Norbert Cohen

norbert@alliancefr.com'

Sous le nom de Norbert Cohen se cache un journaliste et écrivain qui a publié plusieurs livres sur le judaïsme français et qui a exercé des responsabilités communautaires et médiatiques de premier plan.

Les articles de Norbert Cohen

Faites un don avec Mazone pour les plus démunis d'entre nous

Faites un don à Mazone pour les plus démunis d'entre nous

FAITES UN DON AUX FAMILLES LES PLUS DEMUNIES D'ENTRE NOUS 

Eric Bendriem a une spécialité à laquelle il tient comme à la prunelle de ses yeux : « Ne pas faire comme les autres » dans la communauté. Et surtout, faire mieux.

Son association, Mazone, est unique par son professionnalisme (même si elle rassemble principalement des bénévoles : 280 pour 5 permanents) et son dynamisme. Aujourd’hui, elle est leader dans le domaine de l’aide alimentaire aux nécessiteux.

Faites un don 

Elle s’est certes diversifiée avec Mazone dentaire pour des soins gratuits, Mazone rénove pour remettre d’aplomb des appartements insalubres, un service de soutien juridique, deux boutiques de vêtements gratuits eux aussi... qui ne sont pas des « vestiaires » puisque les habits proposés sont neufs.

Mazone fête ses 20 ans

Les débuts de Mazone, aujourd'hui Mazone fête ses 20 ans

Elle a également étendu ses activités à Israël, depuis deux ans, avec une trentaine de familles recevant des paniers offerts par l’association.

Mais le coeur de son engagement caritatif se situe en France avec la distribution de colis hebdomadaires comprenant suffisamment d’aliments pour chaque jour de la semaine. Ils sont à la fois strictement casher (sous la surveillance du Beth Din de Paris, du rav Katz chlita et du rav Rottenberg chlita) et extrêmement variés, adaptés à la composition des familles. 500 sont concernées dans l’Hexagone, soit 2 500 personnes environ. Un diététicien veille en permanence à la qualité des viandes, poissons, légumes, fruits... qui proviennent d’entrepôts répartis sur les territoires francilien et provincial, et acheminés par 12 camions frigorifiques.
Faites un don

Une organisation sans équivalent depuis 1996, date de création de Mazone.
A l’époque, Eric Bendriem était choqué de voir jeter de grandes quantités de nourriture non consommée pendant les mariages, bar mitzva et autres événements festifs communautaires.
Il s’est entendu avec un traiteur pour récupérer ces denrées inutilisées. Il a commencé par approvisionner ses voisins déshérités de Montmagny (Val-d’Oise), près de Sarcelles, et l’aventure n’a pas cessé depuis.

Faites un don à Mazone pour les plus démunis d'entre nous

Faites un don à Mazone pour les plus démunis d'entre nous

Mais l’association est en quelque sorte victime de son succès : outre les 500 familles habituelles, 200 autres se sont inscrites pour bénéficier du colis particulier de Roch Hachana. Or, Mazone ne peut satisfaire cette demande supplémentaire. Les colis en question contiennent des aliments haut de gamme (chacun y a droit pour cette nouvelle année !) coûtant en principe, au total, 460 euros mais négociés... 60 euros seulement par Eric Bendriem et son équipe.

Pour pallier les besoins des 200 foyers figurant exceptionnellement sur les listes de l’association, le moindre don compte.
Dépêchez-vous, il ne reste que quelques jours avant le moment tant attendu où nous tremperons tous la pomme dans le miel. Certains n’ont pas les moyens de déguster un bon repas à cette occasion. Il faut mettre un terme à ce scandale et les aider sans attendre !
Faites un don

Norbert Cohen

Les meilleures glaces pour les fêtes sont chez Parfums glacés de Marcel Zenou

Glaces Kasher parfums glacés Marcel Zenou

Les meilleures glaces pour les fêtes sont chez Marcel Zenou

Marcel Zenou est un pionnier puisqu’il a créé l’une des premières entreprises spécialisées dans les glaces casher. « La boîte à sorbets »est née en 1986 et, depuis, ce fabriquant et grossiste a pris une place prépondérante sur le marché.

En février 2016, il s’est diversifié en ouvrant une enseigne de détail, déjà très réputée à Paris :
« Parfums glacés », qui propose des produits à emporter ou à consommer sur place. Ce salon de thé, glacier et pâtissier doté d’une terrasse est situé 16, avenue Niel, au cœur du 17èmedevenu au fil des années le secteur où les Juifs sont les plus nombreux en France :
trente-cinq à quarante mille dans l’arrondissement. Et on sait que le quartier de l’avenue Niel, en particulier, regorge de restaurants et boutiques casher.

la boîte à sorbet meilleures glaces cacheres pour les fêtes de Tichri

la boîte à sorbet meilleures glaces cacheres pour les fêtes de Tichri

 

Marcel Zenou dispose de trois hachgahot (labels rabbiniques) : celles du Beth Din consistorial de la capitale, du rav Katz et des Loubavitch. Mais ce qui fait l’originalité de ce grand professionnel formé par un élève de Lenôtre, c’est lerapport qualité-prix exceptionnel des douceurs qu’il confectionne avec son équipe. En réalité, il rivalise avec l’ensemble de ses confrères, y compris les glaciers taref ne respectant pas les règles de la Halakha.

Chez lui, on n’utilise ni colorants ni éléments chimiques.
Les parfums sont haut de gamme et les sorbets fabriqués principalement avec des fruits frais en fonction des saisons. « Je fais régulièrement mes achats à Rungis », explique Marcel Zenou. C’est exceptionnel dans le métier… Ses sabayons sont sans doute les meilleurs de l’Hexagone. Quant aux tarifs, jugez plutôt : deux boules assorties de crème chantilly coûtent seulement 6 euros 50 et le demi-litre de glace à emporter 7 euros 50.
Un exploit : c’est 12 euros en moyenne à Paris, dans les magasins juifs comme non-juifs.

Cet Algérien d’origine (il est né dans l’Oranais) attire d’ailleurs une clientèle non-juive allergique au lactose - ses produits sont parvé et lactés seulement à la commande -, mais aussi parce qu’elle raffole des glaces à la fois peu sucrées et puissamment goûteuses que l’on trouve dans le salon de thé de Marcel Zenou.

Quant aux créations pâtissières, lancées il y a quelques mois, elles sont essentiellement composées d’entremets glacés, ce qui ne surprendra personne.

Omelette norvégienne kascher

Omelette norvégienne kascher

Avec de délicieux gâteaux dont la fameuse omelette norvégienne (glace et meringue flambée), une gloire de la cuisine française si difficile à réussir qu’elle est de plus en plus introuvable…

Mais pas chez Marcel Zenou. « Parfums glacés », pour Roch Hachana et la période de Tichri, la propose pour huit personnes, assortie d’un sorbet pomme-miel, d’un nougat glacé d’un litre et d’une bouteille de vin doux Moscato - le tout présenté dans un coffret-cadeau idéal pour vos tables de fêtes.

Régalez-vous, c’est le moment !

Parfums glacés rue Niel 75017 Paris

Parfums glacés rue Niel 75017 Paris

Pour passer vos commandes :
16 Avenue Niel, 75017 Paris, France
Téléphone : +33 1 47 64 52 39

 

Norbert Cohen

Pinhas Botbol: Le facilitateur immobilier par excellence pour les francophones

PB le crédit immobilier en Israël facile et rapide

Pinhas Botbol, « facilitateur » immobilier pour francophones

PageFacebook
Pour en savoir plus et être certain d'être bien informé en toute transparence,téléphoner de notre part à Pinhas Botbol France:  01 77 47 99 92 Israël 054 666 15 75 

Acquérir un bien immobilier en Israël est le rêve de nombreux Juifs francophones, qu’ils aient réalisé leur alyah, comptent le faire ou… préparent l’avenir de leurs enfants.
C’est aussi un bon investissement financier à long terme, mais l’opération n’est pas de tout repos. Il faut bien choisir son appartement ou sa villa et franchir des obstacles administratifs qui ressemblent plutôt à des tracasseries.

Deux différences de taille avec le système hexagonal :

- En Israël, il est nécessaire de s’entendre avec une multitude d’intervenants : vendeur, banque, employés chargés des inscriptions hypothécaires, avocat (s), etc. Le notaire au sens français du terme, ce professionnel qui centralise la plupart des démarches légales, n’existe pas iciet cela rend plus complexe toute acquisition foncière.

- D’autre part, une promesse de vente vous engage, même si la banque refuse par la suite de vous prêter la somme dont vous avez besoinpour acheter - contrairement à la pratique en vigueur de l’autre côté de la Méditerranée. Cela engendre des problèmes juridiques (ou judiciaires !) quelquefois insurmontables.

Et puis, il y a la mentalité locale, si différente de la mentalité française. Sans oublier, pour beaucoup, l’obstacle de la langue. On sait aussi que les banques israéliennes réclament de plus en plus de garanties dans une atmosphère très… "psychorigide".

Enfin, le gouvernement a multiplié ces dernières années les taxes et entraves diverses, notamment à l’intention des non-résidents, pour tenter d’enrayer la hausse inexorable des prix.

Comment se sortir efficacement de ces difficultés ?

La solution porte un nom : Pinhas Botbol. Ce Franco-Israélien a fondé il y a une quinzaine d’années, avec un associé, l’une des premières agences de courtage en crédit à destination des francophones, Blanc Bleu Crédit Immobilier. Depuis 2016, il est indépendant et ne cesse d’élargir ses activités avec à présent une nouvelle société en cours de création. Son intitulé est déjà trouvé : PB Crédit Israël.

Dès 2003, Pinhas Botbol a décidé de prendre l’ensemble de la problématique à bras le corps.
Il ne se contente pas de négocier pour vous le meilleur taux d’intérêt possible avec les banques. Il a affaire à tous les acteurs du dossier.

Acheter votre maison en Israël avec Pinhas Botbol

Acheter votre maison en Israël avec Pinhas Botbol

Une seule opération est entièrement entre vos mains, celle qui consiste à choisir le logement qui vous convient. Si vous êtes décidé, alors vous avez tout intérêt à vous adresser à PB Crédit Israël. En donnant une procuration à l’avocat israélien auquel vous faites confiance ou à Pinhas Botbol lui-même, vous pouvez même reprendre l’avion pour la France et revenir… la transaction finalisée.

Ce courtier hors norme n’est pas seulement un technicien, un maître dans l’art de contourner les chausse-trappes bureaucratiques propres à l’Etat juif, c’est avant tout un sage animé par une « émouna » (foi) profonde et l’amour inconditionnel de notre peuple.
C’est le prince des « facilitateurs ».

Ancien délégué rabbinique à Rouen puis Saint-Ouen (pendant onze ans !) et ex-directeur d’une école confessionnelle en région parisienne, aujourd’hui pilier et hazan de la synagogue Hekhal Mordekhaï de Kokhav Yaacov, une ville située au nord de Jérusalem, il n’a cessé d’étudier la Torah tout au long de sa vie. Sa rectitude morale n’a jamais été prise en défaut par quiconque.

Il discutera pour vous pied à pied, en hébreu et « à l’israélienne », avec l’ensemble des intervenants. Joignable à tout moment, il vous guidera et vous évitera les pièges et écueils qui attendent les candidats à l’achat d’un logement en Terre Sainte. Vous serez aussi armé face aux professionnels et administrations du secteur foncier… qu’un homme d’affaires israélien expérimenté.

Pinhas Botbol au:  01 77 47 99 92 ou 054 666 15 75 

Norbert Cohen

Mazal Koss : le concept inédit pour un mariage éternellement heureux !

Mazal -Koss le cadeau de mariage qui vous rendra unique

Mazal Koss : le concept inédit pour un mariage éternellement heureux !

Casser un verre sous la houppa, le dais nuptial, est une coutume incontournable du mariage juif. Mais qu’advient-il des débris du fameux verre - koss, en hébreu - après la cérémonie ? Dans la plupart des cas, rien. En Israël comme en France, il est rare qu’ils soient conservés.

Erreur !Au Moyen-Age, nos ancêtres avaient l’habitude de les préserver et les garder à domicile des décennies durant. Habitude qui prévaut encore de nos jours dans les communautés italiennes.

Avec Mazal Koss, vous aussi pourrez sauvegarder ce signe de félicité conjugale.

De fait, les commentaires rabbiniques ont toujours souligné l’importance spirituelle du koss brisé. Le Choulkhan Aroukh, compilation des Lois juives datant du 16èmesiècle de l’ère commune, et le traité Berakhot (« Bénédictions ») du Talmud insistent clairement sur un point : la coutume en question n’est pas seulement destinée, comme on le croit souvent, à commémorer en ce moment solennel la double destruction du Temple de Jérusalem.

Nos maîtres nous enseignent qu’en cassant le verre, le hatan, autrement dit le fiancé, conjure le risque de mésentente entre sa famille et celle de sa promise, la kala.

Plus encore : il empêche ainsi les forces du mal de pénétrer dans sa nouvelle maison, celle où il s’installera avec son épouse et ses futurs enfants. C’est une manière de les avertir :

Mazal Koss le mariage juif et son cadeau , dais nuptial

Mazal Koss le cadeau éternel du mariage juif

D’éminents rabbins, depuis deux millénaires, ont donc recommandé aux mariés de conserver précieusement le koss: un porte-bonheur pour toujours. Curieusement, ce conseil est quelque peu voire complètement oublié aujourd’hui - sauf en Italie, comme on l’a mentionné plus haut.

Afin que D. protège et bénisse votre couple, la société Alliance a élaboré un concept inédit, intitulé Mazal Koss, à destination des jeunes Israéliens et Juifs français s’apprêtant à passer sous la houppa.

Une formule simple mais imaginative, un souvenir merveilleux, gage de prospérité et de longévité selon la tradition hébraïque, enfin concrétisée sous forme d’un cadeau que les familles peuvent s’offrir à elles-mêmes ou dont un proche peut gratifier le hatan et la kala. « Une idée magnifique », affirme un cadre du Consistoire de Paris.

Le processus est le suivant : avant les noces, vous apportez un verre qui vous tient à cœur parce qu’il appartenait à un être cher ou vous optez pour un koss de couleur rouge ou bleue fourni par Alliance. Un employé - on ne peut plus casher ! - de la société se charge de ramasser les débris, enfermés dans un sachet au moment où le fiancé casse le verre avec son pied (ce qui permet de les sauvegarder intégralement et d’éviter d’y adjoindre la moindre poussière se trouvant sur le sol). Après la cérémonie, les morceaux sont délicatement placés dans un bloc de résine transparentese solidifiant peu à peu. Une opération artistique, techniquement irréprochable, exécutée par une entreprise de la région parisienne. Un bloc de trois à quatre centimètres d’épaisseur est ainsi créé.

Les noms des mariés et la date où ils se sont dits oui religieusement sont inscrits sur la pièce - et, le cas échéant (au dos), le nom du donateur. Enfin, le Mazal Koss est protégé par un superbe écrinfabriqué en Italie où figure l’attestation d’authenticité garantissant que les débris sont bien les vôtres. Le tout est livré chez vous, en Israël comme en France, dans les trois semaines suivant la cérémonie.

Prix de lancement TTC : 350 euros.
Pour toute commande avec demande d'information n'hésitez pas à nous appeler
en France: 01 70 00 75 75 en Israël : 054 700 74 70 ou nous envoyer un mail à info@alliancefr.com en précisant la date du mariage et le lieu.

A commander d’urgence !

 

Norbert Cohen

 

Votre voiture en Israël à prix cassé et en toute tranquillité !

David et Guila Hayat les grossistes de la location de voiture en Israël

Votre voiture en Israël à prix cassé et en toute tranquillité !

David et Guila Hayat : 
France : 01 83 62 86 97
Israël : 035705102
Portable israelien et watsap  0507361918

David Hayat est une figure du monde francophone israélien car il a inventé un métier (ni plus, ni moins !) jusque-là inexistant dans le pays.
Il y a vingt-et-un ans, il a créé la première agence de grossiste en location de voitures. Elle porte son nom. Il la gère avec son épouse Guila. Son statut d’intermédiaire disposant d’un portefeuille impressionnant de clients lui permet de négocier en permanence des tarifs préférentiels, défiant tout concurrence, avec les compagnies qui mettent les véhicules à la disposition du public : Avis, Hertz, Budget, etc.

David et Guila Hayat les grossistes de la location de voiture en Israël

David et Guila Hayat les grossistes de la location de voiture en Israël

Son ancienneté, sa réputation de sérieux, sa disponibilité (il est joignable vingt-quatre heures sur vingt-quatre avant et pendant la location, pour un service après-vente hors pair), ses prix toujours plus bas font de lui le leader dans son domaine et l’interlocuteur privilégié des touristes français.

Est-il trop tard pour réserver ? Pas du tout : si vous appelez David Hayat en cette fin juin, vous pouvez encore trouver une voiture à tarif cassé, équivalent à celui qui prévaut en basse saison, pour… le mois d’août !

Plus encore : votre véhicule Hertz, si vous le souhaitez, sera disponible au terminal 3 de l’aéroport Ben Gourion, lieu d’arrivée des vols en provenance de l’Hexagone, et vous n’aurez pas besoin de le déposer au terminal 1 puis de prendre une navette vers le 3 à la fin de votre séjour, selon un processus assez courant.

Le grossiste a également passé un accord avec une nouvelle compagnie, Cal Auto, qui nécessite certes de récupérer la voiture au terminal 3 et de la rendre au 1 mais pour un montant financier vraiment exceptionnel.

Demandez et comparez !

La force de David Hayat, on l’a souligné, est son potentiel : le nombre de ses clients.
Les compagnies n’ont d’autre choix que de faire appel à lui.
Sa marge de manœuvre ne cesse de croître depuis deux décennies.

Le bouche-à-oreille fonctionne d’autant mieux que cet homme de quarante-huit ans originaire de Cachan, en banlieue parisienne, n’est pas un entrepreneur ordinaire :
« C’est la Torah qui me guide, affirme-t-il, c’est pourquoi des centaines de Français qui me contactent deviennent chaque année des amis, notamment les olim ou futurs olim qui me savent gré de les avoir accompagnés avec chaleur et humanité dans l’exercice de mon métier.

L’argent n’est pas ma priorité. Ce que je veux avant tout, c’est aider mon prochain en suivant les enseignements du Grand Rabbin Yaacov Toledano zatsal, était le Roch Yechiva de la Yechiva Hazon Barouh et directeur spirituel des établissements Mercaz Hatorah au Raincy  et dont je suis le disciple fidèle.

concernant rabbi yaakov toledano ztl

Nous, Français, ne sommes pas toujours bien traités en Israël. Eh bien, grâce à moi et à ma femme, chacun peut louer un véhicule à prix très bas et faire face en temps réel à tous les imprévus. En cas de pépin, je suis à votre écoute et je sais très exactement comment il faut discuter et avec qui, en hébreu, pour que tout s’arrange ! Personne ici n’est en mesure de me dire non… »

David et Guila Hayat :

David et Guila Hayat : 
France : 01 83 62 86 97
Israël : 035705102
Portable israelien et watsap  0507361918

David Hayat est en effet israélien depuis longtemps. Il a étudié en yéchiva dès l’âge de dix-huit ans, puis en kollel à B’nai Brak après son mariage. C’est d’ailleurs dans le milieu des chomrei shabbat - des pratiquants - qu’il a démarré son activité.

Dans les années 90, il a constaté que lui et ses camarades se consacrant au limoud, penchés du matin au soir sur les pages du Talmud, ne pouvaient se procurer une voiture pour les trois semaines de congés estivaux.

En vérité, à cette époque, le marché était presque inaccessible pour la plupart des gens, touristes ou Israéliens, et les tarifs exorbitants. Avant d’en faire une profession, il a négocié pour des groupes de « kollelmans » francophones des prix préférentiels. Et l’aventure a continué.

Son agence est si incontournable qu’elle offre au public religieux la possibilité de ne pas payer la location pour shabbat, puisque par définition la voiture empruntée pour une semaine ou davantage sera inutilisée ce jour-là. Une exigence unique au monde, que seuls David et Guila Hayat sont capables d’imposer aux compagnies !

Bref, cette agence respecte infiniment chacun, dans l’esprit de la Torah, lui propose la formule clé en main la plus adaptée à ses desiderata en matière de durée, de type de véhicule, etc. - et le suit pas à pas jusqu’à la restitution de la voiture.

Tranquillité, confort assurés et certitude, à tout instant, de ne pas se faire piéger.

Kol hakavod.

David et Guila Hayat : 
France : 01 83 62 86 97
Israël : 035705102
Portable israelien et watsap  0507361918

Norbert Cohen

Richard Prasquier : C’est le moment d’aider les jeunes olim

Aider les jeunes olim avec le Keren Hayessod

Richard Prasquier : « C’est le moment d’aider les jeunes olim ! »

Le président du Keren Hayessod-France, qui collecte des dons au profit d’Israël et notamment des nouveaux immigrants, rappelle l’importance de son organisation, pivot des relations entre l’Etat juif et la diaspora, et de son action en faveur de l’intégration.

Keren Hayessod aider les jeunes olims

Keren Hayessod : aidez les jeunes olims


Alliance : Pourriez-vous nous rappeler quels sont les objectifs du Keren
Hayessod-France ?

Richard Prasquier :Le Keren Hayessod a été fondé en 1920, il y a presque cent ans. Sa mission n’a pas vraiment changé : contribuer, à travers des collectes de fonds en diaspora, au développement d’Israël. Depuis la création de l’Agence juive en 1929, il finance aussi largement ses activités. Cela signifie que notre organisation est à la fois le centre, l’épine dorsale du lien entre l’Etat juif et les communautés dispersées dans le monde et en même temps l’outil indispensable à l’alyah puis à l’intégration. Aujourd’hui, il existe une branche du Keren Hayessod dans une soixantaine de pays.

Alliance : La vôtre est récente puisqu’elle a été fondée en 2013…

Richard Prasquier :C’est plutôt une refondation. Elle avait sa propre autonomie avant 1967. Mais la guerre des Six Jours a démontré que la relation entre Israël et la diaspora, notamment la diaspora française, était si étroite et les destins mêlés à ce point qu’une fusion a été opérée entre la collecte du Fonds social juif unifié (FSJU) dédiée à nos coreligionnaires de ce pays et celle du Keren Hayessod consacrée exclusivement au développement d’Israël et à l’alyah. L’une et l’autre ont été regroupées au sein de l’Appel unifié juif de France (AUJF). Notre communauté a changé depuis et en 2013, une scission est intervenue. L’AUJF continue de s’occuper des dons destinés au FSJU et le nouveau Keren Hayessod-France, dont j’ai pris les rênes après avoir quitté ma fonction de président du CRIF, ne collecte des fonds qu’en direction d’Israël. Nos locaux sont d’ailleurs situés au même endroit que ceux de l’Agence juive, dans le 14èmearrondissement de Paris. C’est là que travaille notre petite équipe de permanents, qui épaule nos bénévoles.

 Alliance : Comment évolue la collecte dans le contexte difficile dont pâtissent les associations juives ?

Richard Prasquier :Eh bien, elle progresse malgré tout d’année en année. Nos bienfaiteurs potentiels, en effet, savent de plus en plus où ira leur argent. Ils ont une absolue liberté de choix, dans la transparence : chaque don est affecté à tel ou tel programme déterminé.

Alliance : De quels programmes êtes-vous le plus fier ?

Richard Prasquier :Je citerai deux projets magnifiques, déjà anciens et qui donnent des résultats spectaculaires. D’abord, nous avons financé des « villages d’enfants » qui accueillent et éduquent des petits séparés de leurs parents pour de graves raisons sociales. La plupart d’entre eux s’intègrent merveilleusement dans la société, malgré ce lourd handicap de départ. Ensuite, le programme Net@a permet à des jeunes issus de villes défavorisées d’apprendre l’informatique. Plusieurs d’entre eux sont devenus des « start-uppers » de talent ! J’insiste, d’une manière générale, sur le point suivant : nous voulons donner sa chance à tout le monde, dans un Etat où les inégalités ont eu tendance à s’élargir, et même à se creuser ces dernières années.

Alliance : Et pour les olim de France… ?

Richard Prasquier :Les programmes Massa, c’est nous ! Ou c’est partiellement grâce à nous… Cent trente mille jeunes, dont beaucoup de Français, ont bénéficié de ces multiples occasions d’études et d’insertion dans la société israélienne - ces séjours de quelques mois et parfois davantage, irremplaçables en vue de la concrétisation du rêve sioniste des nouvelles générations. J’ajoute que nos donateurs peuvent contribuer, depuis cette année, au « Passeport pour la réussite ». C’est une initiative de l’Alliance israélite universelle (AIU). Elle propose à des adolescents nécessiteux, montés seuls ou en famille en Israël, de devenir internes au prestigieux lycée Mikvé Israël de Holon, géré par l’AIU. Bourse, encadrement personnalisé, excellence pédagogique : cela coûte huit mille euros par jeune mais c’est un investissement utile, croyez-moi.

 Alliance : Ces dons sont déductibles de l’Impôt sur la fortune immobilière (IFI). Pourriez-vous préciser les choses à ce sujet ?

Richard Prasquier :C’est très simple. Si vous versez une certaine somme affectée à l’un des deux programmes cités précédemment pour jeunes Français et êtes redevable de l’IFI, alors vous déduirez 75 % de la somme ainsi attribuée au Keren Hayessod, via la Fondation France-Israël reconnue d’utilité publique, de votre impôt. Dépêchez-vous puisque votre déclaration fiscale doit être prête avant le 15 juin !

 

Propos recueillis par Norbert Cohen

Croisière grandiose et gastronomie casher, c’est possible !

Croisère-Kasher-sur un Costa Drima

Croisière grandiose et gastronomie casher, c’est possible !
Kosher Cruise tel : 01 70 61 30 39
Site internet :
http://www.cruise-kosher.com
Page facebook 

Demandez votre tarif 

Non seulement les croisières ne sont plus réservées à une élite, mais de plus il est possible de profiter d’activités impressionnantes (pour trois à six mille personnes, contenance habituelle des bateaux) dans un environnement idyllique… tout en voyageant casher.

Croisière Kasher sur un Costa Drima

Croisière Kasher sur un Costa Diadema

Qu’est-ce que cela signifie ? La mise à disposition d’une synagogue, la présence d’un rabbin à bord qui officie et délivre des cours de Torah et d’une cuisine entièrement conforme aux prescriptions halakhiques.

Demandez un devis 

Quelle entreprise est capable de proposer une telle offre ? Quasiment aucune car elle suppose de réserver au moins cinquante cabines pour la clientèle juive, une organisation parfaite et des reins solides sur le plan financier. C’est pourquoi beaucoup de voyagistes ont baissé les bras.

Kosher Cruise, née en Israël en juin 2015 et dirigée par le francophone Michaël Tashidler (il a réalisé son alyah il y a près de trente ans), est l’une des rares sociétés présentes sur ce marché.

D’autres concepts existent, plus répandus mais pour quels services ?
Il s’agit soit de plateaux-repas pour Juifs pratiquants, qu’il faut réchauffer soi-même dans un micro-ondes, soit de mets tout préparés, généralement surgelés et assemblés dans une cuisine non cashérisée du navire. Rien à voir avec d’authentiques vacances communautaires.

Chez Kosher Cruise, la formule est complètement différente. Vous serez entouré de dizaines de coreligionnaires français, franco-israéliens, américains… Vous aurez droit à des repas gastronomiques confectionnés sur place dans un espace exclusif prévu à cet effet, surveillé par un chomer.

Dans ces conditions, les mauvaises surprises et/ou la routine des plats sans saveur et des produits répétitifs sont exclues ! Sans oublier le lieu de prière « embarqué » et le rabbin, inexistants dans les formules précédentes.

Demandez un devis 

Michaël Tashidler, associé à une entreprise installée aux Etats-Unis et depuis longtemps experte en matière de croisières casher - ce qui explique son professionnalisme et ses moyens importants -, commercialise trois voyages grandioses chaque année :

Pour commencer, dix jours dans la mer des Caraïbes au départ de Miami (Floride) en février. Le prochain aura lieu à dater du 21 février 2019 et il reste quelques places.

On peut choisir aussi la Norvège et ses fjords, inaccessibles sans bateau. C’est une croisière de dix jours également. Elle partira le 10 juin d’Amsterdam, aux Pays-Bas, mais il est déjà trop tard pour espérer obtenir une cabine.

Reste l’option estivale en Méditerranée occidentale : une semaine au départ de Marseille le 5 août ou de Barcelone, le 6.

La capitale de la Catalogne est un point d’ancrage avantageux si vous venez d’Israël, la gamme étendue des vols et tarifs aériens Tel-Aviv/ Barcelone défiant toute concurrence.

La croisière, à bord du Costa Diadema (le plus grand navire de la compagnie Costa), vous emmènera aux Baléares, en Sicile, à Rome… Le label du Rav Nehamia Rottenberg, de la communauté orthodoxe autrichienne de Vienne, vous garantira une casherout irréprochable.

Nouveauté cette saison : Kosher Cruise vous propose en outre de partir le 12 août en Alaska, au départ de Seattle.
Vous découvrirez des paysages immenses et merveilleux tout en bénéficiant des services ultra-performants et du confort qui caractérisent les géants des mers américains.

Prix pour ces voyages tout compris, entièrement juifs et en même temps ouverts sur les multiples activités des croisières grand format d’aujourd’hui (boutiques, bars, attractions, spectacles à foison…) : de 1100 euros à 3500 euros ( mille six cents à trois mille cinq cents euros) environ, selon la catégorie de cabine. Des tarifs plus que raisonnables au regard des prestations hors norme assurées par Michaël Tashidler et son équipe.

Kosher Cruise tel : 01 70 61 30 39
Site internet : http://www.cruise-kosher.com
Facebook 

Demandez votre tarif 

OJM Automobiles: l'incroyable garage avec objectif zéro dépense pour ses clients

OJM Automobiles objectif zéro dépense pour ses clients

OJM : le garage « all inclusive »
139 Avenue Jean Jaures
93300 Aubervilliers

+33 1 48 11 18 18 Demandez Jérémy Partouche avec le code promo 770

Highlights info row image
+33 1 48 11 18 18

 

OJM, vous connaissez… ? Certainement, comme un nombre incalculable de familles juives franciliennes.

On vient de toute la région parisienne dans ce garage si particulier proposant des services exceptionnels, quasi-introuvables ailleurs.

OJM l'incroyable garage avec objectif zéro dépense pour ses clients

OJM l'incroyable garage avec objectif zéro dépense pour ses clients

Installée à Aubervilliers, au 139 de l’avenue Jean Jaurès (près de la station de métro Quatre Chemins et à cinq cents mètres du 19ème arrondissement), la société de réparation automobile fondée en 2004 par Michel Partouche est gérée depuis 2014 par son fils Jérémy.
Ce dernier est aussi chef d’atelier avec Cyril Attal
Cyril est du métier depuis tout jeune et on lui reconnaît sa qualité de son travail qui lui a valu de fidéliser une belle clientèle.
A leurs côtés, deux carrossiers, trois peintres, un mécanicien et une secrétaire-comptable.

Le développement du garage, numéro un dans son secteur géographique, s’explique par le bouche-à-oreille qui a accompagné et suivi la campagne de communication entreprise par OJM (baptisé longtemps CJM) sur la fréquence juive.

Elle a duré des années. Du coup, 80 % des clients appartiennent à notre communauté - quel que soit leur lieu de résidence : le 17ème, Neuilly, Levallois, Sarcelles…
Pendant la grande vague d’alyah, en 2015-2016, beaucoup ont laissé leur voiture ici pour un lifting qui leur a permis de la revendre à bon prix avant de s’envoler pour Israël.

Tel +33 1 48 11 18 18

Mais la vraie raison du succès est ce mélange unique de gentillesse et de prise en charge complète qui caractérise le garage. Une méthode « all inclusive » bluffante.

Ainsi, lorsque vous tombez en panne ou êtes accidenté, un simple coup de fil suffit.

Inutile de vous déplacer ! Si vous êtes médecin, un professionnel mandaté par Jérémy Partouche viendra récupérer votre véhicule à l’hôpital où vous exercez ou devant votre cabinet. Vous êtes coincé à Roissy ? Repartez tranquille en transports en commun, OJM s’occupe de tout.
+33 1 48 11 18 18

Pendant la réparation, vous bénéficiez d’une voiture de remplacement.
La société dispose d’une flotte impressionnante de vingt-six véhicules, y compris des utilitaires, destinés à ces prêts systématiques.

véhicules de courtoisies de OJM Automobiles

véhicules de courtoisies de OJM Automobiles

Avec sa surface de mille mètres carrés et son personnel expérimenté, le garage peut se permettre de proposer des changements ultra-rapides de pneus ou de freins (une heure montre en main), et du « sur mesure » pour les travaux plus longs.

OJM entretient d’excellents rapports avec les experts et compagnies d’assurance mais ne dépend de personne. Il n’a signé aucun contrat d’exclusivité et son savoir-faire administratif et comptable, comme son souci du rapport qualité-prix optimal sont tels que vous n’aurez, dans la plupart des cas, rien à payer de votre poche. Pas même provisoirement.

Pas étonnant, dans ces conditions, que les sites web et forums spécialisés regorgent de commentaires élogieux sur l’équipe de Jérémy Partouche.

OJM l'incroyable garage avec objectif zéro dépense pour ses clients

OJM l'incroyable garage avec objectif zéro dépense pour ses clients

Un journaliste de « Carrosserie Magazine » s’est fendu récemment d’un article de deux pages mettant en avant les qualités de cette entreprise automobile pas comme les autres.

Aussi rare que cela puisse paraître dans cette branche d’activité, la direction n’est pas vraiment intéressée par l’argent. « C’est le contact humain qui me motive, indique le gérant. J’aime offrir un café à mes clients avec le sourire ou les savoir tranquilles, à distance.
La fidélité est au cœur de mon engagement. Cela conditionne sans doute notre réputation ». Au demeurant, plusieurs « people » ont fait réparer leur voiture ici (Claude Lellouche, Mylène Farmer, Mathilda May…).

Chez OJM, on est plus que chouchouté. « Les pièces de rechange sont toujours d’origine, détaille Jérémy Partouche.

Le travail fini, nous nous chargeons gracieusement du nettoyage intégral, intérieur et extérieur - à la peau de chamois - du véhicule.

Et nous nous adaptons en permanence aux besoins de chacun. Dernièrement, une dame âgée a eu la mauvaise surprise de trouver sa voiture rayée. J’ai porté plainte au commissariat à sa place, appelé l’assurance et l’expert moi-même… »

+33 1 48 11 18 18 Demandez Jérémy Partouche avec le code promo 770

Facebook

Site internet

Alex Losky : l’immobilier sans risque en Israël

Alex Losky salons rendez-vous privés Paris et Lyon

Alex Losky : l’immobilier sans risque en Israël

Inscrivez-vous sans engagement à un des trois rendez-vous privés d'Alex Losky

L’agence immobilière Alex Losky, du nom d’un Israélien originaire de Grenoble, a été fondée il y a 29 ans.
Elle réalise la moitié de ses transactions avec des francophones. Elle fut la première sur ce créneau et reste incontournable pour tout Français souhaitant acquérir ou louer un bien dans l’Etat juif pour y habiter ou investir à bon escient.

Alex Losky salons rendez-vous privés Paris et Lyon

Alex Losky salons rendez-vous privés à Paris et Lyon

L’agence, ou plutôt le groupe ne cesse de se développer sous la houlette de la directrice, Yaël Losky, qui a succédé à son père. Une quarantaine de collaborateurs travaillent à ses côtés dans tout le pays ou depuis l’un des trois bureaux de la société.

Deux sont implantés à Jérusalem et un autre à Tel-Aviv.

Signe qui ne trompe pas dans l’univers ultra-concurrentiel et flexible du marché de l’emploi en Israël : ceux qui ont été engagés par Alex Losky il y a belle lurette ou plus récemment par sa fille… sont toujours là ! Ici, la confiance est totale : en interne et vis-à-vis d’une clientèle exigeante et fidèle depuis près de trois décennies.

Si vous recherchez un interlocuteur fiable pour vous lancer dans un achat immobilier sur la terre de vos rêves, difficile de trouver mieux ! De la Haute-Galilée à Eilat, les spécialistes vous le diront : Alex Losky est une entreprise « glatt casher », qualité rare dans le monde des affaires.

Elle représente de surcroît un sas indispensable entre les cultures israélienne et hexagonale.
Le groupe a noué au fil du temps des partenariats avec les meilleurs conseillers financiers, avocats, notaires…ou architectes.

Ces relations privilégiées, il vous en fera profiter - sans jamais décider à votre place mais en vous permettant d’éviter certains écueils et de rencontrer les professionnels adéquats (compétents et moralement irréprochables) pour l’ensemble de vos démarches.

Lors des salons qu’il organise à Paris les 13 et 14 novembre (de 9 h à 21 h) et à Lyon le 15 novembre (aux mêmes horaires), vous bénéficiez d’un rendez-vous personnalisé, qui pourra se prolonger quand vous voudrez : Alex Losky dispose en France d’un correspondant permanent.

La visite ne vous engagera à rien mais pensez que le « crack immobilier » annoncé 100 fois ne s’est jamais produit dans un Etat aussi dynamique et dense qu’Israël.

La demande est telle que les prix continuent et continueront de grimper. C’est même le moment idéal pour acheter, avant que les autorités françaises et israéliennes serrent un peu plus la vis et rendent plus complexes les transactions transnationales !

A Paris et Lyon, l’agence proposera surtout de nouveaux programmes. Or, comme l’explique une collaboratrice de Yaël Losky, « l’appartement que vous achèterez sur plans prendra forcément de la valeur entre la date d’acquisition et la livraison ». Une plus-value par anticipation, en quelque sorte.

Et rassurez-vous : il y en aura pour tous les goûts et tous les budgets, à partir de 350 000 euros. Un quatre pièces flambant neuf dans un quartier de Tel-Aviv proche de Ramat Gan sera même cédé à 5 800 euros le mètre carré.

Une affaire en or, quand on sait que le prix moyen près de la mer dépasse 13 000 euros. Alex Losky offre pourtant des logements exclusifs à 9 400 euros le mètre… à trois minutes à pieds du boulevard Rothschild, en plein centre - sans oublier de nombreux biens situés dans des immeubles entièrement rénovés en vertu de la loi « Tama 38 ». Ils sont aussi confortables que les bâtiments sortant de terre mais nettement moins onéreux pour des prestations quasi-semblables. A ne pas manquer.

 

Renseignements : 01 77 47 12 61

 

Frann Bokertoff ou les mots qui guérissent du silence

Frann Bokertoff au salon du B'nei Brith le dimanche 12 novembre 2017

Frann Bokertoff ou les mots qui guérissent du silence

Frann Bokertoff est une enfant du silence. Ses six livres déjà parus depuis 1999 (aux éditions de la Nerthe et chez Lacour-Ollé) sont marqués par son parcours de petite fille née d’une mère non-juive, élevée au rang de Juste parmi les nations pour son attitude héroïque pendant la guerre, et d’un père juif mal à l’aise avec leurs origines et le souvenir de l’Occupation.

Ils ont très peu communiqué sur ce passé avec leur fille, ce qui explique une quête éperdue dont la concrétisation a commencé dès… 1967 ! A l’issue de la victoire du jeune Etat sur les armées arabes coalisées, Frann Bokertoff, professeure dans le secondaire (elle a grandi dans une école bilingue et a enseigné le français comme l’anglais), a visité Israël pour la première fois. « Mes proches dans ce pays m’ont sauvée de l’omerta pesant sur mon enfance, explique-t-elle. Après de longues recherches, j’ai retrouvé une tante, nommée Ora, habitant là-bas.

Benjamin Ivry

Benjamin Ivry

Une pionnière comme son mari, Benyamin Ivry, qui fit une brillante carrière : bras droit de Golda Meïr - alors chef du gouvernement -, il a aussi appartenu au Mossad, les services secrets… »

De voyage en voyage, elle a appris à connaître la Terre Sainte et compris pourquoi elle s’était toujours mieux entendue avec les Juifs qu’avec les autres. « Cela m’a éclairée sur moi-même », résume-t-elle.

Si sa passion n’est pas à proprement parler spirituelle, elle est tout au moins culturelle et quasiment mystique. Elle maîtrise presque couramment l’hébreu, après une quinzaine d’années de cours (surtout à la synagogue libérale de la rue Copernic).

Son œuvre est nourrie de guematria, cette « science » exégétique qui associe lettres et chiffres pour dévoiler le sens caché des textes bibliques et talmudiques, et des travaux du penseur juif contemporain Marc-Alain Ouaknin, auteur d’une multitude d’ouvrages sur l’herméneutique.

Entre les mailles et la folie de Françoise Bercot

Entre les mailles et la folie de Frank Bokertoff

Des travaux qui ont guidé la propre main de Frann Bokertoff dans sa patiente production littéraire.

Elle vient de publier un septième livre, « Entre les mailles de la folie » (chez Lacour-Ollé). C’est à la fois un récit et une série de chroniques avec un personnage principal, Suzanne, qui lui a été inspiré par la chanson éponyme et énigmatique de Léonard Cohen sur une femme désorientée, « vêtue de haillons », qui provoque l’amour involontairement.

L’intrigue tourne autour de la démence, de la maltraitance dont souffrent trop souvent les malades mentaux ou personnes âgées dépendantes et des mystères que recèle un vieux Juif qui pourrait être le père de l’héroïne. Avec en toile de fond cette culpabilité qu’ont connue les héritiers des drames de la Shoah - « culpabilité qui perdure aujourd’hui », précise Frann Bokertoff.

Pour appréhender les secrets et déchirures qui ont émaillé la vie et les expériences de l’auteure, et qui figurent au cœur de ces pages, rendez-vous au Salon du livre du B’nai B’rith, le 12 novembre, dans les salons de la mairie du 16ème arrondissement de Paris. Vous pourrez non seulement acquérir le livre mais aussi rencontrer une écrivaine dont l’extrême sensibilité vous bouleversera.