Rubens Zadel

Elève en école de journalisme je suis venu chez Alliance afin d'y effectuer un stage de fin d'étude.
Apprendre à rédiger sur le web et également savoir créer une communauté avec les différents réseaux sociaux.

Les articles de Rubens Zadel

Israël ferme le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza

Israël a fermé mercredi le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza

A la suite d’affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et des manifestants palestiniens, le gouvernement israélien a décidé de fermer mercredi le poste-frontière d'Erez dans le nord de la bande de Gaza.

Selon le porte-parole de Tsahal, des centaines de personnes ont participé aux émeutes et ont lancé des pierres sur le passage, ce qui aurait gravement endommagé les infrastructures. L’Armée a répondu avec du gaz lacrymogène.

Le passage est fermé jusqu'à ce que les dommages soient réparés. L'entrée sera autorisée uniquement dans les cas humanitaires et sera approuvée sur une base individuelle.

Mardi, le ministère de la Santé à Gaza a signalé que plusieurs Palestiniens avaient été blessés par des tirs israéliens alors qu'ils protestaient près du principal passage du territoire traversant avec Israël.

À la lumière des négociations en cours pour un accord de cessez-le-feu à long terme, l’armée israélienne s’est abstenue d’annoncer de manière proactive que l’émeute avait eu lieu.

Le mois dernier, Israël a également partiellement fermé le passage d’Erez en réponse aux manifestations violentes organisées par les habitants et à la suite des retards pris dans les négociations pour un cessez-le-feu avec le Hamas.

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a récemment évoqué le calme relatif le long de la frontière sud et ses implications sur la fermeture des passages à niveau.

Libermann

Israël a également partiellement fermé le passage d’Erez en réponse aux manifestations violentes organisées par les habitants

« Récemment, nous avons vu que le Hamas contrôlait totalement ce qui se passait ici. Toutes les violences ont presque disparu », a t-il déclaré.
« J'essaie de créer l'équation entre la sécurité calme et l'économie. S'il y a de la terreur, il n'y a pas d'économie. S'il n'y a pas de terreur, il y aura une économie », a expliqué le ministre de la Défense.

« Il doit y avoir une connexion directe. C'est le message important que nous essayons de communiquer aux habitants de Gaza, aux habitants qui souhaitent travailler et subvenir aux besoins de leurs familles. »

« Par conséquent, s'il y a du calme, les passages à la frontière resteront ouverts. S'il n'y a pas de calme, ils seront fermés », a t-il conclu.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Manifestation contre la venue du président philippin

Manifestation contre la venue du président philippin

Après s’être comparé à Adolf Hitler, le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a rencontré son homologue israélien. Pour la population venue en masse pour protester, c’est une « honte ».

« Honte », « cesser d'inviter des dictateurs dangereux » et « Duterte violeur », pouvions-nous lire sur les pancartes. Le convoi du président philippin a été accueilli par une bronca, lui qui s’était comparé au leader nazi, Adolf Hitler pour décrire la chasse aux trafiquants de drogues dans son pays.
Malgré les appels appelant le président israélien à renoncer à la rencontre avec Rodrigo Duterte, les manifestants n’ont rien pu faire et elle a bien eu lieu.

Au cours des dernières semaines, l’organisation Tag Meir, une organisation qui lutte contre les crimes de haine, a appelé Rivlin à annuler sa rencontre avec le dirigeant philippin. Une demande qui n’a pas été suivie. « Nous avons demandé au président d'annuler sa rencontre avec Duterte et de cesser de légitimer ses déclarations et ses actes, mais il n'a pas répondu », a regretté l'organisation.

« Il est impensable qu’une semaine avant Roch Hachana (fête de la nouvelle année dans le calendrier juif), un État juif accueille un homme qui se compare à Hitler, un raciste et une personne qui encourage le viol. Vous ne pouvez pas tenir les deux bouts du bâton, définir l’État juif et accueillir des dirigeants dont les actions contredisent en même temps les valeurs juives », s’est insurgé le président de Tag Meir, Gadi Gvaryahu.

La manifestation était organisée par Amnesty International qui a réuni des représentants et des militant des droits de l'Homme.

Les deux présidents se sont rencontré pour des raisons économiques. Les deux pays devraient prochainement travailler ensemble.

Les deux présidents se sont rencontré pour des raisons économiques. Les deux pays devraient prochainement travailler ensemble.

Lors de la réunion, le président Rivlin a souligné la stabilité des relations entre les deux pays. « Nos relations ont une longue histoire qui date de 70 ans avec votre reconnaissance de l'indépendance d'Israël. Il s'agit d'une relation de 80 ans qui a débuté lorsque vous avez ouvert vos portes aux réfugiés de l'Holocauste. Nous n’oublions pas cela », a déclaré le président israélien.

Duterte a remercié Israël pour cette visite et a présenté sa fille juive à Rivlin. Le président phillipin a été marié à une femme juive. Sa famille a fui l’Allemagne nazi et s’est réfugié aux Philippines.

La visite était surtout portée pour des raisons économiques. Reuven Rivlin a déclaré qu’Israël et les Philippines « pourraient coopérer ». Les deux pays coopèrent depuis de nombreuses années dans les renseignements dans la lutte contre le terrorisme.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

L’aviation israélienne a bombardé plus de 200 cibles iraniennes en Syrie

L’aviation israélienne a bombardé plus de 200 cibles iraniennes en Syrie

Selon l'Armée israélienne, les avions de chasse ont bombardé plus de 200 cibles iraniennes en Syrie depuis le début de l'année 2017.

Dans un briefing de grande envergure à l’intention des journalistes avant la fête de Rosh Hashanah (nouvelle année dans le calendrier juif), l’armée israélienne a reconnu mardi avoir mené des frappes aériennes contre plus de 200 cibles iraniennes en Syrie depuis 2017, faisant la lumière sur ses activités largement non reconnues à travers la frontière pour empêcher Téhéran d’établir une présence militaire permanente dans ce pays déchiré par la guerre.

En Syrie, Israël s’inquiète du fait, que depuis des années l’Iran utilise la guerre civile syrienne pour s’implanter militairement dans le pays afin de menacer davantage l’État juif.

Israël s'est engagé à empêcher une telle présence militaire, mais reste officiellement neutre dans le conflit.

Cependant, l’Armée a reconnu avoir mené des frappes contre 202 cibles en Syrie, utilisant plus de 800 bombes et missiles pour le faire.

Les 202 cibles frappées lors des frappes aériennes israéliennes depuis 2017 étaient principalement des livraisons d’armes de pointe, de bases militaires et d’infrastructures, qui, selon les responsables de l’armée, ont conduit les forces iraniennes à abandonner certains postes.

L'Armée israélienne reste prudente et ne laisse rentrer aucune menace sur son territoire.

L'Armée israélienne reste prudente et ne laisse rentrer aucune menace sur son territoire.

Selon l'armée israélienne, l'armée d'Assad - assistée par la Russie - contrôle désormais à 100% la région du sud-ouest du pays, à la frontière d’Israël, après sa campagne intense visant à expulser les rebelles. Les forces iraniennes, qui ont également participé à l'offensive d'Assad, sont retenues à 80 kilomètres du territoire israélien.

L’armée a également fait le point sur la situation dans la Bande de Gaza. « Les conflits internes palestiniens menacent les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu à long terme avec le groupe terroriste du Hamas au pouvoir à Gaza et augmentent la probabilité d’une nouvelle guerre dans l’enclave palestinienne », a déclaré le porte-parole de l’Armée.

À la lumière de ces développements, l’armée israélienne a officiellement mis fin à son opération « Bon Voisin », un programme qui a vu des milliers de Syriens entrer dans l’État juif pour y recevoir des soins médicaux et des milliers de tonnes de nourriture.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël : l'UNRWA se cherche de nouveaux fonds

L'UNRWA se cherche de nouveaux fonds

Après l’annonce des États-Unis de stopper le financement de l'UNRWA, l’organisation a annoncé qu’elle ne fermera pas ses portes.

Le directeur de l'UNRWA, Pierre Krahenbuhl a annoncé que l’agence ne fermera pas ses portes. Bien que la situation soit « critique », il espère que d'autres pays donateurs compenseront le déficit.

Selon le chef de l'Agence des Nations Unies de secours et de travaux pour les réfugiés de Palestine, le financement d’autres pays pourrait masquer la dette de 200 millions de dollars, somme où lequel les États-Unis devaient apporter avant qu’il n’ait retiré leur soutien financier à l'organisation.

« Cela m'a amené à croire que cette décision avait été prise pour des raisons politiques dans le cadre des tensions entre les États-Unis et l’Autorité palestinienne. L'UNRWA ne peut rien y faire », a déclaré Krahenbuhl.

La décision américaine de bloquer les fonds à destination de l’agence a laissé l’UNRWA avec un déficit d’environ 446 millions de dollars, dont plus de la moitié a été couverte par des dons d’autres pays, dont le Japon, l’Inde, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
« La situation reste critique, mais j'espère que nous pourrons surmonter la dette restante de 200 millions de dollars », a t-il déclaré.

Le commissaire général de l'UNRWA a également critiqué Washington pour ce qu'il a qualifié de fausse revendication sur la perpétuation du problème des réfugiés palestiniens par l'agence.

« Nous devons remettre les pendules à l'heure, il est juste faux de décrire les choses de cette manière. Il n'y a qu'une seule chose qui perpétue la situation des réfugiés, y compris des Palestiniens, à savoir l'échec de la communauté internationale à apporter une solution juste et équitable au conflit. »

Les États-Unis et L’UNRWA sont en conflit sur la définition du réfugié palestinien. L’UNRWA accorde le statut de réfugié à tous les descendants de Palestiniens qui ont quitté ou qui ont fui Israël en 1948 (même à ceux qui vivent dans de bonnes conditions dans des pays voisins), portant le nombre de réfugiés à plus de cinq millions actuellement, alors que le nombre de réfugiés de ce conflit est estimé à « seulement » des dizaines de milliers selon les agences américaines. Durant les pourparlers de paix, les dirigeants palestiniens ont toujours exigé un « droit de retour » pour ces millions de Palestiniens. Un afflux qui, s’il était accepté par Israël, marquerait la fin de l’État hébreu en tant qu’État juif majoritaire.

L’UNRWA accorde le statut de réfugié à tous les descendants de Palestiniens qui ont quitté ou qui ont fui Israël en 1948.

L’UNRWA accorde le statut de réfugié à tous les descendants de Palestiniens qui ont quitté ou qui ont fui Israël en 1948.

Après l’annonce des États-Unis de couper l’aide, de près de 300 millions de dollars, condamnant l'agence pour ses pratiques, Nabil Abu Rudeineh, un porte-parole du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, envisage de se rendre à l’Assemblée générale et au Conseil de sécurité de l’ONU pour que les États-Unis reviennent sur leur décision.

Suite à cette décision, le gouvernement israélien a applaudi le président américain. « L’UNRWA perpétue le mythe de l’éternel statut de réfugié des Palestiniens. Le seul but est de soutenir un instrument illégitime visant à détruire l'État d'Israël. L'UNRWA fait partie du problème et non de la solution », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

L’UER pose ses conditions pour qu’Israël organise le prochain concours de l’Eurovision

L’UER met ses conditions pour qu’Israël organise le prochain concours de l’Eurovision

L'Union européenne de Radio-Télévision (UER) a envoyé une lettre officielle au Premier ministre Benjamin Netanyahu lui demandant de garantir que le gouvernement n'interviendra pas dans le contenu du concours de l’Eurovision 2019 prévu en Israël.

C’est ce qui s’appelle mettre les points sur les i. En prévision de l’Eurovision 2019 qui se tiendra en Israël, les responsables européens du programme ont envoyé une lettre officielle au gouvernement de Netanyahu, exigeant qu’il n'interfère pas avec le contenu des concurrents et que les préparatifs se déroulent le jour du repos juif, le shabbat.

L'Union européenne de Radio-Télévision (UER) a également présenté deux demandes supplémentaires selon lesquelles le gouvernement ne devrait faire aucune différence entre les participants, que ce soit en raison de leurs opinions politiques, de leur religion ou de leur orientation sexuelle et que les préparatifs du concours auraient lieu le Shabbat.

Depuis l'annulation du match de football entre l'Argentine et Israël, Ynet avance que Netanyahu a demandé aux ministres concernés - la ministre de la Culture et des Sports Miri Regev et le ministre des Communications Ayoob Kara - de ne rien révéler qui pourrait compromettre l'approbation du concours en Israël.

Le gouvernement doit aussi accorder une liberté d’expression absolue à tous les participants ainsi qu’à toutes les délégations au cours de leur séjour et assurer la liberté de la presse, a noté la lettre.

Israël a adopté l’année dernière une loi permettant de refuser l’accès au territoire aux partisans des boycotts contre l’État juif ou contre ses implantations en Cisjordanie. Le pays a fait usage de cette loi et a arrêté à l’aéroport Ben Gurion de nombreuses personnes soupçonnées d’activisme contre les actions israéliennes.

Israël a remporté le concours de l’Eurovision le 12 mai dernier. Cette victoire permet donc à Israël le droit d’organiser la prochaine édition de l’Eurovision, un événement qui devrait permettre une exposition mondiale de l’État hébreu.

Israël a remporté le concours de l’Eurovision le 12 mai dernier. Cette victoire permet donc à Israël le droit d’organiser la prochaine édition de l’Eurovision, un événement qui devrait permettre une exposition mondiale de l’État hébreu.

Israël a remporté le concours de l’Eurovision le 12 mai dernier. Cette victoire permet donc à Israël le droit d’organiser la prochaine édition de l’Eurovision, un événement qui devrait permettre une exposition mondiale de l’État hébreu.

Le courrier a également réclamé que la chaîne publique Kan bénéficie d’une totale indépendance lors de l’organisation de la diffusion.

Ce courrier intervient après que des représentants de l’Union européenne de radiodiffusion se soient rendus dans le pays, la semaine dernière, pour découvrir des sites éventuels pour le concours. Il se tiendra à Tel-Aviv ou à Jérusalem, après le retrait d'Eilat de la course.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

L'ex-femme de Rodrigo Duterte était juive

Rodrigo Duterte a été mariée à une femme juive

Rodrigo Duterte est tristement célèbre pour ses politiques controversées sur la lutte contre le trafic de drogue dans son pays, ainsi que pour ses explosions rhétoriques. Malgré son attirance pour le leader nazi, Adolf Hitler, le président philippin a été marié à une femme juive.

Rodrigo Duterte est bien connu par le monde de la presse. Sa politique controversée a suscité de nombreuses critiques ainsi que ses déclarations choquantes. Par le passé, il avait notamment insulté l’ancien président américain, Barack Obama de « fils de putain ». Mais ce n’est pas la seule fois qui s’est fait remarquer. Le président s'est par le passé comparé au leader nazi, Adolf Hitler, dans son vœu de tuer des millions de personnes dans le commerce de la drogue.

De tristes épisodes qui ont rendu célèbre le président philippin. Mais, un fait reste inconnu du grand public au sujet du chef des Philippines. « Bien qu’il serait vu nazi », son ex-femme,
Elizabeth Zimmerman, est juive.

Le couple a été marié pendant 25 ans. Ensemble, ils ont eu trois enfants, Paolo, Sara et Sebastian, qui sont également juifs selon la Thora, la tradition du judaïsme.

Elizabeth Zimmerman est née le 14 avril 1948 dans la province de Davao, aux Philippines. Son père, qui était un Juif allemand, a obtenu un visa pour les Philippines avec environ 1 300 Juifs européens pour fuir l’Allemagne nazie. En août 2015, Zimmerman a reçu un diagnostic de cancer du sein.

La famille est connue pour ses déboires. Comme son père, le fils Paolo se coltine une étiquette assez négative.

Elizabeth Zimmerman est juive. Ses parents ont fui l'Allemagne nazi et ont immigré aux Philippines.

Elizabeth Zimmerman est juive. Ses parents ont fui l'Allemagne nazi et ont immigré aux Philippines.

Vice maire de Davao City de 2013 à 2018, Paolo Duterte a été contraint de démissionner après qu'une enquête de la Chambre des représentants des Philippines l'ait mentionné à propos d'une cargaison de méthamphétamine saisie par le Bureau national des enquêtes et Bureau des douanes. Paolo Duterte nie les allégations.
Une démission également liée au fait que sa fille de 17 ans a laissé entendre sur Twitter qu’il l’avait battue.

Après ses déclarations, le président philippin avait présenté ses excuses aux juifs, réalisant, après les critiques d'Israël, des États-Unis et du Congrès juif mondial, l'indécence de ses propos.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël : l'Iran utilise des vols civils pour faire de la contrebande d'armes

L'Iran utilise des vols civils pour faire la contrebande d'armes au Hezbollah

Selon les services de renseignements américains, deux vols civils, de Téhéran à Beyrouth, ont changé leurs itinéraires pour armer le groupe terroriste, le Hezbollah.

Voilà une nouvelle qui ne devrait pas faire les affaires de l’Iran. Selon un rapport du média Fox News, l’Iran a utilisé une compagnie aérienne civile pour faire passer clandestinement des armes au groupe terroriste libanais Hezbollah au cours de ces deux derniers mois.

Selon le rapport, deux vols opérés par Qeshm Fars Air effectuaient des voyages de Téhéran à Beyrouth, en passant par un itinéraire irrégulier. Selon les services de renseignements américains, un vol du Boeing 747, le 9 juillet, s’est arrêté à Damas, en Syrie. Le deuxième vol, le 4 août, directement de Téhéran à Beyrouth, a suivi « une route légèrement irrégulière au nord de la Syrie ».

Les responsables des services de renseignement ont déclaré à la chaîne d’information américaine que les vols transportaient des composants destinés à la fabrication d’armes précises dans les usines iraniennes au Liban.

« Les Iraniens tentent de trouver de nouvelles voies pour faire passer des armes d'Iran à leurs alliés au Moyen-Orient, en testant et en défiant les capacités de l'Occident à les retrouver », a déclaré Fox News.

Israël a déjà porté des accusations similaires auprès des Nations unies, Danny Danon, envoyant une lettre aux membres du Conseil de sécurité en 2016, avertissant l'Iran d'utiliser des compagnies aériennes civiles pour approvisionner les terroristes.
Des accusations qui avaient conduit, entre autres, le président américain à rompre les accords signés en 2015 par son prédécesseur Barack Obama. Donald Trump a accusé l’Iran de continuer à développer son programme nucléaire militaire, ainsi que son implication dans les conflits au Moyen-Orient.

Mais les activités militaires de l’Empire perse ne sont pas récentes. L'Iran est le principal protagoniste dans la création du Hezbollah, ayant contribué au financement du groupe terroriste au début des années 1980. Depuis, l’Iran a fourni au Hezbollah toute une gamme d’armes et a aidé à financer ses programmes de développement dans le sud du Liban, et a utilisé le groupe pour mener des attaques terroristes contre des cibles américaines et israéliennes.

Le Hezbollah est devenu la principale menace de l'armée israélienne dans la région, avec un arsenal de 100 000 à 150 000 obus de mortier, roquettes et missiles. Selon des responsables du renseignement israélien et occidental, l’Iran a aidé le Hezbollah à développer des missiles à guidage de précision, avec lesquels le groupe a la capacité de mener une attaque plus efficace et de partout sur le territoire israélien.

Le Hezbollah a la capacité d'attaquer tout le territoire israélien.

Le Hezbollah a la capacité d'attaquer tout le territoire israélien.

À la demande de l’Iran, le Hezbollah est devenu profondément impliqué dans la guerre civile syrienne, combattant dans une alliance chiite aux côtés des forces iraniennes, du régime d’Assad et des milices irakiennes contre les rebelles sunnites.

Israël aurait effectué des dizaines de frappes aériennes en Syrie depuis le début de la guerre civile dans le but d’arrêter la contrebande d’armes du Hezbollah, mais s’est abstenu de s’impliquer dans le conflit meurtrier qui a ravagé le pays.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Des tracts antisémites retrouvés dans une église de Détroit

Des tracts antisémites retrouvés dans une église de Détroit

Des dépliants antisémites sur des caricatures grossières de juifs ont été découverts dimanche matin à l’entrée de l’église de First United Methodist Church de la ville de Ferndale dans la banlieue de Détroit.

Les tracts, enregistrés sur trois entrées de l'église, ont exprimé leur soutien aux sites d'extrême droite controversés The Daily Stormer et Infowars.com, des sites web d'actualité américains de mouvements suprémacistes blanc et néonazi.

Les flyers contiennent des descriptions grossières de personnes juives, ainsi qu'une caricature du théoricien du complot Alex Jones, fondateur d'Infowars.

Les tracts semblent accuser les juifs d’avoir retiré d’Internet plusieurs fois le journal The Daily Stormer, une publication antisémite. Le dépliant montre que la publication a parcouru plus d’une douzaine de noms de domaine datant d’août dernier.
Les tracts indiquent qu’ils ont été produits par un « club de lecture » local du Daily Stormer, mais qu’il n’y avait pas d’autres informations permettant d’identifier les responsables.

Jill Warren, un membre de la congrégation de l'église a déclaré qu'ils avaient signalé les dépliants à la police de Ferndale.

« Nous devons nous assurer que les gens soient en sécurité sur notre propriété, et j'espère que quiconque les mettra là-bas réalisera que nous sommes vigilants et que nous n'autoriserons pas ce genre de choses », a déclaré Warren, dont le mari, le révérend Robert Schoenhals est le ministre de l'église.

Le lieutenant de police de la ville de Ferndale, Dennis Emmi, a ouvert une enquête. Cependant, il ne semble pas que les tracts constituent un crime.

« Cela ne semble pas être une affaire criminelle à ce stade, car il semble que ce ne soit que la liberté d'expression », a déclaré le lieutenant de police. Le département enquêtera pour essayer de déterminer qui a publié les tracts et s’il y a eu des violations, telles que des intrusions, a t-il ajouté.

Bien que l'acte ne semble pas être criminel, l'incident pourrait tomber sous le coup d'une violation du premier amendement.

Bien que l'acte ne semble pas être criminel, l'incident pourrait tomber sous le coup d'une violation du premier amendement.

« En fin de compte, il peut toujours être non criminel et tomber sous le premier amendement », a déclaré Emmi.

Les dépliants comportaient également une image du théoricien du complot Alex Jones avec une étoile de David placée sur sa bouche. Jones est le créateur controversé du site Web d’Infowars, dont les profils, les podcasts et les chaînes ont été retirés le mois dernier de Facebook, de YouTube et des plateformes médiatiques d’Apple pour des propos haineux et incitations à la haine.

Jones est connu pour ses affirmations selon lesquelles le massacre de l'école élémentaire Sandy Hook en 2012 n'a jamais eu lieu, mais a plutôt été organisé par le gouvernement en utilisant des acteurs comme excuse pour enlever les armes des gens.

Warren a déclaré qu'elle soupçonnait que la position dominante de First United Methodist Church sur Woodward et son soutien visible aux questions de justice sociale en faisaient une cible pour les tracts.

« L'antisémitisme n'a pas sa place dans notre communauté », a t-elle déclaré.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël :Des affrontements ont éclaté durant la démolition de maisons

Des affrontements ont éclaté durant la démolition de maisons

Des affrontements ont éclaté pendant les démolitions de maisons en Cisjordanie, construites illégalement. Deux inspecteurs de la municipalité de Jérusalem ont été légèrement blessés.

Israël continue sa politique de démolition de maisons. Alors que les soldats israéliens entamés la démolition de maisons construites illégalement, des affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité et les habitants du village de Cisjordanie d'al-Walaja. Deux inspecteurs de la municipalité de Jérusalem ont été légèrement blessés par des jets de pierres.

Selon des rapports palestiniens, plusieurs habitants du village ont également été blessés lors des émeutes et une personne a dû être hospitalisée. Selon des témoins un soldat de Tsahal a frappé un habitant avec son fusil.

Plus tôt, une équipe du comité de planification et de construction du district est arrivée sur les lieux avec des ordres de démolition pour quatre maisons et des outils d'ingénierie lourds.
Après la démolition des deux premières maisons, environ 150 habitants se sont barricadés dans les deux maisons restantes afin d’éviter l’évacuation.

La police des frontières a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les résidents qui ont perturbé les procédures.

Les habitants ont ensuite publié une déclaration déplorant la perte de leurs maisons. « Aujourd'hui, 40 personnes ont perdu leur maison et il y a 800 autres personnes comme elles à Walaja. La police des frontières a utilisé du gaz et a tiré des coups de feu pour sortir les gens des maisons barricadées. En réponse, il y a eu des jets de pierres », pouvons-nous lire dans la déclaration.

Une source haut placée de la police des frontières a déclaré que les forces présentes sur les lieux pour imposer la démolition des constructions illégales ont fait l’objet d’une violente attaque par des émeutiers, qui ont lancé des pierres et d’autres objets sur le personnel.

Construite illégalement, plusieurs maison ont été détruites.

Construite illégalement, plusieurs maison ont été détruites.

« La violence grave n'empêchera pas les forces de sécurité de faire respecter la paix et de rétablir l'ordre », a souligné la source.

La municipalité de la ville ne fournit pas à al-Walaja des services de base tels que la collecte des déchets et la construction d'infrastructures.

Selon l'État, les maisons ont été construites illégalement sur des terres n'appartenant pas au village.

Par le passé, les résidents ont soumis une proposition qui déterminerait légalement leur zone de résidence, mais elle a été rejetée par la municipalité.

Depuis le début des travaux de construction le long de la barrière de sécurité en 2010, le ministère de l'Intérieur s'est abstenu d'émettre des ordres de démolition pour les maisons situées dans les quartiers de Jérusalem qui restent au-delà de ses frontières.

Cependant, en 2016, la politique a progressivement évolué, menaçant environ un quart des maisons du village.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Israël va financer les activités du Patrimoine juif d’Hébron

Israël va financer les activités du patrimoine juif d’Hébron

Après la décision de l’UNESCO de reconnaître la Palestine comme un État membre, le gouvernement israélien a décidé de cesser son financement à l’organisation et de le verser au patrimoine juif de Hébron.

Si le vote doit se faire ce mercredi, il ne devrait pas y avoir d’opposition de la part de la Knesset. Le gouvernement israélien doit désormais réaffecter 3,5 millions de shekels, de ce qu'il aurait dépensé en 2017 à l'UNESCO, au ministère de Jérusalem et du Patrimoine, en lui donnant des instructions spécifiques pour le développement de sites du patrimoine juif à Hébron.

Un texte concernant le vote indique qu'il s'agit d'une réponse directe à une décision prise en 2017 par l'UNESCO d'inscrire la vieille ville d'Hébron et la grotte des patriarches sur la liste des sites musulmans.

En inscrivant les sites, l’UNESCO a souligné leur histoire musulmane en se concentrant sur la période à partir de 1250 plutôt que sur l’héritage biblique juif plus ancien.

L’UNESCO a également inscrit l’Église de la Nativité et les anciennes terrasses de Battir comme des lieux saints de l’État de Palestine.

Israël et les États-Unis ont cessé de payer leurs cotisations UNESCO en 2011, après que l'organisation soit devenue le premier organe de l'ONU à reconnaître la Palestine en tant qu'État membre.

L'UNESCO a reconnu la ville de d'Hebron, comme lieu musulman.

L'UNESCO a reconnu la ville de d'Hebron, comme lieu musulman.

En conséquence, les deux pays ont perdu leurs droits de vote à l'UNESCO en 2013, mais sont restés des États membres.

Les deux pays devraient se retirer officiellement de l’UNESCO à la fin de l’année en raison des décisions anti-israéliennes, y compris une résolution cyclique désavouant la souveraineté israélienne à Jérusalem et faisant référence au Mont du Temple sous son nom musulman al-Haram al-Sharif.

Jusqu'à présent cette année, la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a été en mesure de suspendre le vote sur ces textes, dans le but de convaincre les deux pays de rester dans l'organisation.

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.