mansour "l'étrange demoiselle"

Joyce Mansour, Spirales vagabondes et autres parallèles inédites en labyrinthe. Textes réunis et présentés par Laure Missir. Nouvelles Éditions Place, 2019, 339 p., 27 E.

Spirales vagabondes

Spirales vagabondes

 

Joyce Mansour demeure la poète de débordement, de la fragmentation pour éprouver ce qui passe et se passe dans le corps et dans le souffle. De la tradition juive d'où elle vient ne reste sans doute que le corps de la lettre, son ossature de l'alphabet consonnantique afin que le verbe accouche du corps.

Pour Mansour il s'agit de tout casser sous "un talon d'acier", "éventrer les acteurs, déraciner les morts, avaler, cracher, mastiquer, éjaculer". Chez eelle la mort tambourine mais dans un désert chauffé à blanc le martèlement des verbes ponctue hors conjugaison.

La poétesse renverse son angoisse de la mort par la force de l'éros, de l'ironie et de l'autodérision. L'érotisme est chez elle retour à la violence, la transgression et un processus lié à l'action.

Il est donc déroutant d'autant que la langue pour le dire décloisonne les repères : "même morte je reviendrai forniquer dans le monde" dit avec humour celle qui crée une autobiographie "entre lit et rêve" mais loin de "l'enlisement du sommeil", et ce d'un mot à l'autre, dans "une route parallèle à celle qui n'existe pasJean-Paul Gavard-Perret

Joyce Mansour, Spirales vagabondes et autres parallèles inédites en labyrinthe. Textes réunis et présentés par Laure Missir. Nouvelles Éditions Place, 2019, 339 p., 27 €

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi