Artistes juifs : Limor Tamir et Yaniv Amar pour l'énergie du monde

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Limor Tamir et Yaniv Amar :  pour l'énergie du monde

Limor Tamir et Yaniv Amar :  pour l'énergie du monde

Limor Tamir né en 1977 et Yamiv Amar né en 1987 travaillent en couple depuis 2013 dans leur atelier de Ramat-Gan. Ils créent leurs installations en fonction des lieux qu'ils investisssent pour les transforment.

Limor Tamir et Yaniv Amar :  pour l'énergie du monde

Limor Tamir et Yaniv Amar : pour l'énergie du monde

Le spectateur est soumis à une énergie qui peut soudre même de maisons abandonnées. Les deux artistes les investissent d'une beauté nourrie de tout un background culturel. Il les nourrissent d'une poésie étrange où s'instruisent divers dialogiues non seulement avec l'espace mais avec en connexions avec les questions de genre, politique, économie et religion.

Les messages générés par de telles oeuvres sont le plus souvent sophistiqués et complexes comme par exemple dans leur "Hanna-Land" où se côtoient des Barbies démembrées, des habits d'enfants, des fontaines, des équipoements médicaus, des chandeliers kitsch, etc.

Limor & Yaniv travaillent toujours de concert après discussions et argumentations avant de lâcher de manière débridée leur imaginaitre dans l'espace à déconstruire puis reconstruire d'éléments dont certains sont préparés danbs leur atelier. Chaqsue projet invente une histoire inattendue créé par de tels contradicteurs opérationnells qui secouent les idées reçues et enseignent divers mouvements de fond.

Ingluencés autant par Malevich, Anish Kapoor, Lars Von Trier que Valie Export, David Lachapelle, par Damien Hirst, Louise Bourgeois que Salvador Dal et tout ceux qui instaurent leur souffle créateur dans le réalité, les deux artistes trouvent dans leur colloboration une inventivité critique.

Jerusalem reste pour eux un lieu emblématique à la fois dur et vivant fait d'une diversité plus visible qu'ailleurs entre Juifs, Musulmans, Chrétiens, non religieux, orthodoxes ou libertaires.

Leur art est fondé sur un message pacifié au sein de ce multing-pot culturel. La vie peut sortir d'un cercle vicieux afin que chacun trouve sa place. En ce sens les deux artistes cultivent divers projets de constructions dont un avec le Ministère Isaréalien du travail intitulé " Wake the City: We’re High-Tech and Skyscrapers Are Evolving and Spreading. Et à ce titre ils ot déjà commencé un petit jardin mais "dont le ciel est la limite".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi