Judith Douillet

Niçoise d'origine, Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 14 ans. Elle est traductrice hébreu-français, rédactrice et correctrice, et écrit pour Alliance depuis 3 ans. Sa passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Quand l’église catholique veut apprendre aux Juifs comment lutter contre les abus sexuels

Quand l’église catholique veut apprendre aux Juifs comment lutter contre les abus sexuels

En mai, le pape François a publié une décision détaillée sur la manière dont les responsables de l'Église catholique romaine doivent traiter les cas d'abus sexuels commis par des religieux, la première codification officielle de la politique mondiale de l'Église.

Bien que les survivants d'abus aient critiqué la décision du pape comme étant insuffisante car elle n’a été approuvée "qu’à titre d’expérience pendant trois ans", sa déclaration précise que les accusations d’abus devraient être traitées efficacement étant donné le soutien du chef de l’Église catholique.

Pourtant, cette déclaration ne reflète pas un changement de priorités, mais une évolution vers une plus grande responsabilité publique au cours des décennies de lutte de l'Église, aux prises avec des allégations d'abus.

Il n'y a pas l'équivalent d'un pape dans le monde juif, pas d'organisme centralisé qui puisse faire des déclarations radicales sur la manière dont les abus et le harcèlement sexuels devraient être traités. Mais il y a beaucoup de professionnels juifs et tous les professionnels religieux qui travaillent à améliorer notre réponse communautaire aux abus sexuels peuvent tirer des enseignements de la décision prise par le pape.

Au lendemain de l'enquête du Boston Globe Spotlight de 2002, un certain nombre d'archidiocèses aux États-Unis ont commencé à professionnaliser leur réponse aux accusations d'abus - certaines dans une bien plus large mesure que ce que le pape avait annoncé le mois dernier.

Il ne s'agissait pas seulement de faire ce qui était juste, mais bien d'assurer leur survie. Selon un article paru en 2018 dans le National Catholic Reporter, "au cours des 14 dernières années, 19 diocèses et ordres religieux catholiques des États-Unis se sont placés sous la protection de la loi sur la faillite en raison de la crise des abus sexuels commis par le clergé".

La ville de New York, qui abrite l'un des plus grands archidiocèses du pays, a créé un poste permettant de traiter les plaintes non pas par un prêtre, mais par un ancien procureur fédéral.

J'ai d'abord parlé avec Edward Mechmann, directeur de la politique publique à l'archidiocèse de New York et directeur du Safe Environment Office à l'archidiocèse, il y a trois ans, comme source pour un autre article et plusieurs autres fois en mai alors que je rapportais cet article.

Bien qu'il soit catholique pratiquant et employé par l'archidiocèse, il est clair qu'il ne se considère pas comme une équipe de nettoyage pour les prêtres déviants. Au cours des 14 dernières années, le rôle de Mechmann a consisté, entre autres, à offrir de la formation et à examiner les antécédents de toutes les personnes travaillant avec les enfants, ainsi qu'à aider l'archidiocèse à réagir aux incidents de maltraitance d’enfants.

Un rôle équivalent n'existe généralement pas dans les institutions communautaires juives. Lorsqu'il y a des allégations d'abus, les avocats sont rapidement convoqués pour s'occuper des conséquences. À maintes reprises, notre approche habituelle consiste à offrir au rabbin ou à l'enseignant accusé un congé sans solde pendant que l'école ou la synagogue et l'avocat de la partie accusée se mettent au travail. Pendant ce temps, on demande aux fidèles, aux parents et aux élèves de ne pas porter de jugement et d'éviter de poser trop de questions.

Edward Mechmann est directeur des politiques publiques à l'archidiocèse de New York et directeur du Safe Environment Office à l'archidiocèse.

Edward Mechmann est directeur des politiques publiques à l'archidiocèse de New York et directeur du Safe Environment Office à l'archidiocèse.

Comparez cette réponse juridique à la façon dont l'Église catholique de New York gère maintenant tout comportement inapproprié impliquant des mineurs. À la fin de l'année dernière, alors qu'un évêque auxiliaire était confronté à des accusations, le cardinal Dolan, archevêque de New York, a publié une lettre, indiquant clairement qu'une allégation d'abus sexuel à l'endroit d'un mineur avait été présentée et qu'un comité d'examen non professionnel avait "examiné attentivement l'allégation, qui concerne des incidents survenus il y a des décennies, et conclu que les preuves étaient suffisantes pour pour prouver que l'allégation était crédible et fondée".

Une lettre adressée à la congrégation épiscopale de l'évêque accusé précisait également que toute personne faisant l’objet d’allégations devait s’adresser au coordonnateur de l’aide aux victimes ou au procureur du Bronx.

Cela n'a pas toujours été ainsi, bien que des changements soient en train de se produire aux États-Unis depuis un certain temps, m'a dit M. Mechmann.

"De toute évidence, nous étions conscients depuis longtemps du problème [des abus sexuels]", a dit Mme Mechmann. "Mais c'est à la suite des révélations sur les abus à Boston que tout a changé."

En 2002, la Conférence des évêques catholiques des États-Unis a adopté une Charte sur la protection des enfants et des jeunes, qui établit bon nombre des protections décrites par le pape dans sa décision de 2019, et exige un audit annuel de la mise en œuvre.

"Après l'adaptation de la charte, le nombre d'allégations d'abus contemporains a chuté de façon spectaculaire et nous avons vraiment assisté à un changement significatif", m'a confié Mechmann. "Nous avons aussi mis en place un programme d'indemnisation des victimes, et nous avons publié une liste des prêtres contre lesquels des allégations crédibles ont été formulées."

Un sondage Pew réalisé ce mois-ci montre à quel point cette réforme est urgente : 69% des catholiques interrogés étaient d'accord pour dire que " les mauvais traitements infligés par le clergé catholique constituent un problème récurrent ", 27% affirment assister à la messe moins souvent en raison des rapports d'abus et de mauvaise conduite, et 26% déclarent avoir réduit leurs dons à leur église ou diocèse.

L'enquête a également révélé que les Américains sont pessimistes quant à la capacité de toute institution religieuse à contenir les abus sexuels : 34% ont répondu que " les abus sexuels envers les enfants sont plus fréquents chez les membres du clergé et les autres chefs religieux que chez les autres adultes travaillant avec des enfants ", et 57% pensent que c'est tout aussi fréquent.

Bien qu'il y ait eu des faux pas importants et publics en cours de route, l'Église catholique a, à bien des égards, tiré des leçons de ses erreurs et élaboré des protocoles et des procédures pour traiter les allégations d'abus afin d'assurer leur survie.

La communauté juive n'a malheureusement pas fait de même.

Avant octobre 2017, lorsque les histoires de harcèlement sexuel au sein de la communauté juive avaient explosé, le Dr Guila Benchimol, sociologue spécialisée dans la victimisation sexuelle dans les communautés religieuses et plus particulièrement dans les communautés juives, m'a dit qu'il y avait eu des discussions sur un système d'accréditation dans le monde juif, notamment une structure centralisée de rapports et de responsabilisation, mais que cela ne s'est pas encore concrétisé.

Un organisme d'agrément composé de professionnels de l'application de la loi, de criminologues et de professionnels de la santé mentale de différentes confessions pourrait aider à rédiger des lignes directrices sur la prévention des mauvais traitements, prendre des plaintes ou même créer une liste des organismes qui selon lui, disposent des protections adéquates. Un tel organisme centralisé pourrait aussi rendre plus difficile pour un prédateur de passer inaperçu dans les communautés et les organisations juives.

Mais même en l'absence d'un organisme centralisé, il existe plusieurs mesures que les organisations juives peuvent et devraient prendre.

Avant que des abus ne soient signalés à une synagogue ou à une organisation, les institutions juives doivent élaborer des directives claires - en consultation avec des experts en prévention des abus plutôt qu'avec des rabbins - pour contrôler leur personnel, fournir des garanties contre les abus et traiter les allégations.

Les institutions juives doivent également s'engager dans une politique de transparence : La préoccupation première ne peut pas être de limiter la responsabilité, mais de répondre aux besoins des victimes.

Au début de nos conversations sur les réactions des diocèses de New York il y a trois ans, M. Mechmann a clairement expliqué l’enjeu lorsque son bureau traitait les allégations d'abus : "L'acte d'abus est souvent moins dommageable[pour la foi de la victime] que la réponse de l'Église. Si l'Eglise elle-même ne répond pas de manière appropriée, elle désillusionne davantage."

Si les organisations religieuses et communautaires juives ont l'espoir d'éviter les conséquences dévastatrices des abus sur la foi et la confiance de leurs fidèles, l'adoption de certaines des politiques de l'Église serait un bon point de départ.

Israël : une mine d'or dans les montagnes d'Eilat

Israël : une mine d'or ouvrira bientôt dans les montagnes d'Eilat

Les habitants d'Eilat et de l'Arava ont reçu nouvelle choquante :  le ministère de l'Énergie aurait renouvelé son permis de recherche d'or dans la zone adjacente à la ville d'Eilat qui se trouve sous sa juridiction.

Parmi les résidents, certains ont été très étonnés et d’autres ont déjà commencé à caresser le rêve de devenir riches. Cependant, c’est une entreprise nommée  «Marbetsei Zahav»  qui a obtenu le permis de recherche d’or.

Si de l'or est trouvé dans la région d'Eilat et dans la rivière Roded, connue comme l'un des rares endroits en Israël où il existe des gisements aurifères, celui qui le remportera, selon l'approbation des institutions de planification, sera la société de recherche et 5% de la valeur du minerai sera transférée à l'État par le biais de redevances.

Ce n'est pas la première fois qu'un permis de recherche d'or a été accordé dans les régions d'Eilat et de l’Arava. Il y a environ 10 ans, deux sociétés sont allées chercher de l'or à cet endroit, à la suite des conclusions du Geological Survey publiées concernant l’indication d’une faible concentration d'or dans les collines et les rochers de l'Arava. Ces mêmes roches contiennent généralement des métaux, dont l’un est l’or.

Il y a quelques années, la société Gulliver Energy, dirigé par l'ancien chef du Mossad, Meir Dagan, a reçu un permis de recherche et a commencé à chercher de l'or dans la rivière Roded.

La société "Marbetsei Zahav", dirigée par son PDG Eliahu Hakam, qui a demandé le renouvellement du permis d'exploration aurifère dans la juridiction d'Eilat et de l'Arava au superviseur des mines a reçu un permis de travail pour trois ans.

Des pépites made in Israël

Des pépites made in Israël

La recherche sera effectuée sur plus de 20 000 dunams et selon les conditions, y compris la coordination des activités sur le terrain avec les FDI, l'Autorité de protection de la nature et des parcs et les autorités locales.

Selon le Dr. Hanan Ginat, président du conseil régional de Hevel Eilot, dont les gisements sont principalement des gisements de cuivre : "Vous devez vous rappeler que le prix de l'or dicte s'il est rentable ou non d’en extraire. Si vous vous fiez au levé géologique, il y a de l'or dans la rivière Roded et il y a des roches pouvant contenir des cristaux d'or et des micro-organismes, mais c'est une question de faisabilité économique. "

Le ministère de l'Énergie explique les critères de recherche de l'or : en supposant que de l'or soit trouvé dans l'Arava en quantité suffisante pour l’extraction, et conformément aux approbations des comités de planification et de construction du sud, l'entreprise recevra un certificat lui permettant d'exploiter l'or trouvé.

Il convient de noter qu’il existe dans l’Arava une grande zone où des métaux ont été trouvés, la région de la vallée de Timna. La société Arava Mines a reçu un certificat et extrait du cuivre en quantité commerciale.

Source : Israel HaYom

Israël : des centaines d'appartements à louer dans l'ancienne gare routière de Tel Aviv

Israël : des centaines d'appartements à louer dans l'ancienne gare routière centrale de Tel Aviv

Le Comité de la planification et de la construction du district de Tel-Aviv a récemment modifié les plans de construction de l'ancienne gare routière centrale du quartier Neve Sha'anan, à Tel-Aviv, et a déterminé que 30% des 1 160 appartements à construire seraient classés dans la catégorie des «logements spéciaux», à savoir des logements de longue durée, des logements protégés ou des dortoirs pour étudiants.

C'est ce qui ressort d'une déclaration adressée il y a deux mois par la présidente du comité, Daniela Posek, aux titulaires des droits sur le complexe, les plus importants étant les sociétés de construction Housing and Construction et Levinstein. Cela signifie qu'environ 350 logements seront désignés à cette fin.

Le changement a été initié par la présidente du comité, à la lumière du besoin croissant de logements locatifs à long terme à Tel-Aviv. Cependant, parmi les propriétaires de droits fonciers, le changement a suscité une grande colère. Selon une analyse effectuée par le ministère des évaluateurs au service des titulaires des droits du complexe, la valeur d'un appartement désigné comme "logement spécial" représente la moitié de la valeur d'un appartement ordinaire et 350 appartements à cette fin entraînent un dommage d'environ 250 millions de dollars en valeur des droits dans le complexe.

Cependant, il ne s’agit pas encore de la décision finale du Comité de District, mais plutôt d’un avis préalable à cette décision.

La Présidente du Comité de planification et de construction du district de Tel Aviv, Daniela Posek, architecte (Photo: Niv Kantor)

La Présidente du Comité de planification et de construction du district de Tel Aviv, Daniela Posek, architecte (Photo: Niv Kantor)

Le plan prévu divise la zone en quatre parties différentes. La majeure partie de la construction résidentielle devrait avoir lieu dans le composé 2, dans la partie sud du plan, une ancienne zone résidentielle devant être démolie en faveur de la construction de bâtiments résidentiels de dix-onze étages. Par conséquent, la plupart des dommages seront causés à ces propriétaires.

Dans la zone de l'ancienne gare et de ses environs, connue sous le nom de complexe Shomron, l'un des plus grands projets de construction de la ville est en cours sur une surface d’environ 80 dunams. Cette zone comprend l’espace où se trouvaient les quais de la gare, ainsi que plusieurs vieilles rues du quartier de Neve Sha'anan, où les bâtiments sont voués à être démolis en faveur de nouvelles constructions. Outre les droits au logement, le plan prévoit le droit de construire environ 150 000 mètres carrés de bureaux et d’espaces commerciaux.

"Préjudice matériel"

Dans une lettre adressée au comité de district, Shikun & Binui et Levinstein, qui détiennent environ 36 dunam, s'opposent fermement à l'attribution de 30% des appartements à une fin particulière et la définissent comme "une violation très significative de leurs droits et des droits d'autres propriétaires fonciers dans l'enceinte ... Ainsi, 30% des appartements de l'ensemble du complexe seront destinés à des logements spéciaux, ce qui est déraisonnable dans les circonstances et il semble que cela ne repose pas sur un examen effectué sur le sujet. "

Selon l'avocat Gilad Shimon du cabinet d'avocats Zvi Shov, qui représente d'autres propriétaires fonciers dans l'enceinte: "À ce jour, une partie du complexe du plan est déjà construite et peuplée de bâtiments qui entrent dans le cadre du Pinoui Binoui. En d'autres termes, les propriétaires du complexe devront investir d'énormes ressources et un capital considérable pour nettoyer les structures existantes, indemniser les locataires et préparer le terrain à la construction. Dans certains cas, des poursuites judiciaires coûteuses et à long terme seront également nécessaires contre les squatters qui refusent de quitter les lieux.

Au lieu de faciliter la mise en œuvre du plan par les propriétaires du terrain, ils entendent maintenant exiger la mise en place de logements spéciaux, tels que des logements protégés, représentant au moins 30% des appartements dans chaque complexe, un taux disproportionné par rapport aux autres plans, ce qui nuira gravement à l'économie et aux propriétaires du plan."

La municipalité de Tel-Aviv estime également que le comité régional est allé trop loin. Dans une lettre envoyée par l'ingénieur municipal Udi Carmeli, il a été affirmé que l'attribution d'appartements ne devrait pas s'appliquer à l'ensemble de la zone du plan. Cette décision, a-t-il dit, pourrait convenir aux complexes 1, 3 et 4, où la construction est principalement destinée au commerce et à l'emploi. Cependant, le fait de l’appliquer au composé 2 entraînera "des dommages importants à la capacité de réaliser et de renouveler le composé qui possède déjà des appartements résidentiels".

Source : Ynet

Israël : des segments rares des manuscrits de la mer Morte enfin décryptés

Israël : des segments rares des manuscrits de la mer Morte enfin décryptés

Deux des rares segments non encore décryptés des manuscrits de la mer Morte ont été déchiffrés, plus de soixante ans après leur découverte.

Décodés par les professeurs Ariel et Faina Feldman de l'Université chrétienne du Texas, les segments étaient écrits en écriture semi-cursive, pliés et enfermés dans de petits morceaux de cuir, comme de nombreux exemples de tefillines [phylactères] trouvés dans le désert à la période du Second Temple.

Cependant, contrairement au tefillines, qui contiennent des parchemins citant le Livre de l'Exode ou le Deutéronome, les écritures tout récemment décodées se sont avérées être des prières et les noms d’anges, composants qui sont compatibles avec les amulettes juives, utilisant des paroles saintes qui ne sont pas directement citées dans la Bible.

Les manuscrits de la mer Morte n'ont pas encore livré tous leurs mystères

Les manuscrits de la mer Morte n'ont pas encore livré tous leurs mystères

Cela a ouvert aux historiens modernes la possibilité que des amulettes écrites étaient potentiellement utilisées dans le judaïsme à l'époque du Second Temple, ce qui n'était pas reconnu auparavant.

Les Rouleaux de la mer Morte, une collection de manuscrits contenant des écrits bibliques et extra-bibliques, ont été trouvés pour la première fois en 1947 par des Bédouins locaux dans la région de Qumran, près de la mer Morte.

La recherche a été publiée dans deux revues : "4Q147 : Une amulette " dans le numéro de mars 2019 de Dead Sea Discoveries et " 4Q148 (4QPhylactère T) : Une autre amulette de Qumran " dans le numéro de mai 2019 du Journal for the Study of Judaism.

Source : Jpost

La police annonce l'ouverture d'un complément d'enquête sur le viol de la fillette israélienne

La police annonce l'ouverture d'une enquête sur le viol de la fillette israélienne

Deux jours après le dépôt d'un  acte d'accusation par le parquet militaire des FDI contre Mohamed Katusa pour le viol d'une fillette de sept ans dans une localité de Judée-Samarie, la décision de mener une enquête plus approfondie sur cette affaire a été prise.

Un communiqué conjoint de la police israélienne et du porte-parole des FDI a déclaré mardi que " afin d’enquêter sur l'implication de deux autres suspects potentiels qui auraient aidé l'accusé à maîtriser l'enfant pendant l'agression, et à la lumière des nouvelles informations reçues après la publication du dossier, un complément d’enquête a été décidé".

Mardi dernier, il a été annoncé que l'enquêteur en chef de la police, le général de division Gadi Siso, avait décidé de s'occuper personnellement de l'affaire du viol présumé, en raison du caractère sensible de la question et des points d'interrogation soulevés dans cette affaire.

L'acte d'accusation  laissait plusieurs questions sans réponse, concernant le lieu et la date de l'agression, après qu'il ait été révélé que le suspect avait présenté un alibi pour la date initialement indiquée dans le témoignage de la fillette.

L'enquêteur en chef de la police, le général de division Gadi Siso, reprend l'affaire

L'enquêteur en chef de la police, le général de division Gadi Siso, reprend l'affaire

L'avocat de la défense, Ashraf Ashraf, a affirmé devant le juge et le bureau du procureur général que la crédibilité du témoignage de l'enfant concernant l'identité de l'accusé faisait défaut et qu'aucun examen médical complet n'avait été mené pour identifier les conclusions.

Un autre problème entravant la stabilité de l'affaire est le jeune âge de la fillette, dont le témoignage représente l'unique élément permettant d’impliquer Mohamed Katusa, en raison du manque d'autres preuves.

L'avocat de l'accusé qui a examiné certains documents de l'enquête a affirmé qu'il s'agissait ici d’une autre "affaire Dreyfus",remettant en cause les accusations de la victime .

Selon la police, le suspect, originaire de la ville de Deir Qaddis près de Ramallah, travaillait dans le service de nettoyage et de maintenance de l’école fréquentée par la jeune victime et l'avait conditionnée pendant longtemps avant de commettre l'agression.

Le suspect aurait établi une relation avec la fillette en lui apportant des cadeaux et des bonbons. Selon l'acte d'accusation, un jour, le suspect a conduit de force la fillette de 7 ans dans l'une des maisons du quartier et l'a agressée sexuellement avant de la laisser partir.

En ce qui concerne les déclarations des hommes politiques qui crient au crime nationaliste, profitant de l'occasion et du traumatisme de la famille pour attaquer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il est un peu tôt pour rendre un tel jugement rapide.

Le dirigeant de Yisrael Beytenu, Avigdor Lieberman a publié la déclaration suivante: "Le cas de viol d'une fillette de 7 ans par un Palestinien… n'est pas de la pédophilie , mais plutôt l’une des pires formes de terrorisme dont j’ai entendu parler ces dernières années. … C’est précisément l’un des cas pour lesquels je n'hésiterais pas à demander à la cour d’imposer la peine de mort au terroriste. Dommage que… Netanyahu continue de torpiller le projet de loi relatif à la peine capitale pour les terroristes, malgré son engagement écrit et public de le faire avancer. Quiconque est miséricordieux envers le cruel est finalement cruel envers le miséricordieux. "

Violer une enfant de 7 ans nécessite un type particulier de déviance sexuelle que le sentiment nationaliste ne peut pas induire. S'il devait s'avérer que le suspect et ses vils associé visaient la fillette en question en raison de son identité juive israélienne, le terrorisme devrait certainement figurer dans l'acte d'accusation.

 

Source : Ynet

Israël : le plus grand hôtel capsule du Moyen-Orient ouvrira ses portes à la mer Morte

Israël : le plus grand hôtel capsule du Moyen-Orient ouvrira ses portes à la mer Morte

Après avoir ouvert un centre commercial sans TVA à la Mer Morte en avril dernier, Barclays, spécialisé dans les projets touristiques, dévoile l'un des plus importants projets touristiques prévu en Israël début 2020, avec notamment le plus grand hôtel capsule du Moyen-Orient.

C'est un nouveau complexe moderne de loisirs, au bord la mer Morte, qui sera construit autour du centre commercial Dead Sea Mall, le premier centre commercial en Israël en dehors d'Eilat, sans TVA, qui a été inauguré début 2019.

Le futur complexe de villégiature de la mer Morte couvrira une superficie de 16 dunams, dont 8 réservés à la construction, et 150 millions NIS supplémentaires seront investis dans sa réalisation, en plus des 300 millions NIS déjà conférés à la construction du centre commercial.

Le nouveau complexe de la mer Morte comprendra le plus grand hôtel capsule du Moyen-Orient, un spa luxueux destiné à tous les visiteurs du complexe, un complexe culinaire innovant, une nouvelle plage avec piscines, un centre d'informations touristiques et un centre de divertissement pour des événements culturels.

L’hôtel capsule comprendra environ 500 chambres capsule modernes. Chaque capsule aura une taille de 4,2 m² pour un couple avec une armoire de rangement, un miroir, un éclairage général, un éclairage de nuit, une télévision à écran plat de 81 cm, un coffre-fort et un minibar.

L’hôtel comprendra des douches et des toilettes communes, ainsi qu’un placard à serviettes et des draps propres tous les jours. La réception de l’hôtel capsule comprendra du personnel et des points d’enregistrement électroniques pour le paiement par carte de crédit et la réception de la clé de la chambre.

Simulation 3D du restaurant

Simulation 3D du restaurant

Des distributeurs automatiques seront installés au rez-de-chaussée dans le lobby pour l’achat de produits alimentaires, de desserts et de boissons, ainsi que des sièges pour les invités. Les clients de l'hôtel pourront s’installer sur la terrasse donnant sur la mer et jouiront d’un accès direct au centre commercial Dead Sea Mall.

Le coût sera de 100 NIS par personne et par nuit et de 150 NIS par couple. En outre, début de 2020, un nouveau spa de luxe sera construit avec un balcon panoramique donnant sur la mer, qui s'étendra sur un millier de mètres carrés sur deux étages dans le centre commercial Dead Sea Mall moyennant un investissement de 20 millions de NIS.

La particularité du spa réside dans le fait qu’environ la moitié de ses installations seront "sèches", de sorte que lors de votre promenade au centre commercial, vous pourrez vous adonner aux massages avec vos vêtements. Chaque attraction prend environ quinze minutes.

Le complexe comprendra plusieurs zones: une salle de sel, une salle de neige, des jaccuzzis chauffés, un complexe de beauté et de soins comprenant manucures et pédicures, des saunas humides et secs, des salles de massage, des "spas poissons", des salles de massage par jets d’eau etc.

Le complexe hôtelier comprendra un complexe culinaire couvrant des centaines de mètres carrés, huit magasins d'alimentation et un espace salon commun pour un investissement de 10 millions de NIS.

Source : Israel HaYom

Pourquoi était-il de coutume de se marier la veille de la Pâque juive en Italie

Mystère en Italie : pourquoi des dizaines de couple se mariaient-ils à la veille de la Pâque juive?

Une ancienne Ketouba (contrat de mariage juif N.D.T) récemment découverte à Florence et actuellement en vente a révélé une coutume séculaire selon laquelle de nombreux Juifs italiens choisissaient de se marier lors de l'une des journées les plus stressantes de l'année, la nuit de Bedikat Chametz, recherche du Chametz (produits contenant du levain). La découverte est devenue une énigme parmi les conservateurs de musées du pays, jusqu'à ce que le rabbin de la ville de Rome, qui a étudié le sujet, ait résolu le mystère.

Tout a commencé par la découverte par hasard d'une somptueuse Ketouba vieille de 317 ans dans les archives d'une organisation juive à Florence. Le parchemin sur lequel elle était écrite était ornée de décorations colorées avec des touches dorées et de magnifiques illustrations de jeunes mariés vêtus de costumes de fête italiens, entourés de  lions et de chevaux. Mais ce qui a attiré l'attention des chercheurs, c'est précisément la date du mariage - le 14 Nissan 1702, la veille de la nuit du Seder.

Détail de la Ketouba italienne

Détail de la Ketouba italienne

Mariage en nombre

Pourquoi les époux Shlomo Menachem, fils de Rabbi Shmuel Meir d'Urbino, et Bonina fille de Raphaël se sont-ils mariés à la veille de la Pâque? Et qui se marie un jour pareil? Le rabbin de Rome et vice-président de la Conférence des rabbins d'Europe, le rabbin Shmuel Di Seini, a été prié d'étudier le phénomène et a raconté que, depuis plusieurs années, il enquêtait sur le sujet, et avait remarqué la communauté juive locale avait l'habitude de concentrer un grand nombre de candidats au mariage et de célébrer leur union et le repas de fête à cette date.

"J'ai été très surpris", a-t-il déclaré, "mais selon mes recherches, c'était habituel car c'est le dernier jour avant le décompte du Omer (période où les règles de deuil sont appliquées et où l’on ne célèbre pas de mariage). Un autre raison est la pauvreté des familles qui utilisaient leurs restes de Chametz pour le repas de mariage" (au lieu de les jeter et de les brûler avant la fête) .

"Jusqu'à présent je pensais que c'était de coutume uniquement à Rome, mais je sais maintenant que les villes de Florence et Urbino ont également organisé des mariages à la veille de la Pâque", a ajouté le rabbin Di Saini. "J’estime qu’ils se sont déroulés le soir, c’est-à-dire la nuit de Bedikat Chametz, et non le 14 Nissan même."

La magnifique Ketouba découverte à Florence, écrite sur un parchemin décoré, est particulièrement grande et impressionnante. Elle a été transmise à l'organisation juive dans les archives de laquelle elle a été retrouvée, à la King David International Auction House. Le document ancien sera mis aux enchères dans les prochains jours à un prix de départ de 20 000 dollars. On estime qu'il sera vendu entre 40 000 et 50 000 dollars.

Source : Ynet

Un soldat israélien d'origine éthiopienne dénonce les propos racistes de son commandant

Un soldat israélien d'origine éthiopienne dénonce les propos racistes de son commandant

Un capitaine de la 101e compagnie de parachutistes a proféré une insulte clairement raciste à l’encontre d’un soldat d'origine éthiopienne, le traitant de "sale kushi" (l'équivalent hébreu du mot "nègre") devant ses camarades.

Après une enquête du commandant de bataillon, le capitaine a été contraint de s'excuser et les détails de l'incident ont été communiqués aux officiers de la brigade afin d'éviter que des cas semblables ne se reproduisent à l'avenir.

"Nous terminions une session d'entraînement d'une semaine pour les anciens combattants sur le terrain ", a déclaré dimanche le soldat à Yedioth Ahronoth, la publication sœur de Ynet, préférant rester anonyme.

"Le commandant pensait que nous, les soldats vétérans, lui avions fait une blague et lui avions pris ses clés de voiture. Je ne savais pas de quoi il parlait, mais il était sûr que c'était moi. Il est allé voir le sergent-major et un autre soldat et leur a dit : "C'est ce sale kushi qui l'a fait."

Le soldat a dit que ses compagnons d'armes stupéfaits sont venus le voir et lui ont relaté l'incident.

"J'étais sous le choc", a-t-il dit. "Je n'avais rien à voir avec la disparition des clés, et j'ai été profondément choqué. Tout le monde dans notre peloton parlait de la manière dont il m’avait appelé. Ce commandant de compagnie a été mon officier de peloton pendant huit mois alors que j'étais en formation de base, et c'est la raison pour laquelle cela m'a fait si mal."

Après l'insulte, le soldat a décidé d'informer immédiatement le commandant de la brigade de l'incident.

"Le commandant de la brigade m'a appelé et a ensuite inclus le capitaine dans la discussion. Au début, il a nié, puis il l'a admis et s'est excusé pour l'incident. Je ne me tairai pas à ce sujet, surtout pour que personne ne le reproduise avec d’autres soldats éthiopiens. Pour le moment, je ne l'ai pas dit à mes parents parce que je ne voulais pas les attrister, mais je leur dirai."

Des Israéliens d'origine éthiopienne protestant contre la discrimination et les brutalités policières lors de manifestations de grande ampleur en 2015 (Photo: AFP)

Des Israéliens d'origine éthiopienne protestant contre la discrimination et les brutalités policières lors de manifestations de grande ampleur en 2015 (Photo: AFP)

Le soldat a dit que c'était la première fois au cours de son service qu'il était victime de racisme de la part de ses officiers, mais il a décidé de parler aux médias par obligation et par devoir envers les autres soldats.

L'unité du porte-parole des FDI a répondu : "Les FDI considèrent de tels incidents comme sévères et s'efforcent de les éliminer. Dans les FDI, il n'y a pas de place pour les déclarations blessantes. Nous sommes au courant de l'incident, et les commandants de brigade et de bataillon feront enquête dans les prochains jours. L'officier s'est excusé devant le soldat."

Le cas de ce soldat des FDI humilié par le racisme de ses supérieurs n’est pas isolé. Il y a eu plusieurs incidents dans le passé de commandants insultant des soldats pour leur couleur de peau.

Les FDI signalent que le nombre de cas de racisme est en baisse et soulignent qu'elles font davantage pour intégrer les soldats éthiopiens que tout autre organisme en Israël.

Bien que les FDI aient encore un long chemin à parcourir, le nombre de soldats éthiopiens qui quittent prématurément le service militaire a diminué, de même que le nombre de ceux qui sont emprisonnés pendant leur service militaire.

Le nombre d'officiers d'origine éthiopienne, y compris les colonels, a également augmenté. L'année dernière, le premier pilote de l'armée de l'air israélo-éthiopien est entré dans l'histoire.

En 2015, un policier a été filmé en train de frapper le soldat Damas Pakada, ce qui a déclenché une réaction furieuse de la communauté.

La vidéo du passage à tabac a suscité un tollé de protestations de la part des Israéliens d'origine éthiopienne, qui ont manifesté dans tout le pays pour tenter de sensibiliser l'opinion publique à la discrimination, au racisme et aux brutalités policières. Les manifestants ont bloqué les routes principales de Tel-Aviv, et des dizaines de personnes ont été blessées et arrêtées lors d'affrontements avec la police.

Source : Ynet

Israël : Mazal tov, le célèbre café suspendu fait son aliya et se bonifie

Israël : Mazal tov, le célèbre café suspendu fait son aliya et se bonifie

En Italie, une charmante coutume existe depuis des années. Le café Sospeso - café suspendu, est en fait une tasse de café qu'une personne paie à l'avance dans un café pour un client à venir. Dans le cadre de la tradition née dans les cafés de Naples, le consommateur commande, en plus de son café, un café suspendu, ce qui signifie qu'il paie deux tasses de café mais n'en boit qu'une. Plus tard, une personne qui a du mal à payer son café demandera s’il y a un café suspendu et profitera d'une tasse de café gratuite.

On ne sait pas exactement quand cette pratique a commencé à se répandre, mais certains affirment qu'elle existe depuis plus d'un siècle et, en 2011, elle a même été officiellement célébrée en Italie. Depuis lors, elle s'est répandue dans plusieurs pays, dont la France, l'Australie, le Canada, la Roumanie, la Russie, l'Espagne, l'Argentine etc.

Aujourd’hui, cette coutume attachante fait son aliya, et bénéficie bien entendu d'une "mise à jour" israélienne, commençant par son petit nom – Mana Behamtana (une portion en attente). Cinq étudiants du programme préparatoire Néguev du Kibboutz Hulit, dans les environs de Gaza, ont choisi de consacrer leur projet de fin d’année au thème de la faim et de l’entraide en Israël. "En Israël, de nombreux citoyens se situent au-dessous du seuil de pauvreté ou en sont très proches, ils ne peuvent pas manger chaud tous les jours et sont contraints de se suffire de très peu", ont-ils écrit sur la page Facebook de leur nouvelle entreprise.

Mana Bahamtana

Mana Bahamtana

Les garçons ont été inspirés par la coutume italienne et ont décidé de l'importer en Israël et de l'élargir au secteur de l'alimentaire. Dans le cadre du nouveau projet, une personne qui achète à manger pour elle même peut commander à l'avance une portion pré-payée, de sorte que toute personne ayant des difficultés à payer son repas peut entrer dans l'une des entreprises participantes et en bénéficier sans payer.

Hier, le projet a été officiellement lancé, mais il fonctionne depuis la semaine dernière. Les initiateurs ont choisi de se concentrer sur la région-sud, pour le moment à Beer Sheva et Sderot, où 15 entreprises, dont des houmoussiot, des pizzerias, des falafelim et autres encore l'ont déjà rejoint. Plus tard, ils espèrent que le projet s'étendra à tout le pays.

"L’objectif du projet est de faire en sorte que les citoyens de l’État d’Israël assument la responsabilité des personnes qui les entourent et aident les autres dans les gestes quotidiens", ont écrit les initiateurs. "Nous avons foi en la société israélienne, nous avons confiance en ce projet et sommes persuadés qu’il va entraîner beaucoup de personnes à acheter une Mana Behamtana, et à répandre le bien".

L'application Izzy a également rejoint l'initiative et met régulièrement à jour toutes les entreprises participantes sur une carte:

Source : mako.co.il

Israël : un tunnel de contrebande démantelé sous l'aéroport Ben Gurion

Israël : un tunnel de contrebande démantelé sous l'aéroport Ben Gurion

La police a arrêté six suspects ainsi que huit autres personnes soupçonnés d'appartenir à un réseau qui faisait passer clandestinement des étrangers par le biais de l'aéroport Ben Gurion, et également soupçonnés d'infractions à la loi sur l'entrée en Israël, ainsi que d'infractions de corruption, de fraude et d'abus de confiance.

Au cours de l'opération, l'Autorité israélienne des valeurs mobilières et l'Unité anti-corruption Lahav 433 de la police israélienne ont réussi à retrouver la trace des membres du réseau impliqués dans la contrebande. Selon les soupçons, les personnes impliquées, se sont regroupées et ont longtemps travaillé à faire passer clandestinement des citoyens géorgiens dans le pays.

On soupçonne que des membres du réseau, y compris des personnes employées par des entreprises fournissant des services à l'aéroport, ont agi de manière organisée et systématique pendant un certain temps, réussissant à contourner les mécanismes de sécurité aux points de passage des frontières à l'aéroport Ben Gurion et à faire passer clandestinement des citoyens géorgiens dans l'État d'Israël sans transiter par le système de contrôle des passeports, conformément à la loi.

Chacun des membres du réseau avait un rôle spécifique moyennant une rétribution financière tout en dissimulant leurs actes aux yeux des autorités chargées de l’application des lois.

Israël : un tunnel de contrebande démantelé sous l'aéroport Ben Gurion

Israël : un tunnel de contrebande démantelé sous l'aéroport Ben Gurion

Voilà comment la supercherie a fonctionné

Le réseau fonctionne depuis début 2017, sous la direction de plusieurs gangs. La réseau a réussi à recruter des sous-traitants de l'Autorité aéroportuaire israélienne (IAA) qui les a assistés, avec des représentants à l'étranger.

"Il s'agit d'un tunnel souterrain situé à l'aéroport Ben Gourion", a déclaré un haut responsable impliqué dans l'enquête. Il a ajouté que : "Les Géorgiens sont entrés de différentes manières et nous avons des preuves que les sociétés de gangs opéraient via l'aéroport Ben Gourion."

C'était de la contrebande pour le travail. Le profit était énorme car chaque passeur gagnait des milliers de dollars, jusqu’à dix mille en un seul passage.

Lors du raid de ce matin, un certain nombre de citoyens géorgiens détenus dans une cachette à Rishon Letzion a été arrêté. L’un des détenus est un chauffeur de taxi qui travaillait dans la zone de l'aéroport.

Réaction de l’autorité aéroportuaire israélienne : "Dans le cadre des activités de l'unité de prévention du crime de l'aéroport Ben Gurion, des ressortissants étrangers ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de contourner le contrôle des frontières. La question a été transférée aux services de sécurité et à la police israélienne. Les activités de la police ont été coordonnées avec toutes les autorités de l’Autorité aéroportuaire, y compris la sécurité. "

Source : Israel HaYom