Artiste juive : L'humanisme de Lawrence Wiener

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Artiste juive : L'humanisme de Lawrence Wiener

L'humanisme de Lawrence Wiener

Lawrence Weiner, "ALL THE STARS IN THE SKY HAVE THE SAME FACE", Jewish Museum, New York, décembre 2020 - janvier 2021.

Né dans le Bronx, Lawrence Wiener a donc grandi dans New York qui a influencé par son spectacle quotidien son approche de plasticien : "L’art était autre chose; les notes sur un mur, ou les messages laissés par d’autres personnes. J’ai grandi dans une ville où j’avais lu les murs. Je lis encore les murs. J’aime mettre mon travail sur les murs et laisser les autres le lire. » écrit Lawrence Weiner.

Il est largement considéré comme un pionnier et une figure de proue du mouvement artistique conceptuel, élargissant les paramètres de ce qui constitue l’art. Il utilise un langage sur support flexible pour permettre au spectateur de penser de manière nouvelle, stimulante et souvent inattendue.

Son travail se veut fondamentalement social. Il estime qu'il est complet que lorsqu’elle est vue par les autres; lorsque les téléspectateurs peuvent l’interpréter, s’y engager et la mettre en action. Tout au long de ses 60 ans de carrière, l'artiste s’est penché à travers lui sur des histoires chargées et des questions urgentes

Weiner conserve une longue histoire avec le Musée juif, son oeuvre fut déjà le sujet de cinq expositions (à partir de 1970). Pour celle-ci l'artiste a dessiné sur les façades du musée une phrase en yiddish qu'il a souvent entendu dans son enfance : "Ale Yevanim habn eyn punim," ( a savoir que les Grecques - I.E. les non juifs) se ressemblent tous.

Ces paroles sont l'expression de l’auto-isolement et de l’anxiété des Juifs, en réponse à la longue histoire d’antisémitisme dupliquant l’insularité et la suspicion des « autres » auxquels ils étaient soumis.

L'artiste  a reconçu ce texte pour le transformer en " TOUTES LES ÉTOILES DU CIEL ONT LE MÊME VISAGE". Il l’a traduit simultanément en anglais, en hébreu et en arabe sur un champ de bleu vif.

Le texte de la bannière apparaît dans la police sans empattement caractéristique en lignes horizontales et gestuelles imprimées sur une maille de vinyle et mesure environ 30 mètres sur 10.

Pour Weiner la réinvention des effets de l’antisémitisme est indissociable de la résurgence de la xénophobie et du racisme qui apparaît à New York comme dans le monde entier et exhorte à réexaminer qui nous sommes et où nous voulons être aujourd’hui.

L’œuvre de Weiner témoigne en conséquence d’un sentiment réparateur et unificateur; elle pousse à penser collectivement, à imaginer tout ce que l'humanité peut accomplir si elle travaille ensemble.

Par ailleurs, et toujours à New York, Wiener a fait l’objet d’une rétrospective au Whitney Museum of American Art en 2007. Au cours de cette exposition, il avait présenté "FAR AS THE EYE CAN SEE" (2007) sur la façade de l’édifice historique Marcel Breuer de Whitney, sur l’avenue Madison.

Tous ces travaux sont réalisés dans l’intérêt de l’humanité et le renforcement des relations entre les peuples, Weiner considère l’actuel projet du Musée juif comme une avancée de son engagement envers ces idéaux et une façon dont il peut continuer à défendre cet honneur.

JPGP

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi