Artiste juif : Oded Balilty, puissance poétique de l'image

Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Oded Balilty, puissance poétique de l'image

Oded Balilty : puissance poétique de l'image
Oded Nalilty, "White Noise", Semack Gallery, Tel Aviv, du 27 décembre 2018 au 2 février 2019

Oded Balilty est né à Jérusalem. Le photographe vit à Tel-Aviv, il couvre les évènements et l'actualité d'Israël, des territoires palestiniens mais aussi du monde. Il crée aussi des dossiers photographiques spéciaux pour Time Magazine, National Geographic et bien d'autres supports.

De plus en plus l'artiste travaille pour lui-même à la jonction du photo-journalisme et de la phptographie d'art. Chez lui les deux approches ne se contredisent en rien mais se complètent. Pour preuves ses oeuvres ont recu de nombreuc prix (Pulitzer Prize (2007), World Press Photo (2008, 2007), Picture of the Year International (2014, 2012) par exemple).

Elles sont présentées dans des musées etr galleries du monde entier.

Oded Balilty, puissance poétique de l'image

Oded Balilty, puissance poétique de l'image

L'engagement de l'artiste passe avant tout par la puissance poétique de son travail souvent en épure. A l’expansion d’un imaginaire apparemment disparate fait place d’évidentes associations susceptibles de faire resurgir dans la mémoire l’impulsion d’un écho, d’une ressemblance. C’est ainsi que les images se dédoublent, se multiplient mais aussi s’unissent.

Dans la diversité s’inscrivent alors des résonances insoupçonnées.

Les relations suggèrent des tensions entre plusieurs modalités temporelles et géographiques. Le fil de l’oeuvre se déroule sur le fond de permanence d’une image intérieure et en marque les strates. Les divers surfaces changeantes donnent vue à de l’inexprimable, de l’invisible. L’œuvre incruste dans le langage plastique une vision lucide et une constat de solitude. Bref Oded Balilty sait tirer des images autre chose que la nostalgie de l’éphémère.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi