Yasmin LEVY : « Mano Suave »

Artistes - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

                                          Yasmin LEVY : « Mano Suave »

Article précedent


CD World Village / harmonia mundi – Sortie 9 novembre 2007

 - INVITES -
Natacha Atlas pour “Mano Suave”
Amir Shahsar pour  “Odecha”



Yasmin LEVY (Biographie)

Yasmin Levy est née à Jérusalem le 23 décembre 1975 dans le Baka, un vieux quartier de la ville qui symbolise tout un pan d’histoire.
Son premier album, intitulé « Romance and Yasmin » et chanté en ladino, date de 2004. Il est très influencé par le travail de son père, Yitzhak Levy, qui consacra sa vie à la préservation de la culture judéo espagnole, et plus particulièrement à tous ces chants transmis de génération en génération depuis plus de cinq cents ans… Né en Turquie, Yitzhak Levy était parti vivre très tôt en Palestine avec sa famille. Puis, devenu chanteur et compositeur, il avait décidé de vivre dans le tout jeune état d’Israël. Là, au sein de la radio nationale israélienne, il avait pris la tête d’un service consacré au ladino, cette langue proche du castillan et parlée par les Juifs espagnols expulsés d’Espagne qui se réfugièrent en Afrique du Nord. Aujourd’hui, bien qu’un petit nombre de gens le parlent, il existe un nouvel intérêt pour cette langue en voie d’extinction.
Si Yasmin a malheureusement perdu son père alors qu’elle était encore enfant, elle a toujours grandi avec son héritage de sa passion pour les « romances », ces ballades qui sont à la base des poèmes narratifs et dramatiques. Sa mère, chanteuse elle aussi, lui a également beaucoup appris. Et si Yasmin commence son apprentissage musical par le piano, c’est vers vingt ans qu’elle commence à chanter de façon assidue et dans un but professionnel. La première fois qu’elle chante en public, c’est justement lors d’un concert donné par sa mère… Plusieurs autres spectacles en Israël suivront, mais c’est véritablement en 2002 qu’elle se fait remarquer au Womex et qu’elle commence une carrière internationale.
Avec son second album « La Juderia », Yasmin Levy combine les deux cultures ladino et flamenco, tout en les mêlant à des influences du Moyen-Orient. Elle y voit un moyen de « ramener le ladino en Andalousie et de le mêler au flamenco, ce style qui porte en lui le souvenir musical du vieux monde maure et judéo-espagnol, avec les sonorités du monde arabe ». D’une certaine façon, il s’agit d’une « réconcilation musicale » historique.
« Mano Suave », son troisième album qui paraît sur World Village, le label maison d’Harmonia Mundi, continue sur la route du ladino, avec encore plus de maturité et d’expérience personnelle. Co-produit par Lucy Duran et Jerry Boys, l’enregistrement a été réalisé en février 2007 dans les studios Livingston de Londres. Entourée de musiciens hors pair qui sont originaires d’Iran, d’Arménie, de Grèce, du Paraguay, de Turquie,  d’Espagne et bien sûr d’Israël, Yasmin Levy a également souhaité accueillir la chanteuse Natacha Atlas sur un titre phare de son album, l’éclatant « Mano Suave».
 
Le Barbican à Londres, La Villette à Paris, le Womad… Depuis trois ans, Yasmin Levy remplit de nombreuses salles et festivals partout en Europe, et elle a été nominée plusieurs fois aux BBC World Music Awards. « The Guardian » affirme qu’ « elle sera certainement la prochaine star de la world music ».
 

La famille et les racines géographiques et culturelles sont essentielles pour Yasmin qui vit toujours aujourd’hui dans l’appartement de Jérusalem où ses parents ont emménagé alors qu’ils étaient jeunes mariés. Elle jongle entre ses obligations familiales et professionnelles et son mari, Isahy, travaille et voyage avec elle, jouant du derbouka dans son groupe tout en s’occupant d’organiser la logistique des tournées. Dès qu’elle a du temps libre, elle retourne à Jérusalem près des siens.
 
En mars 2006, Yasmin Levy a reçu un prix de la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh pour sa participation active au dialogue interculturel,  pour son travail avec des musiciens provenant de trois cultures différentes, sans oublier son lien très fort avec l’histoire de l’Espagne. Cette récompense reflète ses espoirs dans le futur, tels qu’ils sont traduits sur le plan artistique dans « Mano Suave », tant par sa musique que par ses textes.  Sur un plan plus général, Yasmin Levy souhaite « que les hommes aient plus de compassion les uns envers les autres et apprennent à vivre en harmonie ».
Yasmin Levy a suivi les traces de son père. Par son chant, sa voix, et sa conscience spirituelle, elle a développé une capacité extraordinaire à exprimer et à transmettre les émotions et l’histoire de sa culture. Elle est devenue à son tour une ambassadrice du ladino.
 
 « Son chant est scotchant, perché assez haut, d’une grande puissance, infatigable, il est remarquablement expressif, dans ses accents mélancoliques, comme dans ses déchirures… Compositions personnelles, reprises, airs traditionnels, Yasmin Levy s’approprie tous ces vocabulaires avec détermination et sensibilité »  Ouest-France
 
« Cette belle chanteuse israélienne s’est déjà taillé une réputation enviable, grâce à une voix de soprano vibrante, alliant puissance et nuance, au service d’un répertoire méconnu : le ladino… Un disque d’une sauvage beauté » Chorus
 
- Dates de concert

14 novembre Espace Malraux - Joue-les-Tours
15 novembre Espace Aragon - Rouen
17 novembre  Théâtre Municipal - Roanne
19 novembre Théâtre de l’Atelier - Paris
24 novembre  Maison de la Culture - Amiens
27 novembre  Théâtre du Palais Beaumont - Pau
29 novembre  Casino - Lavelanet

RAPPEL DISCOGRAPHIE
Connecting Cultures / harmonia mundi
La Juderia (2005)
Romance & Yasmin  (2004)

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi