Auteur juif : Qui de neuf sinon Kafka?

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Auteur juif : Qui de neuf sinon Kafka?

Qui de neuf sinon Kafka?

Kafka l'hérétique sortant de sa tradition et la recherchant dans le risque de la littérature s'en sert pour apparemment déformer et défigurer les textes anciens du judaïsme.
Il hante à sa façon la synagogue, effraie les femmes (et les hommes) de son excentricité créatrice.

L'auteur se représente souvent en animaux hybrides inclassables dont non seulement le célèbre insecte de la Métamorphose mais aussi le chat agneau d'une comptine araméenne et sa rédemption finale allégorie entre la judéité, sa terre et Dieu.

Chez Kafka cette chimère, cet héritage restent l'image d'un spectre juif et d'un sceptre qui ne lui aurait pas été transmis sinon sous forme de la boîte en argent donné par son père et auquel "Le Château" fait écho.

A ce traumatisme mémoriel, après la Shoah, il y en aura bien d'autre. La mémoire persécutrice chez Kafka est anticipatrice, chez Pérec ou Modiano elle sera post catastrophe.

Mais Kafka comme Modiano font rendre des comptes à divers cheminements de la mémoire et de l'horreur et ce dans leur judaïsme "apocryphe".
Mais Kafka aura créé un territoire particulier : celui où l'on doit vivre mais où l'existence devient impossible.

L'imaginaire audacieux de l'auteur aura créé une transmission de la tradition juive de manière critique non pour lui offrir une contradiction et une contre-tradition mais un prolongement particulier au moment où il sentit que tout "jouait" pour l'effacer.

Existe chez lui une vision existentielle de la tradition sans le moindre passéisme par maieutique particulière et des procédures de fictions dont certains degrés firent peut-être peur à l'auteur lui même : c'est pourquoi il voulut "effacer" certaines de ses allégories mais que Max Brod sauva pour que demeure "l'a dogmatisme" de son ami.

Se crée à l'intérieur d'une tradition et d'une pensée un gain particulier et un refus de ce qui était s'y opposait. Le tout de manière parfois drôle et parfois tragique. Mais le "biais" de l'auteur devient une relation à la tradition selon une dimension où la discipline est remplacée par une méthode initiatique d'un nouveau genre. Existe là une découverte de soi-même via ces fenêtres et îles que l'auteur ouvrent ou dénoncent pour démystifier ce qui écrase.

Kafka, "Oeuvres complètes", tome 1 et 2, La Pléiade, Gallimard, 2019.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi