Artiste juif: Steven Cohen, met ton coeur sous tes pieds...et marche

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mets ton coeur sous tes pieds et avance steeve Cohen artiste juif

Steven Cohen, "Put your heart under your feet... and walk !", MC 93, septembre 2019.

Pour avancer et à travers cette pièce Steven Cohen met littéralement son coeur sous ses pieds dans ce qui tient d'un spectacle total, éprouvant et extraordinaire.

L'artiste a pris du temps pour élaborer cet incroyable rituel. Il a demandé à sa "nounou" et mère adoptive âgée de 96 ans comment continuer à vivre après la disparition de Elu (le bien nommé). Elle lui répondit : "mets ton cœur sous tes pieds... et marche!" et il a suivi stricto sensu son conseil.

C'est une déclaration d'amour absolue à l'homme qu'il a perdu et qui fut sa vie : "Je t’aimerai toujours Elu, tu es enterré en moi, je suis ta tombe." dis celui pour qui les mots de sa pièce deviennent des actes. Et le spectateur est soumis à la cérémonie funéraire parfois insupportable en mémoire de son compagnon danseur et actionniste sud-africain décédé après vingt ans de vie commune.

Existe sans doute une volonté cathartique mais cela devient un "spectacle" d'amour et de vie. Le couple dansa 20 ans entre autres dans une Afrique du Sud raciste, homophobe et avait trouvé dans l'art un moyen de lutte contre les exclusions.

Il ose ici un spectacle total. Steven Cohen avance sur une scène encombrée d'objets qui furent ceux du couple. Il est monté sur des talons-cercueils tel un elfe blanc. Il se livre à une performance totale et multi-média avec des épisodes parfois insoutenables (dans la vidéo par exemple où il se baigne dans le sang de boeufs "fraîchement" tués dans un abattoirs) et jusqu'au rite final qui oblige l'artiste à un nombre compté de représentations.

Tout devient aussi sauvage que poétique et ne peut laisser indifférents. Soit le spectateur se voit presque malgré lui délogé de son siège, soit il assiste à un spectacle qui ne peut que laisser des empreintes voire des blessures "incarnées".

Jean-Paul Gavard-Perret

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi