Artiste juive : Lillian Bassman et ses miroirs

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Artiste juive : Lillian Bassman et ses miroirs

Lillian Bassman et ses miroirs

Filles de deux intellectuels juifs d'Ukraine et de Russie qui ont immigré aux États-unis en 1905, Lillian Bassman a grandi à.Brooklyn et au Greenwich Village à Manhattan.

Elle étudia à la Textile High School de New York avec Alexey Brodovitch et des années 40 aux années 60 elle est photographe de mode pour "Juniors Bazaar" puis pour "Harper's Bazaar".

Toujours sous la férule de Alexey Brodovitch elle photographie en noir et blanc ses modèles. Mais dans les années 70 elle se dirige vers des formes pures dans sa pratique et se tourne alors vers une pratique plus personnelle de la photographie .

Elle mit de côté 40 ans de négatifs et de tirages : bref le travail d'une vie. Ce corpus oublié est réhabilité à la fin du siècle dernier au moment où elle s'intéresse à la technologie numérique et la photographie abstraite en couleurs et même à Photoshop

Dans toute son approche photographique l'utilisation de forts contrastes entre la lumière et l'obscurité, le placement géométrique des modèles ou des formes et ses angles de prise de vue font d'elle une photographe à part dans la photographie américaine.

Les peaux des femmes semblent parfois attendre des caresses et à leur cou se pendent des firmaments. S'y greffe toujours la question de l'élan dans des grains de mémoire qui prend parfois l'aspect d'une esthétique sophistiquée un rien vintage.

Ce qui est cousu chez certains photographe ou à l'inverse laissé trop ouvert, l'artiste en retire la rondeur que pourtant l'image s'apprivoise dans une sorte de marche forcée au fil du temps.

JPGP

Lillian Bassman : Redefining Fashion, Atlas Gallery, Londres, 2020.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi