Artiste juive: Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York

Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York, du 1er novembre 2019 au 22 mars 2020.

Artiste juive Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York

Artiste juive Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York

Rachel Feinstein est née en 1971 en Arizona. Elle vit et travaille à New York. Elle développe principalement un travail de sculpture souvent monumentale avec de nombreux rappels à la peinture et au dessin. Elle utilise en permanence une iconographie des arts et de la culture européenne du XVI au XVIIIème siècles européens avec un goût marqué pour les styles baroque et rococo. L'artiste  est devenue une figure majeure de la scène plastique new-yorkaise actuelle.

 

Artiste juive Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York

Artiste juive Rachel Feinstein, "Maiden, Mother, Crone", Jewish Museum, New York

Habile à surjouer les effets de ses héritages ou à les caricatures habilement de manière quasi abstraite, elle invente une emphase parodique des plus drôles.

Non seulement ce travail est efficace, inattendu mais révèle une beauté dans ses remises en formes intempestives de genres ou de thèmes classiques de l'art : scènes et représentations royales, anges , etc. . Tout cet arsenal scénarise somptuosité et laideur dans des clins d'oeil plus particulièrement à la peinture espagnole mais aussi à Dürer.

Ses sculptures en plâtre ou placages de bois renvoient toujours à la notion de stucs et artifices. Le charme suranné transformé en esthétique kitsch donne l'impression que l'oeuvre est au service d'un immense décor. Pourtant le factice est au service de la vérité d'une vision critique qui emprunte des éléments aux parcs Disney comme aux visions à la "Marie-Antoinette" de Coppola ou au "Tess" de Polanski.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi