Lyora NATAF

Rédactrice en Chef depuis 2003 d'Alliance.Après des études de Lettres à l'université de Marne La Vallée, elle décide de prendre en main la publication du magazine son idée sera d'exploiter la visibilité et la popularité d'Alliance afin d'en faire une vitrine aussi pour nos partenaires. Elle saura également créer les partenariats indispensables à la réussite d'Alliance et à ses annonceurs. Un défi relevé avec succès et que nos partenaires, annonceurs ont pu vérifier depuis toutes ces années .

Les articles de Lyora NATAF

Welp, 1ère plateforme d’entraide bénévole

première plateforme d'entraide bénévole et entièrement gratuite

Welp, 1ère plateforme d’entraide bénévole

Welp me premier site d'entraide bénévole

Welp me premier site d'entraide bénévole

Welp est une plateforme de mise en relation, de personnes qui ont besoin d'aide (particuliers, associations, collectivités) avec des personnes disponibles pour donner un coup de main ponctuellement.

L'objectif de ce site d'entraide entièrement gratuit est de créer du lien, entre voisins, entre jeunes et moins jeunes. Aujourd'hui près de 20 millions de Français ont une activité bénévole, mais le tiers ne veut pas s'engager sur des missions régulières.
Welp répond à cette mutation.

Je veux « welper », mais comment ?

Le fonctionnement est relativement simple, la personne proposant son aide crée une petite annonce en détaillant les missions qu'elle souhaite réaliser (date, lieu, type d'aide). Actuellement il est recensé plusieurs catégories sur le site: garde d'enfants ou d'animaux, visite de courtoisie, don ou prêt d'objet, bricolage, cours particuliers...

Welp dans la pratique

Des cours de skype pour rester en contact avec la famille résidant à l'étranger, la construction d'une cabane en bois pour le petit dernier d'une fratrie, des heures de distribution de repas à des sans-abris, voici quelques exemples concrets des missions réalisées avec Welp. Il suffit de se connecter sur la plateforme pour consulter les annonces selon des critères définis. Après avoir pris contact avec les personnes pouvant aider, il est possible de noter l'expérience pour partager un retour à la communauté Welp. Aucune rémunération, échange ou engagement n'est demandé dans le processus, le service rendu est entièrement gratuit dans un esprit de solidarité pur.

Les bons plans à Tel-Aviv avec l'appli Right Tips

Righ Tips appli les bons plans à Tel-Aviv

 

L'appli bon plan à Tel-Aviv Israël

L'appli bon plan à Tel-Aviv Israël

Alors que le « retail » ne cesse de se développer, une startup, créée par deux jeunes français Nathaniel et Benjamin en 2014 à Tel Aviv se démarque avec l’application mobile RightTips.

Celle-ci propose aux passants, des bons plans lorsqu’ils se trouvent à proximité de certains commerces. Fini les publicités reçu chez soi ou au travail. Les utilisateurs recevront les informations au bon endroit et au bon moment.

Ces bons plans peuvent êtres de toutes sortes: une boutique pourra envoyer des promotions, des coupons de réduction, ou des informations sur une nouvelle collection. Un restaurant pourra communiquer sur le menu du jour. Un musée pourra proposer des visites interactives en envoyant des informations relatives aux œuvres au fur et à mesure de la visite. Les possibilités sont infinies.

Comment cela fonctionne t-il ? :
Des petites balises Bluetooth appelées beacon sont positionnées dans des lieux physiques ici boutiques, restaurants... et envoient directement un signal au Smartphone.

L’intérêt de ces émetteurs est la simplicité d’utilisation, ceux-ci ne nécessitent aucune contrainte d’installation et d’entretien.

Les commerçants équipés d’un beacon sont alors bien plus visibles commercialement, augmentent leurs profits et permettent ainsi la fidélisation de leur clientèle.

Bien évidement, l’utilisateur choisira ses centres d’intérêt afin de recevoir uniquement des notifications qui l’intéressent.

Disponible sur iPhone et Android, cette application donne accès aux PME à un outil révolutionnaire, en effet de plus en plus de personnes utilisent leur smartphone dans leur activité quotidienne.
À Tel Aviv c’est déjà plus de 150 commerces équipés de beacons.

A l’origine de cette application, les deux entrepreneurs ont travaillé sur un système (API) pouvant s’implémenter dans n’importe quelle application. Cette API, permet de faire communiquer un beacon avec un Smartphone.
Au vu de leur succès, ils ont décidé de lancer leur propre application RighTips.

Cette startup a déjà finalisé une première levée de fond, chez des investisseurs privés.

Forte de progression, elle souhaite atteindre ses ambitions en partant à la conquête de grandes villes européennes.

Voici donc une startup à suivre avec attention !

Un petit aperçu de la tempête à Tel-Aviv !

Tempêtes en Israël l'hiver fait son entrée

L'hiver fait une entrée remarquable et remarquée en plein centre d'Israël, inutile de tenter de s'en protéger , les rafales à plus de 50km/heure arrachent plantations et ...parapluies.
Coupures de courant, à noter dans plusieurs villes.
Espérons que cette tornade hivernale refroidissent également les ardeurs de nos "chers voisins"

Israël le pays de tous les extrêmes, même l'hiver c'est dans l'excès !

Merci à Sophie pour ces photos prisent sur le vif !

Tempête à Tel-Aviv aujourd'hui dimanche 25 octobre

Tempête à Tel-Aviv aujourd'hui dimanche 25 octobre

Israël :CINEMA 31ème EDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM A HAIFA

Serge Bromberg2_credit-Festival International du film à Haïfa

Les films français (ou réalisés en co-production) projetés pendant le Festival

« Charlie Chaplin : la légende du siècle » de Frédéric Martin

90 min., en anglais

« Le beau Serge » de Claude Chabrol

99 min., en français, sous-titres en hébreu

Francois retourne dans son village après des années d'absence. Il y retrouve son ami Serge qui, de son mariage avec Yvonne, a eu un enfant trisomique et a sombré dans l'alcool.

« Marius » d’Alexander Korda (1931)

120 min., en français, sous-titres en hébreu

Marius, le fils de Cesar qui tient le "Bar de la marine" ne cesse de rêver au grand large malgré la jolie Fanny bien amoureuse de lui. Pourtant une altercation avec le maître-voilier Panisse, qui courtise Fanny, fera naître l'amour en Marius. Mais l'appel de la mer sera plus puissant et Fanny le préférant libre le laissera partir.

« Orson Welles : Autopsie d’une légende » d’Elisabeth Kapnist

52 min., en anglais

Monstre sacré du 7ème art, le mythe personnifié du créateur, Orson Welles est l’homme qui a réinventé le langage cinématographique à l’âge de 24 ans. Le film est un voyage à la rencontre de l’homme derrière sa légende. Un parcours qui nous entraîne dans le dédale de sa fantaisie et de ses humeurs.

« Rocco et ses frères » de Luchino Visconti (Italie/France)

182 min., en italien, sous-titres en hébreu

Fuyant la misère, Rosaria et ses quatre fils quittent l'Italie du Sud pour Milan où vit déjà l'aîné Vincenzo. Chacun tente de s'en sortir à sa façon. Mais l'harmonie familiale est rapidement brisée : Rocco et Simone sont tous les deux amoureux d'une jeune prostituée, Nadia.

« Adama » de Simon Rouby

85 min., en français, sous-titres en hébreu

Adama, 12 ans, vit dans un village isolé d’Afrique de l’Ouest. Au-delà des falaises, s’étend le Monde des Souffles. Là où règnent les Nassaras. Une nuit, Samba, son frère aîné, disparaît. Adama, bravant l'interdit des anciens, décide de partir à sa recherche. Il entame, avec la détermination sans faille d’un enfant devenant homme, une quête qui va le mener au-delà des mers, au Nord, jusqu’aux lignes de front de la première guerre mondiale. Nous sommes en 1916.

« Avril et le monde truqué » de Christian Desmares

et Franck Ekinci (France/Canada/Belgique)

En français, sous-titres en hébreu

1941. Le monde est radicalement différent de celui décrit par l’Histoire habituelle. Napoléon V règne sur la France, où, comme partout sur le globe, depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement, privant l’humanité d’inventions capitales. Ignorant notamment radio, télévision, électricité, aviation, moteur à explosion, cet univers est enlisé dans une technologie dépassée, comme endormi dans un savoir du XIXème siècle, gouverné par le charbon et la vapeur.

C’est dans ce monde étrange qu’une jeune fille, Avril, part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin, son chat parlant, et de Julius, jeune gredin des rues. Ce trio devra affronter les dangers et les mystères de ce Monde Truqué. Qui enlève les savants depuis des décennies ? Dans quel sinistre but ?

« Tout en haut du monde » de Rémi Chayé (France/Danemark)

81 min., en français, sous-titres en hébreu

1892, Saint-Pétersbourg.

Sacha, une jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fascinée par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Explorateur renommé, concepteur du Davaï, son magnifique navire de l’Arctique, il n’est jamais revenu de sa dernière expédition à la conquête du Pôle Nord. Et maintenant son nom est sali et sa famille déshonorée.
Pour laver l’honneur de la famille, Sacha s’enfuit. En route vers le Grand Nord, elle suit la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.

« Phantom Boy » d’Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli (France/Belgique)

84 min., en français, sous-titres en hébreu

À New York, un mystérieux homme défiguré blesse Alex, un inspecteur de police lancé à ses trousses . Immobilisé à l’hôpital, Alex fait la rencontre de Léo, un garçon de onze ans qui possède la faculté de sortir de son corps. Comme un fantôme, invisible de tous, il s'envole et passe à travers les murs. Le gangster défiguré menace la ville avec un virus informatique. Grâce aux pouvoirs extraordinaires de l’enfant, Alex reprend son enquête.

« La montagne magique » d’Anca Damian (Roumanie/France/Pologne)

89 min., en français, sous-titres en hébreu

La biographie d’Adam Jacek Winker, traverse près d’un demi-siècle d’histoire.

Polonais réfugié à Paris dans les années 60, sa vie aventureuse prend un tournant radical dans les années 80.

Se rêvant chevalier du 20ème siècle, Jacek quitte la France pour combattre les soviétiques aux côtés du commandant Massoud en Afghanistan.

« L’étage du dessous » de Radu Muntean (Roumanie/France/Allemagne/Suède)

93 min., en roumain, sous-titres en hébreu

En rentrant chez lui, Pătrașcu perçoit derrière une porte au deuxième étage de son immeuble les bruits d’une violente dispute amoureuse. Quelques heures plus tard le corps d’une femme est découvert. Ses soupçons se portent sur Vali, le voisin du premier. Et pourtant Pătrașcu ne se rend pas à la police... même lorsque Vali commence à s’immiscer dans sa vie et dans sa famille.

« A trois on y va » de Jérôme Bonnell (France/Belgique)

86 min., en français, sous-titres en hébreu

Charlotte et Micha sont jeunes et amoureux. Ils viennent de s’acheter une maison près de Lille pour y filer le parfait amour. Mais depuis quelques mois, Charlotte trompe Micha avec Mélodie… Sans rien soupçonner, se sentant toutefois un peu délaissé, Micha trompe Charlotte à son tour… mais avec Mélodie aussi ! Pour Mélodie, c’est le vertige. Complice du secret de chacun. Amoureuse des deux en même temps…

« L’échappée belle » d’Emilie Cherpitel

85 min., en français, sous-titres en hébreu

Il est 5 heures du matin, à une terrasse de café, Léon s’assoit à la table d'Eva et lui demande un chocolat chaud. Il a 11 ans et ne connaît pas ses parents. Elle a 35 ans et pas d’enfant. Elle est libre, fantasque et mène une vie de privilégiée. Il est malin, sage et vit dans un foyer. Ils ne vont plus se quitter.

« Fidelio, l’odyssée d’Alice » de Lucie Borleteau Ekinci

95 min., en français, sous-titres en hébreu

Alice, 30 ans, est marin. Elle laisse Félix, son homme, sur la terre ferme, et embarque comme mécanicienne sur un vieux cargo, le Fidelio. A bord, elle apprend qu’elle est là pour remplacer un homme qui vient de mourir et découvre que Gaël, son premier grand amour, commande le navire.

Dans sa cabine, Alice trouve un carnet ayant appartenu à son prédécesseur. La lecture de ses notes, entre problèmes mécaniques, conquêtes sexuelles et mélancolie amoureuse, résonne curieusement avec sa traversée.
Au gré des escales, au milieu d’un équipage exclusivement masculin, bercée par ses amours qui tanguent, Alice s’expose au bonheur de tout vivre à la fois et tente de maintenir le cap…

« Asphalte » de Samuel Benchetrit

100 min., en français et en anglais, sous-titres en hébreu

Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages.
Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ?
Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 80 ?
Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ?

« La tête haute » d’Emmanuelle Bercot

119 min., en français, sous-titres en hébreu

Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

« La belle saison » de Catherine Corsini

105 min., en français, sous-titres en hébreu

1971. Delphine, fille de paysans, monte à Paris pour s’émanciper du carcan familial et gagner son indépendance financière. Carole est parisienne. En couple avec Manuel, elle vit activement les débuts du féminisme. Lorsque Delphine et Carole se rencontrent, leur histoire d'amour fait basculer leurs vies.

« La rivière sans fin » d’Oliver Hermanus (Afrique du Sud/France)

110 min., en anglais, sous-titres en hébreu

Une famille française part s'installer en Afrique du Sud.

« Trois cœurs » de Benoît Jacquot

106 min., en français, sous-titres en hébreu

Dans une ville de province, une nuit, Marc rencontre Sylvie alors qu’il a raté le train pour retourner à Paris. Ils errent dans les rues jusqu’au matin, parlant de tout sauf d’eux-mêmes, dans un accord rare. Quand Marc prend le premier train, il donne à Sylvie un rendez-vous, à Paris, quelques jours après. Ils ne savent rien l’un de l’autre. Sylvie ira à ce rendez-vous, et Marc, par malheur, non. Il la cherchera et trouvera une autre, Sophie, sans savoir qu’elle est la sœur de Sylvie…

« Alias María » de Jose Luis Rugeles (Colombie/Argentine/France)

92 min., en espagnol, sous-titres en hébreu

María, 13 ans, est une jeune soldate de la guérilla. On lui donne pour mission de protéger le nouveau-né du commandant. Elle-même est enceinte et décide de garder sa grossesse secrète pour ne pas être contrainte à avorter par le médecin du camp. A travers son regard, le film nous dévoile la terrible réalité du conflit armé en Colombie.

« Le Bois dont nos rêves sont faits » de Claire Simon (France/Suisse)

144 min., en français, sous-titres en hébreu

« Francofonia, le Louvre sous l’Occupation » d’Alexander Sokurov

87 min., en français, russe et allemand, sous-titres en hébreu

1940. Paris, ville occupée. Et si, dans le flot des bombardements, la guerre emportait La Vénus de Milo, La Joconde, Le Radeau de La Méduse ? Que deviendrait Paris sans son Louvre ?

Deux hommes que tout semble opposer – Jacques Jaujard, directeur du Louvre, et le Comte Franz Wolff-Metternich, nommé à la tête de la commission allemande pour la protection des œuvres d’art en France – s’allient pour préserver les trésors du Musée. Au fil du récit de cette histoire méconnue et d’une méditation humaniste sur l’art, le pouvoir et la civilisation, Alexandre Sokourov nous livre son portrait du Louvre.

« Les Souvenirs » de Jean-Paul Rouve

92 min., en français, sous-titres en hébreu

Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l'instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s'en foutre. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu'à une chose : séduire une fille, n'importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu'elle fait avec tous ces vieux.

Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s'est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…

« Madame Courage » de Merzak Allouache

90 min., en arabe, sous-titres en hébreu et en anglais

Omar, adolescent instable et solitaire, vit dans un bidonville de la banlieue de Mostaganem. C’est un garçon accro aux célèbres psychotropes surnommés « madame courage ». Des comprimés d’Artane très prisés par les jeunes Algériens pour leur effet euphorisant d’invincibilité. Spécialiste du vol à l’arraché, Omar va, ce matin-là, comme à son habitude, commettre ses forfaits dans le centre-ville. Sa première proie s’appelle Selma, une jeune fille qui se promène avec ses copines et porte - bien en évidence - un collier en or. Alors qu’il commet son acte, Omar croise le regard de Selma.

 

Présence exceptionnelle de Claude Lanzmann_credit-Festival International du film à Haïfa

Présence exceptionnelle de Claude Lanzmann_credit-Festival International du film à Haïfa

L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël ont le plaisir de vous annoncer :

CINEMA
31ème EDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM A HAIFA

24 films français sélectionnés par le Festival

Présence exceptionnelle du réalisateur de « Shoah », Claude Lanzmann

Du 26 septembre au 5 octobre 2015

Le 26 septembre prochain démarre la 31ème édition du Festival International du Film à Haïfa. L’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël sont partenaires de cet événement. Le Festival projettera cette année pas moins de 24 films français (ou réalisés en co-production) et rendra hommage au réalisateur Claude Lanzmann.

Le 26 septembre 2015 à 19h45 s’ouvrira le 31ème Festival International du film à Haïfa dans l’auditorium Rappaport en présence de Miri Regev, ministre de la culture, Yona Yahav, maire de de Haïfa, Pnina Blayer, directrice artistique du Festival, Catherine Crosnier, consule de France à Haïfa et Barbara Wolffer, conseillère culturelle de l’Ambassade de France en Israël. Lors de cette cérémonie d’ouverture, un hommage sera rendu à Claude Lanzmann, invité d’honneur du Festival, pour les 30 ans du film « Shoah » et pour célébrer son 90ème anniversaire. Un prix saluant l'ensemble de son œuvre lui sera décerné. A 21h30, sera projeté en ouverture du Festival le film de Stephen Frears, « The program », réalisé en co-production avec la France.

Jusqu’au 5 octobre, les publics israélien et francophone pourront découvrir ou re-découvrir 24 films français ou réalisés en co-production avec la France sélectionnés par le Festival dont « La tête haute » d’Emmanuelle Bercot présenté en ouverture du Festival de Cannes 2015, « La belle saison » de Catherine Corsini, présenté au Festival du film de Locarno 2015, « 3 cœurs » de Benoît Jacquot, nominé dans plusieurs compétitions internationales dont la Mostra de Venise en 2014, et « Les souvenirs » de Jean-Paul Rouve.

Le Festival proposera en outre une rétrospective des films de Claude Lanzmann avec les projections de « Shoah » (1985), « Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures » (2001), « Le rapport Kaski » (2010) et « Le dernier des Injustes » (2013).

Egalement invité par le Festival, Serge Bromberg, fondateur et PDG de Lobster Films, plus importante société de restauration et distribution de films classiques en France, fera partie du jury de la compétition officielle du Festival. En tant qu’expert sur Chaplin, il animera aussi une Master Class.

Par ailleurs, plusieurs invités français, professionnels de la production et de la distribution, participeront à la journée de pitching programmée le mercredi 30 septembre sur le thème des longs métrages de fiction israéliens. Seront présents : François Yon, PDG de la société Films Distribution et vice-président de l’Association des Exportateurs de films (ADEF), Mathieu Delaunay, responsables des ventes internationales chez Memento Films, Marine Goulois, responsable des ventes internationales chez Les Films du Losange, et Arnaud Bélangeon-Bouaziz, responsable marketing, en charge des festivals et des artistes pour la société Urban Distribution International.

Le samedi 3 octobre, l’Institut français de Haïfa propose, en marge du Festival, une soirée française avec, à 18h, une séance dédiée à Charlie Chaplin au cours de laquelle Serge Bromberg accompagnera au piano la projection de trois de ses films restaurés. Cette séance sera suivie de la projection du film « Les souvenirs » de Jean-Paul Rouve en présence de Yona Yahav, Pnina Blayer et Serge Bromberg.

Les films français (ou réalisés en co-production) projetés pendant le Festival


Anne-Sophie Trouillard

La grande distribution n'a qu'à bien se tenir :Amazon se lance dans la grande distribution

une première après les livres l'épicerie le lien ? Amazon

La grande distribution n'a qu'à bien se tenir ! Fidèle à sa stratégie de diversification, qui l'a amené à ne plus se cantonner à la vente de livres à commercialiser plus généralement toutes sortes de produits culturels (mais pas seulement), le géant du commerce électronique Amazon est en train d'ajouter une nouvelle corde à son arc : cette fois, c'est le secteur alimentaire qui est visé.

une première après les livres l'épicerie le lien ? Amazon

une première après les livres l'épicerie le lien ? Amazon

Amazon vient en effet de lancer une nouvelle boutique – encore en version bêta – dans l'Hexagone qui est centrée sur les articles que l'on peut trouver dans une épicerie. À terme, la plateforme souhaite proposer 34 000 références pour tous les âges (du bébé à l'adulte) et pour toutes les séquences alimentaires de la journée (petit-déjeuner, déjeuner, goûter, apéritif, dîner).

35 000 RÉFÉRENCES, UNE RUBRIQUE ALCOOL
Au total, la boutique épicerie présente vingt-cinq catégories :
Cafés, thés, infusions, chocolats chauds, substituts de café, confiseries, biscuits, céréales & muesli, chocolats, ingrédients pour la pâtisserie, eaux, jus de légumes, boissons gazeuses, jus de fruits, eaux de coco, pâtes & nouilles, légumes secs & riz, sauces, huiles & vinaigres, olives & condiments, laits infantiles, céréales pour bébé, repas, goûters pour bébé, boissons pour bébé.
Cette boutique est accompagnée par l'arrivée d'une section annexe, dédiée aux alcools : cela va des bières aux champagnes & vins mousseux, en passant par les cidres, les mélanges pour boisson & les cocktails, les sakés, les spiritueux, les vins, les vins de fruits et de saison, les vins liquoreux & les vins de dessert.

Amazon précise que les personnes suivant un régime alimentaire particulier (végétarisme, intolérance au gluten, agriculture biologique, alimentation dans un cadre sportif...) trouveront aussi des références qui balaient, selon la société, des plus grandes marques aux "petits producteurs locaux", en passant par les sociétés de taille intermédiaire.

UNE ÉTAPE AVANT LES PRODUITS FRAIS ?
Pour l'instant, Amazon ne propose pas de livrer en France des denrées alimentaires rapidement périssables comme du lait frais ou de la viande en barquette. Les articles proposés sur le site peuvent être conservés un certain temps sans risque pour la santé.

Mais il suffit de voir ce que fait le site de e-commerce aux États-Unis pour avoir une petite idée de ce que attend la France un jour.

En effet, après avoir lancé une épicerie proposant des produits pouvant se garder longtemps, la plateforme américaine a lancé, à titre expérimental, Amazon Fresh qui, comme son nom l'indique, se concentre sur les aliments qui se dégradent rapidement. Ce service est en place depuis 2007 à Seattle et a été étendu au fil des ans à d'autres grandes villes du pays.

Mahmoud Abbas invité par la mairie de Paris pour la journée de la paix ...

BVCA demande des excuses publics de la part de Mahmoud Abbas

Le Bureau National de Vigilance Contre l'Antisémitisme reçoit un nombre important de protestations émanant de correspondants qui bien que n'étant pas opposés à l'invitation faite par la Mairie de Paris au Président palestinien Mahmoud Abbas, sont choqués par le choix de cette date qui célèbre la JOURNEE DE LA PAIX

Mahmoud Abbas palestine à paris

Mahmoud Abbas palestine à paris

Le BNVCA et ses correspondants amis de la paix,reçoivent cela comme un affront notamment après les propos discriminatoires et racistes prononçés par Mr ABBAS à propos de la Ville Sainte de Jérusalem, capitale d'Israel .

Après les violences provoquées sur le Mont du Temple par des musulmans palestiniens, le jour même du Nouvel An juif, Mr ABBAS a déclaré ’“qu'aucun des lieux saints de Jérusalem appartient à Israël.""Ils sont tous à nous et nous ne les laisserons pas les profaner avec leurs pieds sales," Il est clair qu'il désigne les juifs et ajoute "Nous allons protéger Jérusalem et allons protéger nos lieux saints chrétiens et musulmans. Nous ne quitterons pas notre patrie. Nous garderons chaque atome de la terre dans ce pays.

"De surcroît Mr ABBAS a salué les fidèles musulmans qui harcèlent les visiteurs juifs au Mont du Temple. "Chaque goutte de sang qui a été répandu à Jérusalem est pure tant qu'elle est pour l'amour d'Allah. Chaque 'shahid' (martyr) sera dans le ciel et chaque personne blessée sera récompensée, par la volonté d'Allah "

Il déclaré cette fois en arabe "il ne faut pas que les juifs souillent le sol de l'esplanade' et qu'il bénissait chaque goutte de sang versé pour Jérusalem"

Nous attirons l'attention de Madame la Maire de Paris sur la violence de ces propos manifestement ségrégationnistes ,négationnistes , et ouvertements antijuifs.Nous demandons à Mme Anne HIDALGO d'exprimer au président ABBAS les observations, critiques voire les condamnations et mises en garde qui s'imposent . Notre pays qui lutte contre l'antisémitisme ne peut et ne doit laisser passer ce type de déclarations qui sont de nature à enflammer plus encore ce fléau qui a tué des policiers francais, des journalistes français, des écoliers juifs frrançais et des citoyens juifs au motif de "venger les enfants paestiniens

Nous rappelons que le nom même de Jérusalem est exclusivement d'origine juive. Le Temple a été bâti par le roi David et Salomonl . Agissant comme aujourd'hui les djihadistes de l'E I qui possèdent ou détruisent tout ce qui n'est pas musulman,les palestiniens qui par aileurs ont poussé les chrétiens orthodoxes à fuir la palestine,se sont accaparés l'esplanade du Mont du Temple qu'il ont abusimement et improprement baptisée " Esplanade des Mosquées,"

Nous demandons à madame Hidalgo qu'elle obtienne de son hôte des excuses officielles et publiques sans lesquelles les juifs de France se sentiront outragés et offensés .

La France est en guerre contre Daesh et cette guerre se gagnera au sol ou ne se gagnera pas

Meyer Habib la guerre contre le DAESH se fera au sol ou pas

Meyer Habib Communiqué de presse

Meyer Habib (UDI) : « La France est en guerre contre Daesh et cette guerre se gagnera au sol ou ne se gagnera pas »

Le 27 mai dernier déjà, dans une question orale au Premier ministre, je dressais ce constat sans appel : « La stratégie de lutte contre Daesh est un échec total. […]Une stratégie se juge aux résultats. A ce jour, ils sont catastrophiques ! Les frappes aériennes, ça ne suffit pas. On ne gagne pas une guerre par procuration. Cette guerre se gagnera au sol ou ne se gagnera pas, a minima par un appui terrestre à des alliés fiables […] »

Cela fait longtemps qu’on aurait dû agir pour tenter d’anéantir la menace djihadiste sans attendre l’actuelle crise des réfugiés. L’émotion, évidemment légitime, et la gestion de l’urgence ne peuvent faire office de politique. L’immense majorité des experts militaires dénonce l’insuffisance des seules frappes aériennes contre l’EI en Iraq et en Syrie. Quand on exclue, d’office et a priori, toute intervention au sol, on l’invalide totalement ! En s’alignant de fait sur la position américaine notre pays a adopté la non-stratégie d’Obama au Moyen-Orient, celle qui maintient les tyrans, fait prospérer le djihadisme, sert l’impérialisme iranien et expose, in fine, les minorités chrétienne et yézidie aux pires exactions.

On ne s’attaque pas à la cause racine : Daesh, bien sûr, mais aussi l’oppression sanglante du régime Al-Assad et l’impérialisme chiite de la République islamique d’Iran, qui ont engendré le monstre qu’est Daesh. Bien au contraire ! Après s’être incliné en 2013 suite à la reculade d’Obama, qui avait refusé de frapper l’armée d’Assad après le franchissement de la ligne rouge et l’usage d’armes chimiques contre des populations civiles, ce renoncement d’intervenir au sol aura pour seul effet de perpétuer le statu quo. Après l’accord nucléaire avec l’Iran, qui lui ouvre, s’il en respecte les termes, accès à la bombe à un horizon de dix ans maximum, cette option stratégique viendra renforcer encore la République islamique. Une fois encore, les peuples de Syrie, d’Iraq, du Liban et les Chrétiens d’Orient seront les grands perdants.

En faisant le jeu de l’Iran et de son impérialisme chiite, comment espérer associer efficacement les pays modérés sunnites de la région à la lutte contre le djihadisme ? Pire, cette stratégie d’alliance indirecte avec l’Iran donne l’impression que les puissances occidentales sont aveugles face à la menace iranienne et affichent une préférence pour l’islamisme chiite, aussi sanguinaire même s’il ne revendique pas de façon aussi monstrueusement spectaculaire ses exactions barbares. L’Iran, qui instrumentalise le chaos actuel pour asseoir son emprise sur le Moyen-Orient, reste la matrice du djihad global. République islamique chiite et Etat islamique sunnite sont les deux faces d’une même pièce !

Après plus de quatre ans d’une guerre civile d’une extrême violence, qui a déjà coûté la vie à près de 300 000 personnes, irrémédiablement appauvri le patrimoine mondial de l’humanité, mis des millions d’hommes et de femmes sur les routes de l’exil et qui menace l’existence même des communautés chrétiennes dans leur berceau historique, l’heure est venue de prendre nos responsabilités ! Face à ce drame humain qu’est cette migration de masse de populations menacées, les solutions de court terme ne peuvent suffire. Une stratégie globale et durable qui répond aux racines du problème s’impose. Nous devons gagner cette guerre, nous n’avons pas le choix, il en va de l’avenir de notre civilisation ! Une coalition crédible et, hélas, une intervention terrestre, en font partie.

Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Egypte

les migrants et la position du CRIF : Tu accueillera l'étranger comme toi même car tu as été étranger en Egypte
Les principales organisations juives solidaires des réfugiés accueillis en France

« Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Egypte » (Lévitique XIX, 34)

Réunis le 9 septembre à l’initiative du Grand Rabbin de France, Haïm Korsia au Consistoire, en présence de son Président, Joël Mergui, les représentants des principales organisations juives ont évoqué la situation dramatique des enfants, des femmes et des hommes qui affluent depuis des mois aux portes de nos frontières.

Très sensibles à l’engagement du gouvernement et des autorités publiques - fidèles en cela à la tradition et aux valeurs d’asile et d’hospitalité de la France - d’accueillir 24 000 personnes sur le territoire français, ces organisations, particulièrement ébranlées par la détresse et la souffrance des réfugiés, s’associent à l’élan de solidarité de la société civile.

Guidées par la notion de Tikkoun Olam (« réparation des brisures du monde ») issue de la philosophie juive et conscientes qu’un combat moral se joue aujourd’hui dans une société parfois trop marquée par l’individualisme, ces institutions s’engagent à accompagner - chacune selon ses compétences et attributions et en concertation étroite avec ses partenaires traditionnels - les réfugiés dans leurs démarches, notamment administratives et médicales. Elles se mobilisent également pour leur offrir un soutien psychologique et humain et se proposent de recevoir des enfants isolés, dans le cadre de structures existantes. D’autres

initiatives, comme la collecte de vêtements et de jouets pour les plus jeunes notamment, seront lancées dans les prochains jours et contribueront à faire vivre ce verset biblique incontournable : « Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Egypte » (Lévitique XIX, 34).

Alliance Israélite Universelle
B’nai Brith de France
Eclaireuses Eclaireurs Israélites de France CASIP-COJASOR
Consistoire
Fonds Social Juif Unifié de France
Œuvre de Secours aux Enfants
Union des Etudiants Juifs de France European Union of Jewish Students

Avec le soutien du CRIF et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah

Discours de Haïm Korsia, Grand Rabbin de France

Haim Korsia grand rabbin de France au Vatican une première historique

Cérémonie à la mémoire des Martyrs de la Déportation Dimanche 6 septembre 2015

Discours de Haïm Korsia,Haïm Korsia, Grand Rabbin de France

 

Il y a tout juste 70 ans, les camps d’extermination étaient libérés par les forces alliées. Le monde découvrait l’horreur insoutenable de la barbarie nazie. Des enfants, des vieillards, des femmes, des hommes, parqués dans des camps avec la ferme intention de les éliminer, mais avant, de les déshumaniser, d’en faire des morceaux, des Stücke ; « des hommes décharnés, le front courbé et les épaules voûtées, dont le visage et les yeux ne reflètent nulle trace de pensée », décrit Primo Levi dans Si c’est un homme ; des millions de personnes destinées à une mort certaine, industrielle et systématique, soumises à des tâches exténuantes ou directement « sélectionnées » pour la chambre à gaz.

En 1947, le Grand Rabbin Jacob Kaplan, se tenant à ma place, avait déclaré : « ce n’est pas à moi que devait revenir l’honneur de prendre la parole aujourd’hui, mais à un rabbin qui serait rentré d’un camp de concentration nazi. Hélas ! Il n’en est pas un qui puisse se présenter devant vous. Pas un n’est revenu... » Parce que ces rabbins qui auraient dû revenir nous ont tant inspirés, parce que leur incroyable courage n’a d’égal que leur destin brisé, j’ai souhaité, avec l’aide du Keren Kayemet Leisrael, ériger une forêt pour leur rendre hommage et perpétuer leur mémoire. Et à travers eux, ce seront tous ceux qui ont fait vivre le judaïsme dans des conditions si terribles à qui nous rendrons l'hommage qui leur revient.

Pourquoi, d’année en année, perpétuer ainsi la mémoire de la Shoah? Enseigner n’est pas guérir, mais tirer les leçons de l’Histoire, prévoir et prévenir. Ce n’est ni par culte de la mort, ni par obsession du passé, mais parce qu’il est de notre devoir d’enseigner à nos enfants, veshinantam levanekha (Deut. VI, 7) et de porter au monde ce que l’homme, mû par d’épouvantables ambitions, a pu un jour faire d'un autre homme.

Nous honorons la mémoire des 6 millions d’âmes disparues, mais nous célébrons aussi la vie. Nous savons, disons, répétons l’horreur des camps et, tout autant, les sauvetages, les libérations, l’héroïsme. Nous rendons hommage aux Justes et aux résistants et nous dénonçons la politique collaborationniste du régime de Pétain qui livra les juifs à l’occupant.

Je voudrais ici saluer la démarche si forte du Prince Albert II de Monaco, qui a récemment demandé pardon pour l’intervention active de la Police monégasque lors de la rafle du 27 août 1942.

Je veux remercier chaleureusement le Président de la République qui s'est rendu, comme je l'avais suggéré, au camp de Natzweiler-Struthof le 26 avril dernier.

Je souhaite vous faire part de mon émotion toute particulière, au moment-même où sont enterrés, au cimetière de Cronenbourg, des restes des 86 Juifs gazés dans ce camp, retrouvés en juillet dernier. La visite historique du Président de la République au Struthof, seul camp sur le territoire français à disposer d’une chambre à gaz, a permis de marquer les consciences et de montrer – si besoin était – que le mal n’est pas toujours aussi éloigné de nous que ce que nous voudrions bien croire.

Le mal n'est jamais loin de nous, car il est aussi en nous. Comment ne pas évoquer les maux qui rongent aujourd’hui notre monde ? Combattons-nous assez l’extrémisme et les nouveaux totalitarismes ? Sommes-nous assez âpres à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme qui tue pourtant, aujourd’hui encore, partout et tout le monde ?

L’an dernier, je dénonçais fermement devant vous les manifestations dans les rues de France, au cours desquelles les cris « mort aux juifs » avaient si sinistrement retenti, l’attaque de synagogues, mais aussi l’exacerbation de violences antisionistes et antisémites.

Début janvier, la communauté nationale, et la communauté juive en particulier, ont été la cible de la terreur, frappées au cœur, meurtries dans leurs chairs ; mais profondément affectée, la Nation a dignement fait face. Le 11 janvier dernier, la société, trop longtemps muette et passive, est sortie de son silence apeuré ou complice, elle s’est massivement levée pour affirmer sa détermination à vivre en fraternité.

Ensemble, nous sommes descendus dans les rues partout en France pour dénoncer ces actes odieux et retrouver notre espérance commune : la République. Aujourd’hui, il nous faut agir ! Agir pour lutter, dans un front uni, contre le terrorisme et tous ceux qui instrumentalisent et dévoient la religion pour tuer au nom de Dieu, d’où qu’ils viennent et quels qu’ils soient. Agir, pour ne laisser personne au bord du chemin de la vie.

Quel engagement pouvons-nous prendre pour les minorités persécutées d’Orient ?

Quelles actions en faveur des migrants, ces réfugiés qui affluent depuis des mois dans des conditions insupportables vers les terres européennes, fuyant la guerre, la pauvreté, la souffrance indicible ? La France, terre d’asile et d’accueil, la France, berceau des droits de l’homme, ne peut fermer les yeux sur ces femmes et ces hommes qui échouent aux portes de nos frontières, avec pour seul espoir, celui de vivre.

La France, qui rayonne dans le monde entier de par ses valeurs d’humanisme, d’universalité et de partage, ne peut se taire face à l’épreuve de ses frères humains. N'oublions pas le terrible verdict de Chantecler dans le Roman de Renart : « Maudits soient les yeux qui se ferment quand ils doivent rester ouverts ».

J’appelle de mes vœux un sursaut civique et humain, des gestes forts de notre pays et de l’Union européenne pour que des solutions soient trouvées au plus vite. Ce verset biblique vaut pour chacun : « Tu aimeras l’étranger comme toi-même, car tu as été étranger en terre d’Egypte» (Lévitique XIX, 34).

C'est ce dont nous parlerons prochainement avec les dirigeants des grandes organisations de la communauté juive, afin de retrouver la force si simple et si parfaite du message du cardinal Saliège de Toulouse en 1942 : « Les Juifs sont des hommes, les juives sont des femmes ». Oui, ce message s’applique à tous.

Nous devons être les Saliège et les Théas, les Trocmé et les Boegner de notre temps et dire, en mémoire de nos disparus et en fidélité avec nos valeurs : « Les migrants sont nos frères en humanité ».

krokorshia

 

Quand la prestigieuse Maison Hédiard célèbre Rosh Hachana !

Fêtez Rochachana avec les Corbeilles de fruits de chez Hédiard

FÊTEZ ROCH HACHANA AVEC HÉDIARDTout le prestige de la maison Hediard dans la corbeille de fruits de Rosh Hachana.Une magnifique façon d'allier élégance, luxe et tradition juive et de faire plaisir à ceux que vous aimez.

Commandez vos corbeilles de fruits pour Rosh Hachana

La Maison Hédiard célèbre Rosh Hachana

Hédiard célèbre le fruit, et révèle une palette infinie de saveurs avec quatre
créations uniques de notre confiseur. Composées de fruits frais et de fruits secs,
de fruits exotiques et de saison, tous soigneusement sélectionnés pour la
richesse de leur goût, elles seront idéales pour les fêtes de Roch Hachana,
à partager avec vos proches.

Pour commandez et envoyez cliquez-ici

Pour tous renseignements vous pouvez appeler au 01 46 52 22 23