Artiste juif : Marc Camille Chaimowicz, espèces d’espaces

Artistes, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Marc Camille Chaimowicz : espèces d’espaces

Marc Camille Chaimowicz : espèces d’espaces

Marc Camille Chaimowicz, « Your Place or Mine », The Jewish Museum, New-York, du 16 mars au 5 aout 2018.

Né à Paris juste après la Seconde Guerre Monndiale Marc Camille Chaimowicz est un artiste français - largement méconnu dans son pays. Son père juif polonais emmène sa famille à Londres lorsque le futur artiste a 8 ans. Depuis il y travaille et ne cesse d’interroger divers langues et cultures :  la française et l’anglo-saxonne, la juive et la catholique  mais aussi le masculin et le féminin, le public et le privé.

Il les questionne afin de souligner leurs interpénétrations à travers une pluralité de mediums : dessin, peinture, collage, sculpture, installation,  céramique, textile, papier peint et décoration intérieure, luminaire, mobilier, etc. Et ce depuis près de 50 ans.

Inspiré par Robert Rauschenberg défenseur du lien étroit entre l’art et la vie, dès les années 70 Chaimonwicz devient le précurseur de ce qui ne se nomme pas encore performance et installation. Créant un monde « d’intérieurs » il mixte des espaces réels et fictionnels en ce qui tient de décor d’éventuelles fictions. L’ensemble  au sein d’une œuvre en perpétuel inachèvement.

Marc Camille Chaimowicz : espèces d’espaces

Marc Camille Chaimowicz : espèces d’espaces

Dans son atelier et appartement de Londres entre 1975 à 1979 il a créé une totale confusion et fusion  entre ces deux espaces et leur fonction. Il a recréer et redécorer le lieu à l’aide  de ses propres créations pour le transformer en un lieu de construction de soi.

L’espace domestique et le design sont transformés pour que les vieilles structures et définitions d’espace  deviennent obsolète car l’artiste les estime aliénantes. Depuis cette époque Chaimowicz poursuit  divers processus de déclassement et de  reconstruction afin d’abolir les divisions qu’il juge dépassées, restructurer les espaces. Il s’agit de les réimager en imaginant encore et encore.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi