Artiste juive :Les enquêtes filées de Dominique Menachem Lardet

Artistes - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les enquêtes filées de Dominique Menachem Lardet

Les enquêtes filées de Dominique Menachem Lardet

 Galerie Elizabeth Couturier, 25, rue Burdeau, Lyon, 1er 2017.

Les enquêtes filées de Dominique Menachem Lardet

Les enquêtes filées de Dominique Menachem Lardet


Dominique Menachem Lardet vise à la fois à rassembler et défaire le monde. La chaîne visuelle est obtenue par une atomisation dues lieux habités d’ombres passagères ou de « ruines ».

D’une photographie à l’autre se construit un rythmique capable d’atteindre des zones de non retour là où des ombres - comme L’innommable de Beckett - pourrait affirmer : "Il faut continuer, je dois continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer".

Les images renforce l'épuisement potentiel même si  le schéma vital de la marche demeure comme acte de résistance perceptible et peut-être  inexplicable.

La vie et la photographie deviennent ininterrompues, concomitantes. Non pour une promenade mais une errance. Une attente, une espérance aussi. Dans des corpus morcelés et  lacunaires  la trace d’un corps oppose sa densité diaphane au glissement du temps.

Une femme avance encore aux rayons d'un mince soleil d'hiver au fond  de divers indices d’un décor improbable. Dans le froid l’ombre est le pain du mort au coeur de la braise. Il n’y personne d’autres que la femme.

Mémoire, trop de mémoire en elle. Devant son regard les paysages fondent. Des sons, des bruits mais pas au point d'en faire une voix. Il faut se contenter du peu qu'on voit.

Ne reste que le battement sourd du vent comme celui d’une porte dérobée. Voici le bout du monde dans l'obscure clarté où soudain quelque chose a glissé.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi