Artiste juif : Sharon Ya’Ari turbulences du réel

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ya'ari  artiste du réel

Sharon Ya’Ari : turbulences du réel

Le réel selon Sharon Ya’Ari est proche d’un certain chaos. L’artiste israélien ne l’élargit pas. Mais ne le réduit pas non plus. Les paysages deviennent des formes hallucinées et grouillantes tout en demeurant parfaitement réalistes. Une telle œuvre en appelle à l’émotion : nul besoins de code ou de codex pour monter dans son imbroglio puisqu’en quelque sorte, venu d’Israêl, il s’agit du nôtre. D’où une paradoxale sorte de transparence  ou de « transpassabilité » en des martingales sauvages mais urbaines -  dans Jérusalem par exemple.

Ya'ari  artiste du réel

Ya'ari artiste du réel

Les arbres jaillissent parfois  comme nées d’accidents. Les formes s’embrouillent ou s'envolent sans la moindre condescendance à un goût réglé. Le joie se mêle à la tristesse. Mais un  culte est  rendu à la beauté au sein d’impressions vécues dans un monde des marges des cités.

Ya'ari  artiste du réel

Ya'ari artiste du réel

Parfois les formes passent les unes par-dessus les autres, s’entrecoupent, s'entrecroisent, se frottent à la lumière ou fuient dans la profondeur  de champ pour tourner le dos  ou faire face au photographe.

Chaque oeuvre propose un brouillage des réalités ou des références mais afin de donner une autre vision à ce qui nous entoure. Au faste de l’ornemental fait place la capacité de vies simples. C’est un bouquet irrationnel, un défaut dans la cuirasse des apparences.
S’en suivent les remous, les effusions poétique de toute ce qui exprime l’existant et l’existence.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi